Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    30 en 30: Pirri pourrait être le facteur X chez les Blackhawks

    jeudi 2013-08-08 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30: Pirri pourrait être le facteur X chez les Blackhawks

    Brandon Pirri ne veut pas paraître prétentieux quand il avance qu’il devrait être le deuxième centre des Blackhawks de Chicago cette saison.

    Cette impression qu’il devrait être choisi pour évoluer entre Marian Hossa et Patrick Sharp lui vient de l’expérience, d’une confiance en ses moyens et de sa compréhension qu’il est une des raisons pour laquelle le directeur général n’a pas cherché à combler le poste par le biais d’un échange ou de l’engagement d’un joueur autonome.

    « Je crois que j’ai mérité cette chance et c’est à moi d’en tirer avantage, a-t-il confié à LNH.com. Je veux faire le saut et je crois être prêt. »

    Le jeune de 22 ans a terminé au premier rang des compteurs de la Ligue américaine de hockey (LAH) à Rockford avec 75 points en 76 rencontres. Il a mis trois ans à se développer en joueur complet dans la LAH et il affirme que son jeu défensif s’est amélioré radicalement, ce qui semble confirmé par le fait que son entraîneur Ted Dent l’utilisait pour les mises en jeu cruciales dans son territoire défensif en fin de rencontre.

    Si Pirri convainc l’entraîneur Joel Quenneville de lui confier le poste à Chicago, ce sera parce que son jeu défensif est à la hauteur de ses prouesses en attaque. A partir de là, les Blackhawks pourraient présenter une formation sans grandes différences avec celle qui lui a valu la Coupe Stanley.

    L’émergence de Pirri permettrait à Quenneville de garder Sharp à l’aile gauche, comme il préfère, et de laisser Brandon Saad et Andrew Shaw dans un troisième trio de grande qualité. Cela dit, Quenneville a fait savoir que Saad aura aussi sa chance de graduer au centre du deuxième trio parce qu’il a déjà occupé cette position avant sa venue à Chicago.

    Autre avantage, Marcus Kruger, un autre candidat, n’aurait pas à jouer un rôle aussi important dans un des deux premiers trios et pourrait demeurer frais et dispos pour ses missions en désavantage numérique. Aussi, Michal Handzus se retrouverait dans un quatrième trio, ce qui convient mieux au vétéran de 36 ans dans un calendrier de 82 matchs.

    « Peut-il réussir? Je pense que c’est possible, mais c’est une grosse commande et on recherche de la constance », a dit Quenneville de Pirri. « Nous savons qu’il peut faire beaucoup de bonnes choses en attaque et il s’est amélioré défensivement au cours des dernières années, mais conserver le niveau de jeu que nous exigeons match après match constituera son défi. Je crois qu’il est capable de le relever, c’est certain, alors il sera un candidat considéré. »

    Pirri fait tout ce qu’il peut cet été pour appuyer ses prétentions. Plutôt que de retourner chez lui à Toronto pour s’entraîner avec Gary Roberts, l’ancien joueur de la LNH devenu un éducateur physique réputé, il a emménagé chez son coéquipier Brandon Bollig au centre-ville de Chicago et s’entraîne au United Center en compagnie du responsable du conditionnement physique chez les Blackhawks, Paul Goodman.

    « Je voulais faire bonne impression auprès des gros bonnets des Blackhawks, a-t-il confié. Je veux rester proche. Je veux qu’ils me voient tout le temps et qu’ils pensent à moi. J’ai travaillé fort au gymnase et je veux faire une forte impression.

    « Travailler avec Paul, qui est un entraîneur remarquable, et rester en ville démontrent, je pense, que je suis prêt à me priver de retourner à la maison et passer du temps en famille parce que c’est vraiment ce que je veux (graduer et jouer dans le deuxième trio). »

    Cela dit, Pirri ne sait pas si sa décision a été bien notée par les Blackhawks, mais il est confiant qu’elle fera une différence lorsqu’il se présentera au camp d’entraînement.

    « En fin de compte, c’est ma responsabilité de leur forcer la main pour qu’ils se disent que ce jeune mérite de rester ici et de jouer avec ces deux grands joueurs, a-t-il expliqué. C’est pour ça que je fais autant d’efforts cet été. Je veux que Joel et Stan aient une décision facile à prendre. Je veux qu’ils se disent que j’ai mérité ma chance. »

    Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

     

    La LNH sur Facebook