Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    30 en 30: La stabilité permet aux Blackhawks de viser un autre titre

    jeudi 2013-08-08 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30: La stabilité permet aux Blackhawks de viser un autre titre

    L’entraîneur Joel Quenneville ne veut pas en entendre parler ni même murmurer le mot, mais les Blackhawks de Chicago sont certainement ce qui ressemble le plus à une dynastie par les temps qui courent dans la LNH, avec deux titres de la Coupe Stanley en quatre ans à leur tableau de chasse.

    « Dans le hockey d’aujourd’hui, il est difficile de même juste y penser, compte tenu des changements significatifs dans les formations », a rappelé Quenneville à LNH.com.

    Sauf que les changements chez les Blackhawks depuis qu’ils ont mis la main sur la coupe à Boston en juin ne sont pas tellement importants, du moins si on les compare à ce qui s’est passé dans les mois qui ont suivi la conquête de 2010 à Philadelphie.

    Les Blackhawks avaient alors dû remanier leur formation pour tenir compte du plafond salarial instauré par la LNH et ils avaient perdu pas moins de huit joueurs qui étaient de la formation pour le dernier match contre les Flyers. Cet été, le directeur général Stan Bowman s’est limité à échanger Dave Bolland et Michael Frolik et à ne pas renouveler les contrats de Viktor Stalberg et Ray Emery. Ce dernier, le gardien auxiliaire, n’a pas joué des séries, mais Bolland  a marqué le but du championnat.

    Puisque Bryan Bickell, Michal Rozsival, Michal Handzus, Marcus Kruger et Nick Leddy ont tous obtenu de nouveaux contrats, la formation des Blackhawks en 2013-14 ne sera pas tellement différente de celle de la saison dernière quand, en plus de gagner la coupe, ils ont établi un record en demeurant invaincus en temps réglementaire au cours des 24 premières de la saison et terminé au premier rang du classement général.

    Grâce à la mise en place du plafond salarial pour améliorer la parité, le mot « dynastie » doit en effet être utilisé avec prudence. Mais les Blackhawks peuvent y penser, même s’ils ne le diront jamais publiquement.

    « La volonté de répéter sera assurément là parce que nous connaissons la force de caractère de ces gars-là mais la confirmer (la dynastie) n’est pas ce que nous visons, a déclaré Quenneville. Nous voulons juste gagner et connaître du succès. Ça vient avec. La carrière de ces gars-là a connu un bon départ et ils devraient en être fiers, mais je ne pense pas que personne est comblé. »

    De même personne à Chicago ne va prédire que les Blackhawks vont encore gagner la coupe la saison prochaine malgré qu’ils soient les favoris du mois d’août pour atteindre la finale encore une fois. Mais comme toutes les autres équipes, ils devront apporter des solutions à quelques incertitudes.

    Le départ de Bolland pour Toronto a créé une ouverture au poste de centre, et comme Quenneville préférerait utiliser Handzus dans un rôle moins important que celui qu’il a su remplir lors des dernières séries éliminatoires, la porte s’entrouvre pour de jeunes candidats au poste de centre numéro 2. Brandon Pirri et Brandon Saad partent comme favoris.

    Pirri a passé les trois saisons précédentes dans la Ligue américaine et terminé la dernière en tête des compteurs avec 75 points en 76 rencontres. Sade a joué à l’aile gauche à Chicago la saison dernière, mais Quenneville a rappelé qu’il a joué au centre auparavant et il souhaite le voir à l’oeuvre à cette position au camp d’entraînement.

    « Il est bon avec la rondelle, a-t-il noté. Il est gros, il la protège bien et défensivement il a fait le travail. Le joueur de centre a un peu plus de responsabilités dans notre système de jeu mais je pense qu’il est capable de s’en tirer. Nous allons voir. »

    Quenneville a aussi cité les noms de Kruger, Andrew Shaw et Drew Leblanc comme aspirants au poste et défini Handzus comme une valeur sûre si aucun jeune ne s’imposait. Il y a aussi Patrick Sharp qui pourrait revenir au centre au besoin, quoiqu’on préfère le laisser à gauche.

    « Ce n’est pas un problème parce que nous avons six ou sept options et qu’on sait qu’il y a bien quelque chose qui va fonctionner », a dit l’entraîneur. « C’est ainsi que je vois cette situation. »

    Bowman a récompensé Bickell par un contrat de 16 millions $ pour quatre ans après qu’il s'est révélé pendant les dernières séries, terminant au deuxième rang des compteurs de son équipe avec 17 points et à égalité au deuxième avec neuf buts, jouant un rôle significatif au côté de Jonathan Toews et Patrick Kane.

    BLACKHAWKS DE CHICAGO

    Ajouts: G Nikolai Khabibulin, D Theo Peckham

    Départs: C Dave Bolland, AD Michael Frolik, AD Viktor Stalberg, AG Daniel Carcillo, AG Rostislav Olesz, G Ray Emery, D Steve Montador

    Agents libres: AD Jamal Mayers

    Principaux espoirs: C Brandon Pirri, AD Ben Smith, AG Jeremy Morin, AD Jimmy Hayes, C Drew LeBlanc, D Adam Clendening

    C’est encore à cette position que les Blackhawks comptent l’utiliser, mais il devra justifier son salaire.

    « Il a tous les ingrédients que vous recherchez dans un attaquant de puissance », a noté Quenneville du costaud de 6 pieds 4 pouces pesant 233 livres. « Il est gros, il est fort, il peut tirer au but, il peut frapper, il peut jouer dur et il a de bonnes mains. Le manque de constance l’empêchait de jouer régulièrement dans ce trio. C’est son défi.

    « Je pense qu’il est capable de le relever, mais c’est ce sur quoi on va continuer de le pousser, et il devra faire sa part. Cela devrait résulter en une belle progression pour lui dans le développement de sa carrière. »

    L’échange de Frolik à Winnipeg privera par ailleurs les Blackhawks d’un de leurs meilleurs éléments en désavantage numérique. Lui et Kruger étaient les deux attaquants de confiance de Quenneville quand la situation l’exigeait et quelqu’un d’autre devra remplir le rôle.

    Quenneville préférerait que ce ne soit pas un attaquant des deux premiers trios ni un habitué du jeu de puissance, de sorte que Ben Smith, un ailier droit de 25 ans, pourrait être considéré. Mais il devra d’abord gagner un poste au camp d’entraînement. Smith a été le remplaçant de dernière minute de Marian Hossa lors du troisième match de la finale contre les Bruins et il a pris part à 20 matchs de la saison régulière, et huit des séries en tout.

    « En espérant que le joueur qui saisira cette occasion qui assure du bon temps de glace de qualité pourra bien s’entendre avec Kruger », a indiqué Quenneville.

    Il y a encore d’autres questions à se poser comme de savoir comment Corey Crawford va s’entendre avec son nouvel auxiliaire Nikolai Khabibulin et le nouvel entraîneur des gardiens qui n’a pas encore été désigné en remplacement de Stéphane Waite, parti pour Montréal. Mais le fait est que les Blackhawks ont tout ce qu’il faut pour aspirer à remporter une troisième Coupe Stanley en cinq ans.

    Peut-être qu’alors Quenneville osera employer le mot dynastie.

     

    Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

     

    La LNH sur Facebook