Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Hockey Canada ramène Sutter pour mettre fin à l’hémorragie

vendredi 2013-08-02 / 3:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Hockey Canada ramène Sutter pour mettre fin à l’hémorragie

Quand il a terminé au troisième rang pour une troisième fois de suite en 2004, le Canada en était à une septième année sans médaille d’or au Championnat mondial de hockey junior.

Pour 2005, Hockey Canada a désigné Brent Sutter comme entraîneur, et le Canada a gagné cinq médailles d’or de suite.

Face à une nouvelle léthargie (pas de médaille d’or depuis 2009 et pas de médaille du tout en 2013, une première depuis 1998), Hockey Canada a décidé de ramener Sutter derrière le banc pour le Mondial 2014, qui sera disputé du 26 décembre au 5 janvier à Malmo, en Suède.

Encore une fois, Sutter a amené ses propres idées, à commencer par un déplacement à Lake Placid, dans l’Etat de New York, dans le cadre du camp d’évaluation de l’équipe américaine. Les jeunes invités passeront d’abord deux jours, les 4 et 5 août, au site d’entraînement du Canadien à Brossard, avant de se diriger vers Lake Placid, où 32 joueurs vont s’entraîner et disputer des matchs contre les Etats-Unis, la Finlande et la Suède.

C’est un changement draconien par rapport aux années passées, quand on réunissait deux équipes qui s’affrontaient entre elles.

« Tout le concept est totalement différent, a déclaré Sutter à LNH.com. Plutôt que de réunir 44 ou n’importe quel nombre de joueurs qui vont s’affronter, il y aura 32 joueurs considérés comme une équipe. On aura la possibilité d’évaluer chaque jouer dans un concept d’équipe, où tous formeront un groupe. On s’en va là-bas pour représenter notre pays. Ce seront des matchs hors-concours, l’été, mais très importants pour les joueurs qui auront à faire leurs preuves et pour évaluer ce que nous avons sous la main.

« Peu importe si c’est un vrai tournoi ou un match hors-concours, chaque fois que vous affrontez un autre pays c’est certainement plus intense comme compétition. Nous voulons être une équipe qui joue avec intensité, une équipe bien préparée, une équipe rapide. Cela va nous donner une idée de ce que nous avons. »

Sutter a un membre de l’équipe de l’an dernier qui fera le voyage à Lake Placid, Jake Peterson, qui était le troisième gardien à Oufa, en Russie, et n’a pas pris part à un seul match. Quatre autres chausseront les patins à Brossard, les attaquants Nathan MacKinnon et Jonathan Drouin, et les défenseurs Griffin Reinhart et Morgan Rielly.

Sutter a indiqué que le manque de joueurs qui seront de retour ne l’affecte pas, rappelant les médailles d’or gagnées en 2005 et 2006 avec des groupes ayant un niveau d’expérience différent.

« En 2005, nous avions 13 joueurs qui avaient gagné la médaille d’argent en 2004 », a-t-il dit d’une formation qui incluait Sidney Crosby, Ryan Getzlaf, Jeff Carter, Mike Richards et Dion Phaneuf. « On se demande alors quoi faire pour le mieux avec ces 13 joueurs importants… En 2006, nous avions un groupe complètement différent. Nous avions 21 nouveaux joueurs, il fallait vraiment évaluer ce que nous avions sous la main. Le seul joueur qui était de retour était Cam Barker (un défenseur). »

Paterson, qui a été repêché par les Red Wings de Detroit, est un des trois gardiens qui iront à Lake Placid, avec Eric Comrie (Winnipeg) et Zachary Fucale, qui a été repêché par le Canadien.

Mais attention, une invitation au camp d’été ne garantit en rien une participation au Mondial.

« On espère que deux de ces trois-là vont s’imposer, mais ils devront connaître une très bonne première moitié de saison, a prévenu Sutter. Je ne veux pas qu’on choisisse nos gardiens en août. Qu’est qui se passe s’ils ne jouent plus bien ensuite? Ces trois gardiens sont sur les blocs de départ, mais ils doivent faire la course jusqu’en décembre, ils n’ont pas le choix. C’est comme ça que je vois les choses. »

Sutter a cité un autre exemple: « Des gardiens invités au camp (avant les tournois de 2005 et 2006), aucun n’était avec l’équipe en décembre. »

Cela vaut évidemment pour les autres positions.

« Quand les joueurs vont nous quitter, ils vont comprendre quel sera leur rôle s’ils veulent faire partie de l’équipe, a expliqué Sutter. Certains vont avoir un rôle beaucoup plus important (au sein de leur équipe habituelle) qu’avec l’équipe du Championnat du monde, et il faudra pouvoir évaluer s’ils sont capables de remplir ces rôles (plus modestes).

« Il y en a qui vont devoir jouer dans un troisième ou quatrième trio avec un rôle plus défensif, certains vont devoir jouer en désavantage numérique, des joueurs habitués à jouer 20 ou 25 minutes par match et à participer à chaque jeu de puissance ne seront peut-être pas utilisés en avantage numérique mais joueront en désavantage. Il faut donc trouver les bons éléments. »

Parmi les joueurs qui pourraient être retenus, il y aura les deux plus jeunes au camp, les centres San Reinhart, du Ice de Kootenay, 17 ans, et Connor McDavid, des Otters d’Erie, 16 ans seulement.

Reinhart est vu comme le prochain premier choix au repêchage de la LNH après avoir connu une saison remarquable dans la Ligue junior de l’Ouest et mené l’équipe canadienne à la médaille d’or au Championnat du monde des moins de 18 ans à titre de capitaine. McDavid, lui, a obtenu une permission spéciale de faire ses débuts dans la Ligue junior de l’Ontario à titre de joueur d’exception et on le voit déjà comme premier choix en 2015. Il vise à être le premier joueur de 16 ans à représenter le Canada au Mondial junior depuis Crosby en 2004.

« Ce sont deux joueurs au niveau de l’élite, a noté Sutter. Ce qui va se passer avec eux reste à déterminer. Ils sont jeunes, ils font partie de l’élite… c’est un tournoi pour l’élite, et des joueurs comme ça s’en tirent bien dans ce genre de tournoi. Je ne m’en fais pas trop avec ça.

« Pour être très honnête, je serais surpris si ni l’un ni l’autre ne faisait partie de l’équipe vu toutes leurs habiletés et tellement ils sont bons. »

Quoi qu’il en soit Sutter espère que tous les changements qui viennent avec son retour ramèneront les succès passés.

« C’est bon le changement, mais en autant que ce soit pour les bonnes raisons, a-t-il dit. On parle tellement du résultat final mais il faut se concentrer sur les tâches quotidiennes et voir à former notre identité. C’est ce qu’on fera du 4 au 10 août, à savoir quel genre d’équipe nous serons, comment nous allons jouer, quel type de joueurs allons-nous rechercher et comment voulons-nous qu’ils jouent. »

Suivez Adam Kimelman sur Twitter: @NHLAdamK

 

La LNH sur Facebook