Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette : Mon top dix des joueurs les plus électrisants

mercredi 2013-07-31 / 14:22 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Mon top dix des joueurs les plus électrisants

Il y a quelques jours, les Canucks de Vancouver ont signifié leur intention de retirer, la saison prochaine, le numéro 10 de Pavel Bure, sans contredit le joueur le plus électrisant de l'histoire de cette concession.

Bure, c'était le Rocket Russe. Ou quelque chose du genre. Le temps d'un clin d'œil, il passait en quatrième vitesse.

Ce qui amène la question suivante: qui ont été, selon vous, les dix joueurs les plus spectaculaires dans l'histoire de la LNH ?

Bonne question, Jean-Maurice.

Je ne parle pas des meilleurs joueurs, mais bien des plus spectaculaires bien que, dans certains cas, ils sont ou ils ont été à la fois productifs et spectaculaires.

Non, pas facile de faire un choix. Chaque époque a eu son lot de joueurs qui ont soulevé le public de son siège.

Je suis le hockey à la trace depuis le début des années 1960, donc je ne m'aventurerai pas, par exemple, à inscrire des joueurs comme Howie Morenz ou Eddie Shore sur la ma liste pour la bonne raison que je ne les ai jamais vu jouer.

Bref, je me garde une petite gêne.

Mon top dix comprend uniquement des joueurs que j'ai vus à l'œuvre, des joueurs qui m'ont fait faire des culbutes dans mon salon ou qui m'ont carrément envoyé au tapis à la vue de leurs tours de magie.

J'ai dû me résoudre à faire quelques choix douloureux; j'ai même été incapable de trouver une place pour Jean Béliveau ou encore Mark Messier et Gilbert Perreault. C'est vous dire.

Sans plus tarder, voici donc mon classement en commençant par la fin ...

No. 10: Wayne Gretzky. Le meilleur marqueur de l'histoire de la LNH a été le roi des fabricants de jeu. De lui, on disait souvent qu'il avait des yeux derrière la tête. Comme si son casque protecteur était muni d'un rétroviseur. Bref, un passeur exceptionnel, qui envoyait une onde de choc dans les estrades dès qu'il touchait à la rondelle.

No. 9: Bobby Hull. Certainement le joueur le plus électrisant des années 1960. Il était fort comme un cheval, il patinait à un train d'enfer et son lancer-frappé semait la terreur. Bien souvent, il transportait la rondelle d'un bout à l'autre de la patinoire. La Comète blonde valait le prix d'entrée.

No. 8: Je me sens obligé d'inclure Maurice Richard dans mon top dix. Il était en fin de parcours lorsque je l'ai vu jouer pour la première fois, mais j'en ai tellement entendu parler que j'ai l'impression de l'avoir vu marquer chacun de ses 544 buts !

No. 7: Guy Lafleur. Les amateurs de hockey des années 1970 n'oublieront jamais les descentes échevelées du Démon Blond. La couette au vent, Lafleur enflammait les foules. Excellent manieur de bâton, il ne cessait de créer des occasions de marquer. Un joueur, qui a marqué son époque.

No. 6: Pavel Bure. Un patineur explosif doté d'une capacité d'accélération peu commune. Un Roadrunner sur patins, lui qui a marqué 437 buts en seulement 702 matches au cours de sa carrière.

No. 5: Alexander Ovechkin. Quand il a envie de jouer, il est beau à voir. Il fonce vers le filet, il virevolte, il file comme le vent et ses tirs sur réception ont la vitesse de l'éclair. Mais quand ça ne lui tente pas, il peut devenir un joueur bien « plate » à regarder !

No. 4: Denis Savard. Oh boy ! Sans le moindre avertissement, il tournait à gauche, à droite, pis à gauche encore ... Une vraie couleuvre. Il pouvait pivoter sur une pièce de dix sous. OK d'abord, j'exagère; disons plutôt une pièce d'un dollar. Ça vous va ?

No. 3: Sidney Crosby. Il fait tout à grande vitesse. Même coincé, il trouve souvent le moyen de réaliser un jeu spectaculaire. Si seulement il pouvait rester en santé ...

No. 2: Mario Lemieux. Des mains magiques, des ««moves»» peu ordinaires. Il avait le pouvoir de ralentir le jeu, de déculotter les défenseurs ainsi que le gardien et de marquer de toutes les façons. Sa grande portée et son immense talent lui permettaient de réussir à peu près n'importe quoi sur la patinoire.

No. 1: Bobby Orr. Jusqu'à preuve du contraire, il a été, à mon humble avis, le joueur le plus spectaculaire de l'histoire de la LNH. Un patineur exceptionnel, l'ancien défenseur des Bruins, double champion marqueur de la LNH, était sans pareil. Quand il se portait en attaque, il pouvait aussi bien passer à travers la défense ennemie. Une véritable locomotive. Dommage que ses genoux l'aient trahi.

Georges et George

On passe à un autre appel: Georges Laraque versus George Parros.

Beaucoup d'observateurs, membre des médias ou amateurs tout court, ont été vexés par les propos de Laraque qui, l'autre jour, a osé dire que Parros, le nouvel homme fort du Canadien de Montréal, n'effrayait personne à travers la LNH.

Qu'est-ce que Laraque a dit de si épouvantable au juste ?

Je vous le demande.

Il a émis une opinion, rien d'autre. Est-ce raison pour le lapider ? Les nerfs, simonac !

Laraque n'a pas la langue dans sa poche.

Dans le monde du hockey, ils sont nombreux à avoir la langue de bois. Pour une fois que quelqu'un se permet une opinion pimentée, on ne va quand même pas en faire un drame.

Qu'on soit d'accord ou non avec lui, Laraque a dit ce qu'il pensait.

Attaboy !

 

La LNH sur Facebook