Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Rosen : Ryan va entreprendre un nouveau style de vie

mardi 2013-07-30 / 16:26 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Rosen : Ryan va entreprendre un nouveau style de vie

Bobby Ryan a réalisé récemment à quoi ressemblait la vie d’un joueur de hockey vedette à Ottawa. C’était à l’occasion d’un marathon d’une demi-journée à rencontrer les médias, de tests physiques et d’un camp de hockey pour jeunes. Ce n’était pourtant qu’un échantillon de ce qui attend le nouvel ailier droit des Sénateurs acquis des Ducks d’Anaheim pour marquer des buts.

« Qu’il y a beaucoup de passion pour le hockey », a répondu Ryan à LNH.com, qui lui demandait ce qu’il avait retenu de cette folle journée du 17 juillet.

Ryan a dit à deux reprises que cette journée avait fait ouvrir les yeux à un hockeyeur qui n’était pas habitué à vivre dans un vrai marché de hockey.

Il estime avoir accordé entre 40 et 50 entrevues à différents médias locaux et il se souvient que lors de sa dernière rencontre de la journée au Bell Sensplex, il se trouvait face à un banc des joueurs complètement occupé par des reporters et des caméramans.

« J’ai dit à quelqu’un que la seule fois où nous voyions plus de cinq ou six reporters à Anaheim c’était lorsque nous affrontions les Kings de Los Angeles ou une équipe canadienne, alors ça ne ressemble pas du tout à ce que j’avais vécu avant, a raconté Ryan. Je n’étais pas tout à fait préparé à ça, c’est pourquoi j’ai dit que ça m’a ouvert les yeux et c’est une expérience que je n’oublierai jamais. »

Ryan est retourné chez lui en Idaho, juste de l’autre côté de la frontière du Wyoming et de la ville de Jackson Hole. Il a découvert cet endroit isolé avec sa copine après la saison 2009-10 et il estime que c’est l’idéal (même pour un type aussi avenant que lui) où décontracter après quelques mois d’une vie frénétique dans la LNH.

« C’est au milieu de nulle part, il n’y a rien à l’exception du golf, de la pêche et toutes les bonnes choses du genre, a-t-il confié. Absolument aucune raison de se plaindre."

Ryan a malgré tout tenté de rester relié aux Sénateurs depuis l’échange. Et il ne s’en plaint pas non plus.

Il a discuté avec plusieurs de ses nouveaux coéquipiers, que ce soit au téléphone, par courriel ou via Twitter. Il a passé du temps avec le défenseur Marc Méthot lors de son passage à Ottawa et il a révélé connaître Kyle Turris pour l’avoir affronté et participé à quelques événements en sa compagnie.

Il n’a toujours pas parlé avec son entraîneur Paul MacLean, Mais il n’a entendu que de bonnes choses à son endroit de la part de ses nouveaux coéquipiers et il a dit avoir une idée de ce que le gagnant du trophée Jack Adams attend de lui.

L’attaquant de 26 ans a atteint le plateau des 30 buts quatre fois de suite à Anaheim et devrait être le premier pressenti pour jouer à la droite de Jason Spezza.

« Mon rôle pourrait changer un peu, mais pas beaucoup, croit-il. J’ai eu la chance de jouer longtemps avec un fabricant de jeu (Ryan Getzlaf) et il semble que ce sera encore le cas à Ottawa. Mon rôle est d’être cet ailier qui marque des buts pour un centre qui les prépare. »

Ryan a dit cependant qu’il pourrait tenter de jouer un plus grand rôle de leader à l’extérieur de la patinoire, du moins un plus grand rôle qu’à Anaheim.

« C’est une équipe un peu plus jeune, a-t-il noté. Je sais que leur moyenne d’âge la saison dernière était de 26 ans et comme ils ont perdu deux joueurs de 40 ans et en ont engagé un de 26, cette moyenne va encore baisser. Mais vous commencez à apprendre votre rôle une fois au camp d’entraînement. Si on veut que j’aide les jeunes à se préparer, c’est certainement quelque chose que j’aimerais faire, mais ces gars-là ont disputé de gros matchs la saison dernière, il me semble qu’ils sont déjà des jeunes très professionnels. »

Quant à la ville, Ryan sait qu’elle n’a rien à voir avec l’endroit où il vit en Idaho.

« C’est différent, c’est certain, a-t-il constaté. Il y aura encore de la nervosité. J’ai pris part à huit camps des Ducks et on sait à quoi s’attendre. On sait de quoi sera fait chaque jour, quels seront les tests physiques au programme et ce qu’on attend de vous sur la glace. Je n’ai pas vu grand-chose d’Anaheim en huit ans passés là-bas, alors c’est tout nouveau pour moi. Je pense que la nervosité compte pour beaucoup là-dedans. J’ai hâte que ça commence. »

Callahan sera en retard

Ryan Callahan a indiqué à LNH.com que sa réhabilitation à la suite d’une opération à une épaule en mai se déroule selon le programme prévu, ce qui veut aussi dire qu’il ne s’attend pas à y aller au fond au camp d’entraînement.

« Comme ça va là, la réhabilitation va se poursuivre durant le camp d’entraînement et peut-être aussi dans la saison régulière », a confié le capitaine des Rangers de New York. « Le problème, c’est les contacts. Je devrais être en mesure de patiner et lancer normalement au camp d’entraînement, mais je ne sais pas pour ce qui est des contacts physiques. Pour le moment la réhabilitation se déroule bien et je suis exactement le calendrier. »

Callahan a reconnu s’être blessé une première fois en se battant avec Maxime Talbot, des Flyers de Philadelphie, le 29 janvier. Il a raté trois matchs mais il a eu des problèmes jusqu’à la fin de la saison, subissant plusieurs séparations de l’épaule. Il n’a pas voulu dire que ces problèmes l’ont ralenti en séries de la Coupe Stanley quand il n’a marqué que deux buts en 12 rencontres.

« Je jouais comme je le voulais et je pouvais faire tout ce que je voulais », a-t-il affirmé.

Regrette-t-il de s’en être pris à Talbot alors que les Rangers menaient 2-0 en troisième période?

« Non, absolument pas, a-t-il répondu. Il était dans le demi-cercle, juste à côté de Hank (Henrik Lundqvist), et ces choses-là arrivent durant un match. »

Callahan prévoit être tout à fait prêt à répondre aux exigences du nouvel entraîneur Alain Vigneault même s’il est devait être limité au camp d’entraînement.

« J’espère être sur la glace au camp et dans l’action, a-t-il dit. Et avec les vidéos ou peut-être en regardant des matchs dans les gradins, je pourrais peut-être comprendre son système mieux que des gars sur la glace. Ce n’est pas quelque chose qui me préoccupe. »

Callahan a déjà fait ses devoirs sur le sujet de son nouvel entraîneur.

« J’ai parlé à quelques gars qui ont joué pour lui et tous m’ont dit la même chose, qu’il est un grand entraîneur et qu’ils le respectent tous, a-t-il fait savoir. J’ai juste hâte de recommencer à jouer. Il y a certes un nouveau niveau d’anticipation. On a hâte de savoir exactement ce qui va se passer. On veut être au camp et trouver son rôle. »

Bogosian vante Huddy

Peu après avoir accepté un contrat de sept ans et 36 millions $ des Jets de Winnipeg, le défenseur Zach Bogosian a rendu hommage à l’adjoint à l’entraîneur Charlie Huddy, qui a joué 18 ans à la défense dans la LNH et gagné la Coupe Stanley à cinq reprises dans l’uniforme des Oilers d’Edmonton.

« Il a été très bon pour moi dès le premier jour », a dit Bogosian de Huddy, qui s’est joint aux Jets lors du retour à Winnipeg pour la saison 2011-12. « J’ai eu trois entraîneurs différents à mes quatre premières années dans la LNH, de sorte qu’on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre. Une fois à Winnipeg, j’ai constaté à quel point il était vraiment facile de travailler avec Charlie et qu’il était bon avec tout le monde. Il a été très bon pour moi et je souhaite jouer pour lui pendant longtemps. »

Bogosian a confié que Huddy l’a spécialement aidé à demeurer d’humeur égale durant un match, ce avec quoi le jeune homme de 23 ans avait de la difficulté par le passé.

« Je suis plutôt tendu sur le banc et il a une influence qui me calme, a-t-il expliqué. Je reviens sur le banc un peu gonflé à bloc mais lui demeure calme et il n’est pas négatif quand il essaie de vous expliquer quelque chose. Il fait ses enseignements en montrant des vidéos et en vous parlant. C’est une des meilleures choses qui me soient arrivées. Quand vous jouez pour quelqu’un qui crie et hurle tout le temps, c’est difficile de se concentrer, mais Charlie sait rester calme. »

Ici et là

Le directeur général des Jets de Winnipeg Kevin Cheveldayoff a fini de régler ce qu’il estime être le noyau de son équipe en faisant signer un contrat de longue durée à Zach Bogosian lundi. Les Jets ont 11 joueurs sous contrat pour au moins trois ans, à égalité au troisième rang avec les Red Wings de Detroit.

Cette concession n’a pas pris part aux séries de la Coupe Stanley depuis 2007 à Atlanta et les Jets sont toujours parmi les mauvais élèves de la ligue quant aux buts accordés, n’ayant jamais terminé plus haut qu’au 25e rang à chacune des six dernières saisons

Mais les 11 joueurs sous contrat pour au moins trois ans ont 24,5 ans en moyenne, incluant l’attaquant Mark Scheifele, 20 ans, et le défenseur Jacob Trouba, 19 ans.

Reste à voir si les Jets ont les bons éléments pour enfin accéder aux séries.

---

Ryan Callahan en est à la dernière année de son contrat le liant aux Rangers de New York et il a indiqué qu’il n’y avait pas encore eu la moindre discussion à propos d’une prolongation.

Les Rangers devront aussi voir aux prolongations de contrat du gardien Henrik Lundqvist et du défenseur Dan Girardi, mais la priorité pour le moment est de faire signer un nouveau contrat à l’attaquant Derek Stepan, qui est joueur autonome avec restrictions. Ils ont.évité l’arbitrage salarial avec Mats Zuccarello mardi en lui consentant un contrat d’un an.

Les Rangers, en passant, ont trois joueurs sous contrat pour au moins trois ans, Rick Nash, Brad Richards et Ryan McDonagh.

---

Les Sharks de San José et l’attaquant Joe Pavelski se sont entendus mardi sur une prolongation de contrat de cinq ans, valide jusqu’en 2018-19. Joe Thornton, Patrick Marleau et Dan Boyle en sont tous à la dernière année de leur contrat. Boyle a 37 ans, Thornton 34 et Marleau aura aussi 34 ans au début de la saison. Il serait surprenant que les trois obtiennent une extension de contrat en cours de saison

Ils ont dit…

Bobby Ryan, à propos de sa saison de 11 buts en 46 matchs à Anaheim et de sa hâte de passer à autre chose à Ottawa:

« Je sais qu’individuellement d’un point de vue statistique nous n’avons pas connu la saison espérée, mais nous avons gagné le championnat de notre division et obtenu la contribution de tout le monde. Je ne vois donc pas ça en termes négatifs, il y a eu des aspects positifs. Mais j’essaie de passer à autre chose et j’entrevois les possibilités pour cette saison. Je pense que je pourrai élever mon jeu et être un meilleur joueur pour une jeune équipe. »

Zach Bogosian, répondant à une question au sujet de critiques à savoir que lui et des coéquipiers seraient payés davantage pour rester à Winnipeg:

« Vous voulez toujours faire ce qu’il faut pour votre équipe et vous-mêmes. Ce n’est pas à moi de répondre à ceux qui disent que je suis trop payé ou pas assez ou quoi que ce soit. Mon travail est de sauter sur la glace et de faire les bonnes choses pour aider l’équipe à gagner. J’étais vraiment content de voir les autres joueurs mis sous contrat pour longtemps. Nous en avons parlé au cours de l’été et je suis simplement vraiment content d’être là pour les sept prochaines années. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook