Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    30 en 30: Le mouvement jeunesse devrait rapporter des dividendes à Anaheim

    jeudi 2013-08-01 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2013-14

    Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    30 en 30: Le mouvement jeunesse devrait rapporter des dividendes à Anaheim

    Le directeur général des Ducks d’Anaheim Bob Murray n’a pratiquement retenu que du positif dans une saison 2012-13 qui a vu son équipe s’envoler dès le début de la saison et gagner son premier titre de la division Pacifique sans jamais vraiment ralentir, se classant au deuxième rang de l’Association de l’Ouest.

    Même une décevante défaite lors du septième match de la ronde initiale des séries de la Coupe Stanley aux mains des Red Wings de Detroit ne lui a pas fait changer d’opinion.

    « Nous avons été vaincus par une équipe qui avait combattu les blessures tout au cours de la saison, mais qui se retrouvait en santé avec des vétérans comptant beaucoup d’expérience en séries, a-t-il déclaré à LNH.com. Même si cela aurait été bien de passer à la ronde suivante, j’ai vu ça comme une occasion pour quelques-uns de nos jeunes joueurs de vivre une précieuse expérience en séries et ils ont très, très bien joué. C’est un gros plus pour nous qu’ils aient acquis cette expérience en affrontant une grande équipe comme les Red Wings de Detroit.

    « Je ne vois rien de négatif là-dedans - sauf que nous avons perdu. »

    Les Ducks n’avaient pas beaucoup connu la défaite jusque-là en 2012-13. Ils ont gagné sept de leurs huit et 13 de leurs 16 premiers matchs en route vers une campagne de 66 points, devancés seulement par les Blackhawks de Chicago dans l’Ouest.

    30 EN 30

    Jeunes et talentueux

    Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction LNH.com
    Le mouvement jeunesse devrait rapporter des dividendes à Anaheim. LISEZ

    Toute une différence avec la saison précédente qu’ils avaient entreprise avec une fiche de 6-13-4 et complétée au 13e rang de l’Association del’Ouest.

    « Une équipe qui se situe au milieu de la masse salariale comme la nôtre ne peut se permettre d’avoir trop de joueurs blessés ni ne mauvaises séquences, a indiqué Murray. Nous avons eu de très vilaines blessures il y a deux ans et nous n ‘avons jamais pu nous remettre de notre mauvais départ. »

    Que le joueur vedette Ryan Getzlaf ait connu la pire saison de sa carrière (11-46-57, moins-11) n’a certes pas aidé. Murray estime que Getzlaf a aussi peiné à s’adapter à son nouveau rôle de capitaine en 2011-12.

    « Ce fut une mauvaise saison pour beaucoup de monde et Ryan Getzlaf a reçu le plus gros du blâme, a-t-il dit. Mais je pourrais vous nommer un tas de joueurs qui ont eu une mauvaise saison, et il y a eu les blessures. Ce fut une mauvaise année pour l’organisation. Avec notre masse salariale, il y a certaines situations qu’on ne peut affronter. Les blessures en sont une et que Getzlaf ait connu une saison difficile en est une autre. Et comme capitaine, je pense qu’il s’en est trop fait par moments. »

    Getzlaf a repris son rythme normal la saison dernière et dominé son équipe avec 49 points en 44 matchs en plus d’apporter des améliorations à l’extérieur de la patinoire.

    « La saison dernière, il ne s’est jamais mis à trop penser, a expliqué Murray. Il prend de la maturité en étant capitaine. Il prend ce rôle très au sérieux. Parfois il vous faut juste jouer et la saison dernière, il s’est contenté de jouer. »

    Ses performances ont déteint sur le reste de l’équipe. Les Ducks sont passés d’une moyenne de 2,45 à 2,79 buts par rencontre et leur jeu de puissance a bondi du 21e rang dans la ligue avec un taux de réussite de 16,6 pour cent au quatrième avec une moyenne de 21,5 pour cent.

    Une partie de cette amélioration a été le résultat d’une équipe qui a appris à s’ajuster au style très offensif de l’entraîneur Bruce Boudreau, qui était sur place dès le camp d’entraînement après avoir été appelé à remplacer Randy Carlyle en novembre 2011.

    « La grosse différence pour Bruce c’est qu’il connaît maintenant tout le monde dans notre organisation, a confié Murray. C’est difficile d’arriver en milieu de saison sans connaître tout le monde. Et puis il y a eu le lock-out. Il a pu passer du temps dans les ligues mineures pour voir nos jeunes. Il connaît tout son monde maintenant. C’est son plus gros avantage pour aller de l’avant. Les entraîneurs aiment bien connaître leurs joueurs. »

    Et les jeunes joueurs des Ducks devraient donner à Boudreau beaucoup de raisons de les aimer.

    Kyle Palmieri, 22 ans, a été utilisé à l’occasion avec Getzlaf et Corey Perry dans le premier trio lors de la série contre les Red Wings. Il a marqué 10 buts et amassé 21 points en 42 matchs de la saison régulière et ajouté cinq points en sept matchs des séries. Arrivé d’Ottawa dans le cadre de l’échange de Bobby Ryan au cours de l’été, Jakob Silfverberg a aussi marqué 10 buts comme recrue en 48 matchs des Sénateurs. Il a également 22 ans, tout comme Peter Holland et Rickard Rakell, 20 ans, qui devraient aussi lutter pour un poste régulier à l’attaque.

    DUCKS D'ANAHEIM

    Ajouts: AD Jakob Silfverberg, AD Dustin Penner

    Départs: AD Bobby Ryan

    Agents libres: AD Teemu Selanne, AD Radek Dvorak, D Toni Lydman, C Matthew Lombardi, C David Steckel, D Jordan Hendry

    Principaux espoirs: G John Gibson, D Hampus Lindholm, C Peter Holland, AD Rickard Rakell, D Sami Vatanen

    « La lutte va être féroce au camp d’entraînement pour les postes disponibles », a prédit Murray.

    Trouver un successeur à Ryan dans le premier trio sera la priorité. Un des jeunes pourrait mériter le poste, ou encore un vétéran comme Dustin Penner, de retour après avoir été engagé comme joueur autonome et qui avait formé de loin le meilleur trio des Ducks, avec Getzlaf et Perry, lors de la conquête de la Coupe Stanley en 2007. Murray était vice-président aux opérations de hockey à cette époque et il se rappelle certainement comment ces trois-là se complétaient bien.

    « Ils appréciaient jouer ensemble, se souvient-il. On ne peut pas savoir s’ils s’entendront toujours aussi bien. Plusieurs jeunes joueurs ont occupé ce poste sporadiquement au fil des années, et Dustin a fait aussi bien que quiconque, et probablement mieux, parce que ce trio a été très bon en séries cette année-là. Bruce et moi nous en souvenons certainement. Mais nous avons aussi plein d’ouvertures pour nos jeunes joueurs. »

    À savoir s’il y aura un ou deux postes disponibles dans les deux premiers trios dépend de Teemu Selanne. Murray ne sait toujours pas ce que le vétéran de 43 ans va décider mais il assure que lui trouver une place dans la formation ne sera pas un problème s’il choisit de poursuivre sa carrière.

    « Je veux le revoir s’il est certain à 100 pour cent qu’il veut continuer, a dit le directeur général. À cet âge, il faut être bien sûr, et s’il l’est, on va trouver une façon pour que ça fonctionne. La seule réponse dont j’ai besoin c’est qu’il soit sûr à 100 pour cent. Je lui ai dit l’autre jour. Peu importe quand il me donnera sa réponse, on trouvera une façon, on a beaucoup d’espace sous le plafond salarial. »

    Si la composition de l’attaque n’est pas encore définitivement réglée, la situation semble très claire devant le filet avec Jonas Hiller et Viktor Fasth. Le mésestimé Fasth, qui s’est joint aux Ducks en septembre 2012, s’est imposé comme un brillant releveur tôt dans la saison en remportant la victoire à ses huit premiers matchs comme partant. Le gardien de 30 ans a complété sa première saison dans la LNH avec une fiche de 15-6-2, une moyenne de 2,18, un taux d’arrêts de ,921 et quatre blanchissages en 25 rencontres.

    Quant à Hiller, il a retrouvé sa forme et son poste de numéro un en cours de saison, qu’il a terminée avec une fiche de 15-6-4, une moyenne de 2,36 et un pourcentage d’arrêts de ,913 en 26 rencontres. Il a aussi entrepris les sept matchs des séries, présentant une moyenne de 2,46.

    Et si jamais un des deux gardiens était blessé ou échouait à la tâche, John Gibson, un grand espoir, attend son tour. Il est le seul gardien qui n’est pas dans la LNH à avoir été invité au camp d’orientation de l’équipe olympique américaine.

    « J’ai bien aimé comment nous avons utilisé nos gardiens la saison dernière, a dit Murray. Ils se sont entraidés. Quand un en arrachait, l’autre prenait la relève pour un temps, et ainsi de suite. Ils se sont très bien entendus. Ils ont des caractères semblables. Nous sommes solides devant le filet et nous avons un bon jeune qui s’en vient. J’aime la situation dans laquelle nous nous trouvons avec nos gardiens. »

    À la défense, les Ducks misent sur un solide mélange de vétérans comme François Beauchemin et Sheldon Souray et de jeunes joueurs en pleine émergence comme Cam Fowler et Luca Sbisa.

    C’est ce foisonnement de jeunes talents qui intrigue le plus Murray et lui permet d’être si optimiste pour le présent et l’avenir.

    « Nous avons dû passer à travers une épreuve de reconstruction après l’année de la Coupe Stanley et la saison suivante, a-t-il rappelé. Nous avons dû reculer et rebâtir. Aujourd’hui nous avons de bons jeunes joueurs. Lorsque vous avez autant de jeunes joueurs talentueux qui luttent pour un poste, cela augure bien pour l’avenir d’une concession. »

    Suivez Adam Kimelman sur Twitter: @NHLAdamK

     

    La LNH sur Facebook