Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Le directeur général des Canucks Mike Gillis a pleine confiance de revoir Luongo

mercredi 2013-07-24 / 13:18 / LNH.com - Nouvelles

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Le directeur général des Canucks Mike Gillis a pleine confiance de revoir Luongo

VANCOUVERRoberto Luongo est prêt à reprendre son poste de gardien numéro un à Vancouver.

C’est du moins ce qu’a soutenu le directeur général des Canucks après une rencontre qui a duré trois heures et demie la semaine dernière à la résidence de Luongo en Floride.

« J’ai pleine confiance en Roberto et j’ai pleine confiance qu’il sera ici (au camp d’entraînement) et c’est comme ça qu’on va opérer », a confié Mike Gillis.

Qu’on se pose encore la question alors que Luongo a encore neuf ans à écouler à son contrat de 12 ans signé pour 64 millions $ en dit long sur ce qui s’est passé entre les deux parties depuis 15 mois.

Luongo avait prévu être échangé après que Cory Schneider lui ait pris son poste de numéro un après le deuxième match des séries en 2012, mais Gillis a surpris à peu près tout le monde en se départant plutôt des services de Schneider lors de la journée du repêchage le mois dernier. Plus de trois semaines plus tard, Luongo ne s’est toujours pas exprimé publiquement, laissant à Gillis la tâche de décrire la situation et la nature de leur longue conversation.

« Ce n’était pas du tout tendu ou inamical, a-t-il raconté. Roberto en est encore à digérer tout ce qui s’est passé et je crois que ça va bien aller. Je le vois comme le professionnel accompli et je pense qu’il sera le gardien numéro un de l’équipe olympique canadienne et notre gardien numéro un. Je suis très optimiste à ce sujet. »

Par une soirée, mardi, qui célébrait le retour en ville de Pavel Bure et l’annonce du retrait de son chandail no 10, et au cours de laquelle on a révélé que Mike Sullivan et Glen Gulutzan seront les adjoints du nouvel entraîneur John Tortorella, c’est encore le cas de Luongo qui a volé la vedette.

Presque tout le monde, à commencer par Luongo lui-même, s’attendait à le voir poursuivre sa carrière ailleurs qu’à Vancouver. Mais maintenant que les Canucks ont été incapables de l’échanger et qu’ils ont plutôt envoyé Schneider au New Jersey en retour du neuvième choix au dernier repêchage (le centre Bo Horvat), Luongo doit accepter de revenir dans une équipe et une ville d’où il s’était senti chassé.

Et Tortorella compte sur lui pour que ça se fasse rapidement.

« Ça ne m’a même jamais traversé l’esprit », a dit l’entraîneur de la possibilité que Luongo ne se rapporte pas au camp d’entraînement. « Il est notre homme. »

Luongo est devenu le meilleur gardien de l’histoire des Canucks après son acquisition des Panthers de la Floride en 2006. Il a été finaliste à l’obtention des trophées Vézina et Hart en plus de mener les Canucks jusqu’au septième match de la finale de la Coupe Stanley contre les Bruins de Boston en 2011. Mais quand Schneider a pris sa place lors des séries de 2012, puis encore cette année après avoir raté les deux premiers matchs en raison d’une blessure à l’aine, Luongo était convaincu que son séjour à Vancouver était terminé, disant carrément que « le temps était venu de passer à autre chose ».

Et aujourd’hui, Gillis mise sur une transformation qu’il a perçue au cours des 15 derniers mois pour l’aider à revenir à Vancouver.

« C’est remarquable de voir l’ironie dans tout ça parce que l’an dernier il a commencé à relaxer un peu, on a pu voir ressortir son côté humain et il n’était plus autant sur ses gardes », a expliqué le directeur général en rappelant à la blague tout le temps passé ensemble à consulter le compte Twitter du gardien. « C’est l’homme que nous connaissons et que tout le monde ici a appris à connaître, et sa transformation a été remarquable. »

Cette transformation a peut-être été facilitée par le fait qu’il pensait avoir un pied dans la porte, mais Gillis espère qu’elle se poursuivra maintenant que cette porte est refermée et que Luongo est toujours un membre des Canucks.

« Je pense qu’il est emballé à propos de ce qui s’en vient et du futur qui l’attend », a-t-il déclaré.

 

La LNH sur Facebook