Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Touchette : Le tournoi le plus relevé de l'histoire

    mercredi 2013-07-24 / 12:53 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Touchette : Le tournoi le plus relevé de l'histoire

    En plein mois de juillet, j'ai une pensée pour ... février.

    Suis-je tombé sur la tête ? Pas encore.

    Oui, février, un mois combien détesté par chez nous, promet de nous exciter le poil des jambes à la suite de l'entente intervenue, l'autre jour, entre la LNH, l’AJLNH, la Fédération internationale de hockey sur glace et le comité international olympique.

    Non pas que je redoutais une impasse dans les négociations, mais elles ont duré suffisamment longtemps pour semer un petit doute dans l'esprit de plusieurs.

    Le gros bon sens, le meilleur guide des têtes de mule, aura donc prévalu. Tant mieux.

    La LNH et les Jeux olympiques, c'est un peu devenu un mariage de raison. L'un va difficilement sans l'autre.

    Comme bien d'autres, je suis devenu acro aux rencontres internationales. Et le tournoi olympique de Sotchi sera vraisemblablement le plus relevé de l'histoire. Avez-vous hâte ?

    Dans la vitrine olympique, le hockey n'a jamais été aussi attrayant, aussi compétitif.

    On n'a qu'à se souvenir des Jeux de Vancouver. Oh, boy !

    Mais au-delà du but de Sidney Crosby et de la médaille d'or du Canada, nous avons eu droit à des moments absolument fabuleux. Quand les meilleurs affrontent les meilleurs, il peut difficilement en être autrement.

    Plus d'une demi-douzaine de pays peut maintenant espérer atteindre la plus haute marche du podium.

    Qui aurait cru cela possible, il y a une vingtaine d'années, alors que le Canada et la Russie devançaient le reste du peloton par cinq ou six longueurs ?

    En 2014, la Russie, le pays hôte, sera probablement le choix des experts. So what !

    Dans un tournoi qui n'a jamais été aussi bien équilibré, le titre de favori signifie bien peu de choses.

    En attendant, le hockey international ne cesse de grandir, d'atteindre de nouveaux sommets. Et, conséquemment, d'accroître son auditoire sur la planète.

    Si je ne me retenais pas, je vous dirais que je serais prêt à rayer octobre et novembre de mon calendrier afin de me rendre à février encore plus vite.

    Mais là, je l'avoue, j'exagère un peu.

    Un 700e but ?

    Chez les Devils du New Jersey, l'opération rapiéçage se poursuit de plus belle.

    Avec des madriers recyclés, Lou Lamoriello, menuisier à ses heures, est en train de rebâtir une équipe amputée d’Ilya Kovalchuk et David Clarkson, sans compter le départ de Zach Parisé, il y a un an.

    Voilà donc que Jaromir Jagr s'amène en renfort. Si ça continue, Lou Lamoriello offrira un contrat à Alex Kovalev.

    N'empêche que Jagr, malgré ses 41 ans, est encore capable d'étonner.

    Il joue au ralenti dans une ligue de Roadrunner, mais ses passes et son jeu le long des rampes en font un joueur qui a encore sa place. Et mine de rien, il pourrait devenir, la saison prochaine, le septième joueur de l'histoire de la LNH seulement à atteindre le plateau des 700 buts. Il ne lui en manque plus que 19.

    Ce n'est pas rien.

    Cela dit, un athlète ne sait pas toujours quand s'arrêter.

    Trop souvent, c'est le sport qui prend congé du joueur et non le contraire.

    De toute évidence, Jagr, à tort ou à raison, a choisi de repousser ses limites.

    Personne n'aime voir un grand joueur terminer sa carrière sur les genoux. Reste à souhaiter que Jagr, qui a été l'un des meilleurs joueurs de sa génération, saura nous priver d'un tel spectacle.

    La revanche de St-Louis

    Parmi les joueurs invités au camp d'orientation de l'équipe canadienne olympique, on retrouve notamment Martin St-Louis.

    Ce même St-Louis, on se rappellera, n'avait pas été invité en 2010 en prévision des Jeux de Vancouver. Il avait été un peu victime de la nouvelle garde.

    Or à 37 ans et après être devenu le joueur le plus âgé de l'histoire à s'offrir le championnat des marqueurs, le rapide patineur du Lightning reprend sa place parmi l'élite canadienne. Une bien belle revanche pour un joueur qu'on jugeait sur le déclin il y a à peine quelques années.

     

    La LNH sur Facebook