Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les Canucks vont retirer le no 10 de Pavel Bure

mercredi 2013-07-24 / 12:07 / LNH.com - Nouvelles

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Canucks vont retirer le no 10 de Pavel Bure

VANCOUVERPavel Bure était de retour à Vancouver mardi pour participer à l’annonce faite par les Canucks que le chandail no 10 du Rocket russe sera retiré et prendra place dans les hauteurs du Roger Arena.

Après une courte vidéo lui rendant hommage, Bure a surgi de derrière la foule au rassemblement annuel des détenteurs d’abonnements de saison, faisant des high-five aux partisans en se dirigeant vers l’estrade, où il a ensuite répondu à leurs questions. Plusieurs d’entre elles commençaient par une déclaration à savoir qu’il avait été la principale raison pour laquelle des amateurs s’étaient amourachés des Canucks et du hockey.

Après avoir marqué 254 buts et totalisé 478 points en 428 matchs à ses sept premières saisons dans la LNH à Vancouver, Bure ira rejoindre Stan Smyl, Trevor Linden et Markus Naslund, les seuls autres joueurs des Canucks dont le numéro a été retiré.

« C’est un immense honneur, et comme joueur c’est la plus grande consécration personnelle que vous pouvez obtenir », a déclaré Bure, qui a aussi été intronisé au Temple de la renommée du hockey en novembre dernier. Il a ensuite remercié la direction de l’équipe, les propriétaires et les partisans en disant: « Merci à tous. Je vous aime. »

Surnommé le Rocket russe en raison de ses charges à toute vitesse et ses buts spectaculaires en échappée, Bure a gagné le trophée Calder en 1991-92 quand il a entrepris sa carrière dans la LNH avec une campagne de 34 buts et 60 points. Le natif de Moscou détient encore le record d’équipe pour le nombre de points obtenus par une recrue ainsi que celui pour les buts marqués en désavantage numérique (24). Il demeure aussi parmi les cinq premiers pour les buts, les buts victorieux (32) et les tours du chapeau (neuf) et ce, rappelons-le, même s’il n’a disputé que 428 matchs dans l’uniforme des Canucks.

Bure a atteint le plateau des 60 buts à ses deuxième et troisième campagnes à Vancouver et partage toujours le record de 34 buts en séries éliminatoires avec Linden. Il a établi un record d’équipe de 16 buts quand il a mené son équipe au septième match de la finale de la Coupe Stanley en 1994.

Mais son impact dépasse le livre des records par l’immense intérêt qu’il a suscité par son style spectaculaire partout à travers la LNH.

« C’est sans aucun doute dans mon esprit le joueur le plus spectaculaire que j’ai vu jouer à mon époque », a déclaré le directeur général des Canucks Mike Gillis, qui a été l’agent de Bure pendant ses 12 saisons dans la LNH. « Je ne pense pas qu’il existe quelqu’un qui mérite autant d’être honoré ici pour ce qu’il a fait pour cette organisation et pour les succès de cette équipe. »

Ce n’est pas que le séjour de Bure à Vancouver s’est passé sans controverse. Celui-ci a d’ailleurs pris fin par une demande d’être échangé suivi d’une grève qui a fini par entraîner son transfert en Floride dans le cadre d’une transaction impliquant sept joueurs au beau milieu de la saison 1998-99.

Bure a poursuivi sur sa lancée avec les Panthers, enchaînant avec des saisons de 58 et 59 buts. Il a ensuite disputé une autre saison abrégée avant de se mettre à ralentir en raison de blessures à un genou. Il a encore disputé deux saisons partielles avec les Rangers de New York avant d’annoncer sa retraite avec une fiche de 437 buts et 779 points en 702 rencontres.

La longue dispute qui l’a opposé aux Canucks a pris fin lorsque le propriétaire de l’équipe Francesco Aquilini a pris la peine de se déplacer spécialement pour le rencontrer à l’occasion de son intronisation au Temple de la renommée l’an dernier.

« C’était vraiment une grosse affaire pour moi », a confié Bure.

Et voilà que plus de 10 ans après l’annonce de sa retraite, son numéro 10 sera honoré dans la ville où il a entrepris sa carrière dans la LNH, en compagnie du no 12 de Smyl, du 16 de Linden et du 19 de Naslund.

« Me retrouver avec ces grands joueurs me rappelle beaucoup de bons souvenirs », a-t-il dit.

Revoir le Rocket russe en ville a fait de même pour les partisans des Canucks.

 

La LNH sur Facebook