Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

LNH.com se souvient des plus belles performances individuelles de la saison 2012-13

mercredi 2013-07-24 / 10:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


LNH.com se souvient des plus belles performances individuelles de la saison 2012-13

Les moments mémorables et les performances extraordinaires n’ont pas manqué pendant la saison 2012-13 de la LNH. LNH.com a demandé à ses journalistes de puiser dans leurs souvenirs pour identifier les faits saillants de la dernière campagne.

Aujourd’hui : Les meilleures performances individuelles de la saison 2012-13

Personne ne savait trop à quoi s’attendre avant le début de la campagne 2012-13. Comment les joueurs, qui n’ont pas tous été aussi actifs les uns que les autres pendant le conflit de travail, allaient-ils réagir après un camp d’entraînement écourté?

Les réponses ne se sont pas trop fait attendre. Un duo de futurs membres du Temple de la renommée a fait écarquiller bien des yeux dès la soirée d’ouverture. Ces prestations n’étaient qu’un avant-goût de ce qu’allait offrir le reste de la campagne.

Voici quelques-unes des meilleures performances individuelles de la saison 2012-13 (par ordre chronologique).

Des légendes infatigables -- Teemu Selanne et Jaromir Jagr étaient déjà considérés comme étant parmi les meilleurs joueurs de leur époque avant d’amorcer la saison 2012-13. Le 19 janvier, ils ont prouvé que même dans la quarantaine, ils n’avaient rien perdu de leur magie.

À son premier match dans l’uniforme des Stars de Dallas, Jagr a compté son premier but tard en première période contre les Coyotes de Phoenix. Il a de nouveau marqué pour égaliser le pointage tard au deuxième tiers. En troisième période, il a orchestré le filet de Ray Whitney pour permettre aux Stars de prendre les devants 3-2. Puis, après que les Coyotes eurent créé l’égalité, Jagr y est allé d’une passe arrière à l’aveuglette pour Loui Eriksson, qui a inscrit le but gagnant pour les Stars dans un gain de 4-3.

Quelques heures plus tard, Selanne des Ducks d’Anaheim a obtenu une mention d’aide sur les buts de Sheldon Souray en première période et de Corey Perry en deuxième. Selanne a marqué un but en avantage numérique avec 13,3 secondes à faire au deuxième vingt, puis il a ajouté un autre filet au troisième engagement.

Ces soirées de quatre points de Jagr et Selanne ont permis aux deux vétérans de trôner au sommet des pointeurs du circuit. La saison 2013 prenait donc des allures de 1999.

« Bien joué, les vieux », a déclaré Selanne après sa partie.

Et de cinq pour Zetterberg -- Henrik Zetterberg n’était pas de bonne humeur avant la rencontre du 1er février des Red Wings de Detoit et il s’est défoulé sur les adversaires de cette soirée, les Blues de St. Louis.

Furieux à la suite d’un revers subi contre ces mêmes Blues lors du match d’ouverture deux semaines plus tôt et ralenti par une maladie qui l’a forcé au repos la veille, Zetterberg a prouvé qu’il était complètement rétabli en battant les Blues presque à lui seul avec une deuxième performance de cinq points en carrière.

Il a compté les deux premiers buts de la rencontre à 1:55 d’intervalle en première période. Les Blues ont répliqué avec deux filets toujours au premier vingt pour créer l’égalité, puis Kevin Shattenkirk a procuré les devants à St. Louis avec un but en supériorité numérique en deuxième période.

Cependant, le troisième engagement a été l’affaire de Zetterberg. Il a transporté la rondelle jusque dans le territoire des Blues avant de la remettre à Jonathan Ericsson, qui a égalé la marque à 4:31. Zetterberg a ensuite préparé le but qui s’est avéré être le but gagnant inscrit en avantage numérique par Pavel Datsyuk. Puis, avec 12,6 secondes à faire, Zetterberg a gagné sa bataille contre T.J. Oshie pour récupérer une rondelle libre en zone offensive et compléter son tour du chapeau avec un but en infériorité numérique.

« Si j’avais manqué une journée comme lui, j’aurais été incapable de patiner », a mentionné Ericsson à propos de Zetterberg après la rencontre. « Il volait sur la patinoire. Je ne sais pas comment il fait. »

Deux fois cinq pour les Penguins – Chaque fois qu’un entraîneur peut accorder un peu de repos à ses meilleurs joueurs pendant une partie, il faut savoir en profiter. Donc, lorsque les Penguins de Pittsburgh se sont forgés une importante avance tôt dans leur match du 10 mars contre les Islanders de New York, l’entraîneur Dan Bylsma n’a pas hésité à réduire le temps de glace de son premier trio, particulièrement du centre Sidney Crosby et de l’ailier gauche Chris Kunitz.

Crosby n’a joué que pendant 15 minutes et Kunitz, 14:05, mais les deux ont maximisé chacune de leurs présences. Ils ont terminé la soirée avec cinq points chacun dans un gain de 6-1 des Penguins.

Crosby a participé aux trois buts de la première période de Pittsburgh, dont deux ont été l’œuvre de Kunitz. Le duo a aussi préparé le filet de Pascal Dupuis qui a ouvert la marque. Crosby a obtenu une autre aide sur le but de Kunitz en deuxième période. Kunitz inscrivait ainsi son deuxième tour du chapeau de l’année. Crosby et Kunitz ont ensuite récolté des mentions d’aide sur le but de Dupuis au troisième engagement.

Après la rencontre, chaque joueur a vanté les mérites de l’autre.

« La façon dont [Kunitz] dégaine ces temps-ci nous fait tous bien paraître », a déclaré Crosby.

« J’ai la chance de jouer avec le meilleur joueur au monde tous les soirs. C’est très agréable de jouer dans ces circonstances », a ajouté Kunitz.

D’heureux retours -- Sidney Crosby a raté le dernier mois de la saison après avoir subi une fracture de la mâchoire dans une rencontre face aux Islanders de New York le 30 mars. Cette absence lui a coûté le championnat des marqueurs de la LNH et les inquiétudes ont grandi quand il a fait l’impasse sur la première partie du premier tour des séries éliminatoires mettant aux prises les Penguins et les Islanders.

Il a reçu le feu vert des médecins le matin du deuxième match et il a retrouvé sa place habituelle aux côtés de Chris Kunitz et Pascal Dupuis. Il devait toutefois porter une grille spéciale, semblable à celle portée par les joueurs de football, pour protéger sa mâchoire.

Crosby a vite fait sentir sa présence. Après avoir remporté une mise en jeu, il a foncé au filet et il a capitalisé en supériorité numérique à 3:19 du premier tiers pour procurer une avance de 2-0 aux Penguins.

Puis, à 7:22 de la première période, 18 secondes après un but des Islanders, Crosby a inscrit son deuxième filet en déjouant le gardien de but Evgeni Nabokov d’un angle restreint pour porter le pointage à 3-1.

Or, ce fut le dernier moment de réjouissance pour Crosby : les Islanders ont compté les trois buts suivants pour remporter la victoire et égaler la série. Cependant, les Penguins ont gagné la série et Crosby a récolté trois buts et six assistances en cinq parties.

Une recrue s’illustre pour les Sénateurs -- Jean-Gabriel Pageau a donné ses premiers coups de patin dans la LNH seulement le 11 avril, mais le centre de 20 ans est vite devenu l’un des joueurs les plus populaires des Sénateurs d’Ottawa.

Et il a renchéri dans le troisième match de la série de première ronde contre le Canadien de Montréal en réussissant un tour du chapeau dans un gain de 6-1 d’Ottawa.

Le premier but de Pageau, marqué à 4:40 de la deuxième période, s’est avéré être le filet victorieux. Il a capté une longue passe de Sergei Gonchar avant de se faufiler entre deux opposants et de déjouer Carey Price d’un tir du poignet, le tout pendant que le défenseur du Canadien P.K. Subban l’atteignait au visage avec son bâton et lui faisait perdre une dent.

Pageau a compté à nouveau à 1:18 de la troisième période et il a complété son tour du chapeau avec un but en avantage numérique alors qu’il restait 1:58 à faire à la rencontre.

« Ç’a été une soirée extraordinaire pour ce jeune », a affirmé l’entraîneur des Sénateurs Paul MacLean. « Il a bien joué et c’est formidable pour lui d’avoir obtenu un tour du chapeau et d’avoir excellé comme ça ce soir à sa première partie en séries devant les siens. On va essayer de le calmer et on aura une longue discussion avec lui demain pour s’assurer qu’il sera prêt mardi soir. J’espère quand même qu’il va célébrer ce soir parce qu’il a connu tout un match de séries. Je n’ai jamais rien réussi de tel. »

Bergeron couronne une remontée mémorable – Le centre des Bruins de Boston Patrice Bergeron a joué un rôle primordial dans la fin de match la plus endiablée jamais vue depuis longtemps lors des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Les Maple Leafs de Toronto s’étaient forgé une avance de 4-1 à mi-chemin de la troisième période de la septième partie de la série de première ronde qui les opposait aux Bruins. Le but de Nathan Horton a permis à Boston de réduire l’écart à 4-2, mais même cette priorité semblait suffisante pour les Torontois.

Or, comme tous les partisans des Maple Leafs le savent maintenant, ça ne l’était pas.

Avec 1:22 à jouer, Bergeron a alimenté Zdeno Chara qui a décoché un tir sur réception. Milan Lucic a sauté sur le retour pour réduire l’écart à seulement un but. Puis, 31 secondes plus tard, Bergeron a profité de la présence de Chara devant le cerbère James Reimer pour déjouer le gardien des Leafs d’un long tir du poignet.

Après 6:05 de jeu en prolongation, Bergeron a couronné cette remontée avec un filet qui a survolté le TD Garden.

Pas mal pour un joueur qui n’avait marqué qu’un but lors des six premiers matchs de la série.

« Je ne pense pas que ses statistiques étaient révélatrices de ses performances », a précisé l’entraîneur des Bruins Claude Julien ce soir-là. « C’est typique de Patrice Bergeron d’offrir une prestation comme celle-là à un moment crucial. »

Jouer sur une jambe -- Gregory Campbell est dans la LNH depuis suffisamment longtemps pour savoir quel est son rôle : écouler le temps en infériorité numérique, gagner des mises en jeu, insuffler de l’énergie à ses coéquipiers et bloquer des lancers.

C’est en accomplissant cette dernière tâche qu’il a été à l’origine de l’un des moments les plus inspirants de l’histoire des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

C’était l’égalité 1-1 dans la deuxième période du troisième match de la finale de l’Association de l’Est entre les Bruins de Boston et les Penguins de Pittsburgh quand les Bruins ont été punis pour avoir eu trop de joueurs sur la glace à 10:50. Campbell était sur la patinoire vers la fin de la pénalité et il marquait Evgeni Malkin au-dessus du cercle des mises en jeu de droite. Quand le joueur vedette des Penguins s’est élancé, Campbell a fait ce qu’il fait toujours, c’est-à-dire qu’il s’est jeté sur la glace pour bloquer le tir. Au lieu d’atteindre la jambière de Campbell, le lancer de Malkin l’a atteint au péroné, fracturant la jambe de l’attaquant des Bruins sur-le-champ.

Campbell est resté allongé sur la patinoire quelques instants après avoir été touché, mais il ne pouvait pas s’arrêter trop longtemps puisque le redoutable jeu de puissance des Penguins continuait de menacer. Campbell, de toute évidence blessé, est retourné à son poste et a fait tout ce qu’il pouvait pour gêner le travail de Malkin et de Kristopher Letang dès que ceux-ci touchaient à la rondelle.

La punition a pris fin et les Bruins sont parvenus à dégager leur zone, mais 60 secondes s’étaient écoulées depuis cet instant fatidique.

Les amateurs bostoniens ont vite réalisé qu’ils venaient d’assister à un événement unique et ils ont scandé le nom de Campbell même après qu’il eut quitté la patinoire. Des joueurs de partout dans la LNH et même d’autres disciplines ont applaudi la détermination et la résistance de Campbell.

Toutefois, le principal intéressé ne voulait que faire son travail.

« Plusieurs joueurs jouent blessés en ce moment et plusieurs jouent malgré la douleur », a noté Campbell pendant la finale de la Coupe Stanley. « Je ne crois pas être différent des autres dans la ligue. Il y a beaucoup de joueurs solides dans cette ligue, qui sont prêts à tout pour gagner. C’est encore plus fréquent à ce moment-ci. Plusieurs joueurs font tout ce qu’ils peuvent pour gagner. Je ne suis pas différent des autres joueurs de ces deux formations pendant les séries. Je voulais juste finir le jeu et faire mon travail. »

Kane prend les choses en main -- Les Blackhawks de Chicago ont atteint la finale de l’Association de l’Ouest malgré la faible production offensive de Patrick Kane, leur meilleur compteur en saison régulière. Avant la cinquième rencontre de la série contre les Kings de Los Angeles, il n’avait marqué que trois buts en 16 matchs.

En une seule partie, il est parvenu à doubler ce total et à propulser les Blackhawks en finale de la Coupe Stanley.

Le but de Kane à 5:59 du premier engagement a permis à Chicago de prendre une avance de 2-0, mais Los Angeles a compté à deux reprises pour créer l’égalité tôt au troisième vingt. Alors qu’il restait 3:52 à jouer, Jonathan Toews et Bryan Bickell ont provoqué un revirement dans la zone des Kings et Kane a coupé vers l’enclave avant de pousser la passe de Bickell derrière le gardien de but Jonathan Quick. Les Blackhawks menaient alors 3-2, mais le centre des Kings Mike Richards a forcé la tenue de la prolongation en marquant avec seulement 9,4 secondes à jouer.

Il restait 8:20 à jouer en deuxième période de prolongation quand Toews a récupéré un disque libre près de la ligne bleue des Blackhawks. Il a ensuite orchestré une échappée à deux contre un avec Kane sur l’aile droite. Toews y est allé d’une passe transversale pour Kane, qui a décoché un tir sur réception du bas du cercle des mises en jeu de droite. La rondelle a déjoué Quick par-dessus la mitaine et Kane mettait fin à la série avec un tour du chapeau.

Après le match numéro 4, l’entraîneur des Blackhawks Joel Quenneville avait déclaré qu’il attendait plus de Kane. Après la cinquième rencontre, Quenneville a déclaré qu’il lui en avait donné beaucoup que ce qu’il lui avait demandé.

Suivez Adam Kimelman sur Twitter : @NHLAdamK

 

La LNH sur Facebook