Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    La saison régulière jouera un rôle important dans la composition de l’équipe des É-U

    mardi 2013-07-23 / 16:43 / Jeux de Sotchi 2014

    Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    La saison régulière jouera un rôle important dans la composition de l’équipe des É-U

    USA Hockey accueillera 48 joueurs à son camp d’évaluation les 26 et 27 août à Arlington en Virginie, ce qui représentera la première étape dans le but de sélectionner les joueurs qui composeront la formation américaine aux Jeux olympiques d’hiver 2014.

    Mais selon le directeur général de l’équipe, David Poile, le processus de sélection commencera en octobre.

    « Nos évaluations seront faites à partir des performances offertes en octobre, novembre et décembre », a déclaré Poile, mardi, durant une conférence téléphonique. « Nous croyons au travail que les joueurs auront fait pour se présenter en bonne forme au camp d’évaluation, mais notre principale évaluation sera faite au cours de la saison régulière… Je vous assure que nous allons prendre nos décisions à partir de ceux qui jouent bien et qui méritent de faire partie de notre équipe. Notre comité de sélection se basera principalement sur les performances d’octobre, novembre et la première moitié de décembre.

    « Le fait qu’un joueur n’ait pas été invité au camp d’évaluation ne signifie pas qu’il ne fera pas partie de notre équipe olympique. Et inversement, le fait qu’un joueur ait été invité ne garantit pas qu’il représentera les États-Unis. »

    Le camp d’évaluation ne durera que deux jours et il n’y aura aucun entraînement sur glace en raison des coûts élevés des assurances. À la place, la majeure partie des deux jours sera consacrée à instruire les joueurs sur les différents aspects qui font partie des Jeux olympiques, soit les installations des sites d’entraînement, en passant par les arrangements des voyages pour les joueurs et leurs familles, jusqu’aux programmes de dépistage des drogues.

    De plus, les joueurs auront l’occasion de connaître les entraîneurs, la direction et le personnel de l’équipe, en plus de se voir proscrire des entraînements et de passer du temps avec des jeunes joueurs de hockey de la région.

    « Ce sera une occasion de nous rencontrer, de se connaître un peu plus et de présenter le personnel d’entraîneurs », a déclaré Poile.

    Le vrai travail va commencer au début de la saison 2013-14 de la LNH. À partir de ce moment, tous les joueurs seront égaux et les meilleurs se rendront à Sotchi.

    Ce qui pourrait inclure un bon nombre de jeunes joueurs. La liste d’invités comprend quatre joueurs âgés de plus de 30 ans, dont le gardien Ryan Miller, des Sabres de Buffalo, qui à 33 ans est le plus âgé, mais cinq ont 20 ans ou moins, soit le gardien John Gibson, des Ducks d’Anaheim, et l’attaquant Brandon Saad, des Blackhawks de Chicago, qui ont tous les deux 20 ans, le défenseur Jacob Trouba, des Jets de Winnipeg, et l’attaquant Alex Galchenyuk, du Canadien de Montréal, qui ont 19 ans, et le défenseur Seth Jones, des Predators de Nashville, qui à 18 ans est le plus jeune.

    « Nous regardons un peu vers l’avenir, a indiqué Poile. Nous avons une vision à ce camp que nous n’avions pas en 2010. Je suis vraiment content de la profondeur et de la qualité des joueurs que nous avons. Il est certain que nos yeux sont rivés sur 2014, mais en invitant ces jeunes joueurs, nous gardons aussi un œil sur l’avenir. »

    Pas moins de 16 joueurs qui ont remporté la médaille d’argent aux Jeux olympiques de 2010 à Vancouver font partie des invités, et même si le poste de ces 16 joueurs n’est pas assuré pour Sotchi, Poile s’attend à ce que certains de ceux-là jouent des rôles importants en février prochain, parmi eux, il y a Zach Parisé et Ryan Suter, tous deux du Wild Minnesota.

    « En 2010 quand Brian Burke, notre comité et moi avons formé l’équipe, il y a eu un grand changement avec les précédentes équipes olympiques. C’était la fin de ce que nous avons appelé la grande époque du hockey américain, a rappelé Poile. Les (Keith) Tkachuk, (Brett) Hull, (Chris) Chelios, (Mike) Richter, (Mike) Modano, ne faisaient plus partie de l’équipe. Nous avions discuté et nous nous étions croisés les doigts pour que des joueurs comme Ryan Suter et Zach Parisé puissent prendre le flambeau de ces gars-là et former la nouvelle grande génération des joueurs américains, et c’est ce qui est arrivé. Remporter une médaille d’argent à Vancouver a représenté un grand succès pour ces jeunes joueurs. Maintenant, ils devront être nos meilleurs joueurs et nos leaders et c’est ce que nous nous attendons d’eux. Il n’y a aucun doute que Ryan Suter devrait être notre meilleur défenseur, et que Zach Parisé pourrait être un de nos meilleurs attaquants. On se fie sur eux pour qu’ils soient nos meilleurs joueurs autant sur la glace qu’à l’extérieur. »

    On comptera également beaucoup sur l’attaquant des Blackhawks de Chicago, Patrick Kane, qui a joué un rôle important il y a quatre ans à Vancouver.

    « Patrick Kane est évidemment l’un de nos meilleurs joueurs, a dit Poile. Le seul joueur à avoir remporté la Coupe Stanley à deux reprises, le trophée Conn Smythe. On s’attend à ce qu’il soit un de nos meilleurs joueurs, qu’il réussisse des jeux importants et qu’il marque de gros buts, ce qui est son habitude. Comme je l’ai dit à propos de Zach Parisé, si nous voulons avoir du succès à Sotchi, des joueurs comme Parisé et Patrick Kane devront s’imposer. »

    Si les Américains désirent connaître du succès à Sotchi, ils devront renverser une tendance. Dans les quatre derniers Jeux olympiques au cours desquels on a eu recours aux joueurs de la LNH, les Américains ont remporté des médailles d’argent en 2002 à Salt Lake City et en 2010 à Vancouver. Mais quand les Jeux ont été présentés sur un autre continent, à Nagano au Japon en 1998, et à Turin en Italie en 2006, les États-Unis ont été tenus à l’écart des médailles.

    Poile est au courant de ce phénomène, et il croit que l’un des facteurs est qu’à l’extérieur de l’Amérique du Nord, les matchs sont disputés sur des patinoires à surface internationale.

    « C’est la grande question autant pour le Canada que pour les États-Unis, a dit Poile. Pourquoi n’avons-nous pas connu autant de succès à ces endroits? Les joueurs nord-américains pratiquent un style de jeu différent que les Européens. Ils grandissent en jouant un style différent, ils grandissent en jouant sur des patinoires plus petites. Ayant dit cela, je crois néanmoins que nous pouvons gagner et je suis certain que les Canadiens pensent la même chose que nous. Donc, devons-nous faire des changements? Je n’ai pas encore ces réponses. »

    Poile a indiqué qu’il avait son idée et on peut interpréter quelques-unes de celles-là avec les noms que l’on retrouve sur la liste des invités et ceux qu’on n’y retrouve pas.

    « Ray Shero (adjoint au directeur général) et moi allons rencontrer les ex-olympiens, ceux qui ont joué en Europe lors des Championnats mondiaux et aux deux derniers Jeux olympiques pour voir ce que nous avons bien fait et ce que nous n’avons pas bien fait et voir à effectuer les changements que nous pourrions apporter, tout autant que la sélection des joueurs, a mentionné Poile. Je pense que ça se voit dans le nombre et le genre de joueurs que nous avons invités au camp d’évaluation et ceux que nous n’avons pas invités… Quand nous ferons notre sélection finale et que nous choisirons le joueur A au lieu du joueur B, ce sera parce que nous pensons qu’il pourra nous aider à gagner à Sotchi, qu’il pourra connaître du succès en Europe, ce qui pourrait représenter un choix différent de ce que nous avions fait à Vancouver. »

    Suivez Adam Kimelman sur Twitter: @NHLAdamK