Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

L’adddition de Lecavalier suscite l’enthousiasme de Simmonds

lundi 2013-07-15 / 13:10 / LNH.com - Nouvelles

Par Mike Brophy - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


L’adddition de Lecavalier suscite l’enthousiasme de Simmonds

TORONTO – Quand les Flyers ont raté les séries pour la deuxième fois seulement depuis 1993-94, on pouvait se douter que des changements pointaient à l’horizon. On n’a pas l’habitude d’être patient à Philadelphie.

C’est donc sans surprise que les Flyers ont acquis le vétéran défenseur Mark Streit des Islanders de New York puis fait signer un contrat au gardien Ray Emery, qui était à Chicago, et frappé un grand coup en mettant la main sur Vincent Lecavalier, dont le contrat avait été racheté par le Lightning de Tampa Bay.

Si le grand attaquant de 6 pieds 4 pouces peut retrouver ses repères après avoir été ralenti par les blessures ces dernières saisons, les Flyers auront réalisé un coup d’éclat en l’ajoutant à une force offensive qui comprend déjà Claude Giroux, Wayne Simmonds, Jakub Voracek, Brayden Schenn et Kimmo Timonen.

Si Emery et Streit peuvent aussi apporter une contribution significative, Simmonds est particulièrement emballé par l’arrivée de Lecavalier.

« C’est incroyable, a-t-il déclaré samedi. Il a mené son équipe à la Coupe Stanley en 2004 et c’est un grand joueur depuis longtemps. Je suis tellement heureux d’avoir la chance de jouer avec lui. Il a une grande connaissance du jeu. »

Simmonds tenait ces propos à l’occasion de son tournoi de charité annuel de hockey-balle dans sa ville natale de Scarborough, auquel participaient également d’autres joueurs de la LNH comme Drew Doughty, Joel Ward, Chris Stewart, Anthony Stewart, Devante Smith-Pelly et Zac Rinaldo. L’argent amassé va à des jeunes qui ne pourraient autrement jouer au hockey.

Simmonds est âgé de 24 ans et entreprendra déjà sa sixième saison dans la LNH. Il dit apprécié de côtoyer des vétérans aguerris.

« Quand j’étais à Los Angeles, j’ai joué derrière Ryan Smyth et Michal Handzus en avantage numérique et ces gars-là se tenaient devant le filet, a-t-il rappelé. J’ai essayé d’apprendre en les surveillant. Puis quand nous avons obtenu Jaromir Jagr à Philadelphie, j’étais assis à ses côtés dans le vestiaire et j’ai été assez chanceux de comprendre ce qui se passait dans sa tête. Maintenant Vinny arrive, il a une grande tête de hockey et j’ai hâte de voir ce que je pourrai apprendre de lui. Pour un gars comme moi, c’est toujours bien de savoir ce que les plus vieux pensent du jeu en général et du mien en particulier pour voir comment je peux m’améliorer. »

Simmonds s’est classé au deuxième rang chez les Flyers la saison dernière avec 15 buts et troisième avec 32 points en 45 matchs. Reportés sur une saison normale de 82 rencontres, ces chiffres équivaudraient à 27 buts, un de moins que son record personnel établi en 2011-12, et 58 points, ce qui serait une nouvelle marque pour lui. Le robuste ailier droit de 6 pieds 2 pouces et 185 livres devient un élément de plus en plus important chez les Flyers.

Il s’est établi comme un membre des deux premiers trios, qui, croit-il, a encore plus à offrir.

« Je pense que je dois en donner plus comme leader, a-t-il dit. J’essaie surtout de mener par l’exemple. Je travaille le plus fort possible et j’espère que cela déteint sur les autres. Si des choses doivent être dites, j’estime être rendu à un point de ma carrière où je peux me lever et être entendu par des joueurs qui vont l’accepter. »

Compte tenu de son âge, il est permis de croire que le meilleur est encore à venir dans le cas de Simmonds. Mais il a déjà obtenu le respect de ses adversaires.

« Wow! Quel compétiteur », s’est exclamé son ami de longue date Joel Ward, des Capitals de Washington. « C’est un gros bonhomme et il peut tout faire. C’est un joueur complet. Il peut marquer des buts, il peut frapper, il peut se battre. C’est le parfait attaquant de puissance et je pense qu’il y a plusieurs joueurs qui aimeraient l’avoir comme coéquipier. Il donne tout chaque soir. Et c’est tellement un chic type à l’extérieur de la patinoire. Si vous ne le connaissez pas vous pouvez penser qu’il n’est qu’un emmerdeur, mais c’est quelqu’un que tout le monde aime. »

Philadelphie n’acceptera pas une équipe perdante et Simmonds le sait bien. Il trouve même que cette attitude des partisans devrait motiver les joueurs à tout donner tout le temps. Certains trouvent difficiles d’accepter la pression de Philadelphie tandis que d’autres s’en nourrissent.

« Je ne trouve pas du tout que c’est une mauvaise chose, affirme Simmonds. Je donne toujours mon 100 pour cent, que ce soit à l’entraînement ou lors d’un match et je pense que les partisans apprécient cela. Philadelphie est une vraie ville de cols bleus et tout le monde doit travailler pour avoir ce qu’il a. C’est ce que j’essaie de faire et je pense que les partisans l’apprécient. »

 

La LNH sur Facebook