Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Devils: Martin Brodeur est « déçu » de perdre Ilya Kovalchuk

samedi 2013-07-13 / 16:25 / LNH.com - Nouvelles

LNH.com

Partagez avec vos amis


Devils: Martin Brodeur est « déçu » de perdre Ilya Kovalchuk

Martin Brodeur considère les Devils du New Jersey comme une famille. Cette semaine, il a vu deux de ses membres les plus proches quitter.

La retraite surprise d’Ilya Kovalchuk jeudi a suivi le départ de David Clarkson, qui s’est entendu avec les Maple Leafs de Toronto à titre de joueur autonome vendredi dernier.

« Ce sont deux gars avec qui j’ai passé beaucoup de temps sur et hors de la patinoire », a déclaré Brodeur au NorthJersey.com. « Mais au final, on essaie toujours de rebondir et ça va libérer de l’espace sur la masse salariale, et on espère pouvoir aller chercher d’autres joueurs ou donner la chance à d’autres personnes. »

Il y a peu de chances que ces joueurs soient du même calibre que Kovalchuk et Clarkson, deux attaquants qui ont terminé aux deuxième et troisième rangs des pointeurs de l’équipe la saison dernière (derrière Patrik Elias). Et tout ça survient après que les Devils eurent également perdu leur troisième meilleur pointeur en 2011-12, Zach Parise, qui a quitté pour se joindre au Wild du Minnesota comme joueur autonome l’été dernier.

« Comme Zach, ça va nous faire mal, a dit Brodeur jeudi. [Ilya] est un joueur de hockey très spécial. Ce n’est pas évident. On a payé le gros prix pour l’avoir considérant le talent qu’on a laissé aller et l’argent qu’on a mis. Il y avait une raison pour ça. C’est parce que c’est un joueur vraiment spécial. Ça va être difficile de le remplacer. »

Brodeur faisait référence au contrat de 15 ans et 100 millions $ de Kovalchuk, auquel il restait 12 ans et 77 millions $ à écouler. En raison des règlements de la LNH et après avoir consulté un arbitre, les Devils ont dû se départir de deux choix de repêchage (incluant leur choix de premier tour en 2014), et seront soulagés de 250 000 $ à 300 000 $ sur le plafond salarial pour les 12 prochaines saisons. L’équipe avait également échangé trois joueurs et deux choix aux Thrashers d’Atlanta pour faire l’acquisition de Kovalchuk en février 2010.

Brodeur est consterné qu’après tout ça, trois ans plus tard, son équipe n’obtienne rien en retour.

« C’est toujours un peu délicat parce que chaque joueur a le droit de faire ce qu’il veut », a mentionné Brodeur au journaliste Tom Gulitti. « Mais nous sommes une famille et nous jouons ensemble. Évidemment, je suis déçu. Je suis déçu parce que cette organisation me tient à cœur. Tout me tient à cœur.

« Il a été dévoué pendant longtemps, et là quelques années plus tard soudainement il décide de tout lâcher. Ce n’est pas comme si on obtenait quelque chose en retour. Au contraire, ça nous coûte de l’argent. Même si ce n’est pas beaucoup d’argent, c’est quand même quelque chose qui va affecter notre organisation pendant les 12 prochaines années. En ce sens, pour moi, compte tenu de tout ce que j’ai fait dans ma vie pour le New Jersey et les Devils et tout, c’est décevant. Mais en tant que joueur, je peux comprendre. »

Brodeur a passé toute sa carrière professionnelle avec les Devils, lui qui a été repêché en 1990. L’organisation a même ajouté son fils Anthony en le sélectionnant lors de l’encan de cette année.

Dans le communiqué annonçant sa retraite, Kovalchuk a évoqué son « désir de retourner à la maison [en Russie] pour avoir [sa] famille près de [lui] ».

« C’est difficile parce qu’on a renoncé à beaucoup de choses avec les choix qu’on a cédés et l’argent et les pénalités, a dit Brodeur. L’organisation a fait beaucoup pour lui, mais il se sentait d’une certaine façon, et je suis certain que ce n’était pas une décision facile à prendre pour lui. C’est une chose d’y penser, mais de passer à l’acte, c’est très différent. »

 

La LNH sur Facebook