Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Coyotes: Mike Ribeiro devrait combler le vide au centre

samedi 2013-07-13 / 15:27 / LNH.com - Joueurs autonomes 2013

Par Jerry Brown - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Coyotes: Mike Ribeiro devrait combler le vide au centre

SCOTTSDALE, Arizona – C’est la pièce manquante aux Coyotes de Phoenix depuis 10 ans ou plus, et probablement le plus gros obstacle à la tentative de l’entraîneur-chef Dave Tippett de faire de ce groupe un aspirant sérieux à la Coupe Stanley.

Recherché: un talentueux fabricant de jeu et joueur de centre no 1. Un complément à Shane Doan, qui peut diriger la rondelle vers le filet pour que son partenaire puisse y foncer. Un passeur et un marqueur qui peut ramener sur le droit chemin un jeu de puissance anémique.

De Martin Hanzal à Daymond Langkow, en passant par Matthew Lombardi, Kyle Turris et Antoine Vermette, les Coyotes ont mis tous leurs œufs dans le même panier en espérant pouvoir compter sur ce comité pour compenser l’absence d’un seul et unique joueur de centre de premier plan.

Mais Phoenix espère que l’équipe aura enfin trouvé en Mike Ribeiro ce qu’il lui faut, pas seulement un joueur qui fera sortir le meilleur des ailiers Mikkel Boedker et Doan, mais qui permettra aussi à Hanzal et Vermette de s’en tenir à des rôles plus confortables. Les Coyotes ont décidé d’investir 22 millions sur quatre ans avec l’espoir que le Québécois de 33 ans, qui a inscrit 67 buts et amassé 220 points en trois saisons sous les ordres de Tippett avec les Stars de Dallas (2006-09), n’ait rien perdu de ses habiletés offensives pour transformer des retrouvailles en retour dans les séries éliminatoires – et davantage – pour les Coyotes.

« Lorsque c’est devenu clair que rester [avec les Capitals de Washington] n’était plus une option, c’était important pour moi d’être confortable avec ma prochaine équipe et de ne pas avoir à recommencer à zéro », avait dit Ribeiro vendredi lorsque présenté aux médias à Phoenix. « J’ai adoré [avoir Tippett] comme entraîneur, et ma femme (Tamara) est encore une bonne amie de [sa] femme. […] Je crois en ce qu’il essaie de faire, et je pense qu’il croit en moi. Et c’était tout simplement l’endroit parfait pour moi. »

Les Coyotes, qui croient avoir enfin trouvé la solution à leurs problèmes, abondaient dans le même sens.

« De comprendre que ton besoin no 1 est ‘X’ et d’être capable de remplir ce besoin dès le premier jour du marché des joueurs autonomes nous rend vraiment meilleurs, a déclaré le directeur général des Coyotes Don Maloney. Nous avons essayé de combler ce poste avec différents joueurs qui nous ont amené certains des éléments dont nous avions besoin. Mais Mike est le genre de joueur auquel tu penses quand tu te demandes ‘De quoi avons-nous vraiment besoin ici?’ Et le fait qu’il connaisse déjà [Tippett] a juste rendu les choses encore plus simples. »

Et comment Ribeiro changera-t-il l’allure des Coyotes? Considérons le fait qu’il ait amassé 36 mentions d’assistance en 48 matchs avec Washington lors de la saison 2012-13. Les joueurs de centre des quatre trios de Phoenix ont récolté 39 aides au total. Tippett, qui avait muté Ribeiro du quatrième au premier trio entre Jere Lethinen et Brenden Morrow à Dallas, a très hâte de voir si son jeu aura un effet domino sur les autres attaquants de l’équipe.

« Lorsqu’il est arrivé [à Dallas] et qu’on apprenait à se connaître, il ne bougeait pas tellement et attendait beaucoup pour la rondelle, a évoqué Tippett. Je lui ai dit ‘Rib, je ne comprends pas. Tu es tellement bon avec la rondelle, pourquoi ne vas-tu pas la chercher plus souvent?’ Et il a répondu ‘Oui, peut-être que je vais le faire.’

« Je crois que son jeu s’est beaucoup amélioré depuis. »

La saison 2012-13 écourtée a fait en sorte que la séquence de campagnes avec au moins 50 points pour Ribeiro s’est arrêtée à huit. Il donnera aux Coyotes le quart-arrière sur le jeu de puissance qui leur manque depuis que Ray Whitney a quitté pour Dallas l’été dernier. Phoenix avait de la difficulté à contrer Ribeiro – et le convaincre de se joindre à l’équipe est une bonne façon d’y remédier.

« La plupart des fois où [les Stars] venaient ici, on les battait, a dit Ribeiro avec un sourire. Je me souviens de [Doan] qui disait ‘Wow, j’aimerais vraiment jouer avec toi.’ Si ça arrive, ce sera super. Il est droitier et il n’existe pas beaucoup de droitiers. Ils [les Coyotes] ont été très bons ces dernières années, il ne leur manquait qu’un élément, et maintenant j’espère que je pourrai faire la différence. »

Ribeiro a également joué avec le gardien Mike Smith à Dallas et a indiqué que le fait que Smith ait décidé de prolonger son contrat à Phoenix, ainsi que le nouveau groupe de propriétaires qui gardera l’équipe en Arizona ont beaucoup influencé sa décision.

« Quand on a échangé Smitty, je n’arrivais pas à y croire. Je n’étais pas surpris qu’il connaisse vraiment beaucoup de succès avec Phoenix, a dit Ribeiro. Nous avons un gardien élite, une très bonne et jeune défensive et un noyau d’attaquants avec de l’expérience. […] Quand ce fut décidé qu’ils allaient rester ici, je n’ai pas eu à y penser très longtemps, et je crois que maintenant plusieurs joueurs vont penser à venir ici maintenant que le [groupe de propriétaires] est stable. »

La belle relation qui existe entre le joueur et son entraîneur était évidente lors de la conférence de presse, avec quelques blagues et des échanges de sourires. Mais le respect mutuel était également très clair.

« J’ai toujours voulu être un joueur de centre no 1, et [Tippett] m’a donné cette chance pendant deux ans à Dallas et c’était super. Je n’ai pas peur de la pression ni de comment je dois la gérer, a déclaré Ribeiro. Il n’est pas le genre d’entraîneur qui va te crier dessus parce que tu as fait une erreur; il est plutôt terre-à-terre et enclin à venir te parler. C’est bien de savoir que ton entraîneur sait ce que tu essaies de faire sur la patinoire et que tu essaies d’aider l’équipe à gagner. »

 

La LNH sur Facebook