Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Bergeron accepte une prolongation de contrat de huit ans d’une valeur de 52 millions $

vendredi 2013-07-12 / 16:45 / LNH.com - Nouvelles

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Bergeron accepte une prolongation de contrat de huit ans d’une valeur de 52 millions $

Une philosophie partagée, des valeurs communes et une forte loyauté ont amené Patrice Bergeron à signer une prolongation de contrat vendredi qui, espère-t-il, va lui permettre de passer toute sa carrière dans l’uniforme des Bruins de Boston.

Les deux parties se sont entendues sur une entente de huit ans d’une valeur de 52 millions $ qui prendra effet au début de la saison 2014-15.

« J’ai commencé ma carrière à Boston, c’est une équipe qui a cru en moi quand j’avais 18 ans et je suis heureux aujourd’hui de pouvoir dire que je peux espérer me retirer dans l’uniforme des Bruins », a déclaré Bergeron en conférence téléphonique. « C’est un objectif, c’est ce que je veux. Je suis fier d’être un Bruin et j’espère que c’est pour la vie. Je ressens beaucoup de fierté chaque fois que je saute sur la glace dans cet uniforme. Je ne pourrais être plus heureux. »

C’est le second contrat d’une longueur maximum permis par la convention collective qu’accordent les Bruins en trois jours, à la suite de celui de 56 millions $ signé par Tuukka Rask mercredi.

« J’essaie d’être proactif avec ceux qui constituent le noyau de l’équipe », a déclaré le directeur général Peter Chiarelli. « Nous voulons retenir ces joueurs pour longtemps. Je les appelle (Bergeron et Rask) des piliers au sein de l’équipe. Il (Bergeron) est un leader. Il partage nos valeurs. Il est fier d’arborer le logo des Bruins. Il prêche par l’exemple. »

Chiarelli a cité le salaire annuel de 6,5 millions $ et le fait que Bergeron ait signé son contrat près d’un an avant l’expiration de son contrat actuel qui aurait pu lui permettre de devenir joueur autonome comme d’autres exemples de son engagement à l’endroit de son équipe.

« Il n’a pas été question qu’il aurait été capable d’obtenir plus d’argent sur le marché des joueurs autonomes et Patrice nous a donc aidés dans la construction de l’équipe, a apprécié Chiarelli. Je lui donne beaucoup de crédit. Il réalise ce que nous voulons faire ici La masse salariale est quelque chose d’important dans la construction d’une équipe. »

Et Bergeron a confiance au plan que Chiarelli et les Bruins ont mis en place, ce qui a encore facilité sa décision.

« La mentalité dans l’organisation est l’équipe d’abord et pour moi ça compte pour beaucoup, a-t-il dit. C’est la seule façon que l’on peut gagner et cela illustre exactement mes valeurs. Depuis cinq ans nous avons un formidable noyau de joueurs qui travaillent ensemble dans un même but. Cela rend plaisant de venir à l’aréna tous les jours. C’est ce que je veux continuer de faire, et à Boston. »

Bergeron s’est dit certain d’être prêt à se remettre à la tâche après d’exigeantes séries pour lui, qu’il a complétées au deuxième rang de la ligue avec neuf buts en 22 rencontres. Il a marqué le but en temps supplémentaire qui a éliminé les Maple Leafs de Toronto lors du septième match de la première ronde mais a dû visiter l’hôpital après le cinquième match de la finale, victime d’une fracture aux côtes et de dommages au cartilage. Puis il s’est disloqué l’épaule lors du match suivant mais a continué de jouer.

Il est retourné à l’hôpital après l’élimination aux mains des Blackhawks de Chicago pour apprendre qu’il avait aussi une perforation au poumon. Il a pu rentrer chez lui après quelques jours mais les médecins lui ont prescrit quatre semaines de repos pour permettre à la blessure au poumon de cicatriser.

« Ils ont installé un trou dans ma cage thoracique pour aspirer l’air et s’assurer que mon poumon allait se remettre à sa place et y demeurer, a-t-il expliqué. Ces quatre semaines visent à s’assurer que tout tienne vraiment bien en place. C’est le poumon plus qu’autre chose. Mon épaule et mes côtes vont mieux. Je ne suis toujours pas à 100 pour cent, mais je peux faire de la réhabilitation pour l’épaule. Mais je ne peux pas vraiment augmenter mon rythme cardiaque en raison de la blessure au poumon. »

Aucune opération ne sera nécessaire pour se rétablir de tous ces blessures, seul le temps fera le travail.

« Je m’attends à ressentir un peu de douleur au niveau des côtes et du cartilage pendant un certain temps, a encore dit Bergeron. Chaque fois que je fais une rotation ou un faux geste, je la ressens. Mais je vais avoir le temps de guérir et je suis confiant d’être prêt pour septembre. »

Chiarelli, lui, était prêt malgré tout à accepter les risques qui viennent dans le cas de chaque joueur signant un contrat à long terme, parce qu’il connaît bien le joueur impliqué.

« Lorsque vous envisagez d’accorder un contrat à long terme, vous devez tout considérer et être prêt à accepter bien des risques, a-t-il confié. Un individu avec la personnalité de Patrice… Patrice est tout un joueur de caractère. Il a prouvé sa résilience. Nous sommes à l’aise avec les risques que nous prenons. Ce n’est certes pas une chose que nous avons prise à la légère. Nous croyons fermement en Patrice comme joueur et comme personne et nous sommes prêts à vivre avec certains risques. »

Choisi en deuxième ronde et au 45e rang par les Bruins en 2003, Bergeron a pris part à 71 matchs et amassé 39 points comme recrue à 18 ans. Il a passé la saison suivante dans la Ligue Américaine en raison du lock-out mais est depuis un joueur bien établi à Boston. Il a atteint le plateau des 20 buts à quatre reprises, totalisant 433 points en 579 matchs, et il a gagné le trophée Selke remis au meilleur attaquant défensif à l’issue de la saison 2011-12. Il a de nouveau été finaliste à l’obtention de ce trophée cette année après avoir obtenu 32 points en 42 rencontres, mené son équipe avec un différentiel de plus-24 et toute la LNH avec un taux de réussite de 62,1 pour cent aux mises en jeu.

Il est aussi le dernier lauréat du trophée King Clancy remis au joueur qui combine le mieux les qualités de leadership sur et à l’extérieur de la patinoire, et son engagement dans des causes humanitaires et communautaires est bien connu.

« Nous sommes très heureux de l’avoir mis sous contrat, s’est réjoui Chiarelli. On ne peut pas prédire maintenant s’il va terminer sa carrière avec les Bruins, mais nous l’aimons beaucoup comme joueur. Il incarne plusieurs des valeurs auxquelles croient les Bruins. C’est un joueur responsable, qui travaille fort, c’est un leader, un joueur des grandes occasions. Il a une façon classique de se comporter que moi et les Bruins apprécient. On a pu voir ses performances au fil des années, son grand courage au cours des dernières séries. Oui, nous sommes très heureux que Patrice ait accepté une prolongation de contrat de longue durée. »

Suivez Adam Kimelman sur Twitter: @NHLAdamK

 

La LNH sur Facebook