Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les Flyers sont certains d’être meilleurs avec Lecavalier, Streit et Emery

mardi 2013-07-09 / 19:19 / LNH.com - Nouvelles

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Les Flyers sont certains d’être meilleurs avec Lecavalier, Streit et Emery

PHILADELPHIE – Aux yeux du président des Flyers de Philadelphie Ed Snider, il était évident mardi que son équipe s’est améliorée en faisant l’acquisition de l’attaquant Vincent Lecavalier, du défenseur Mark Streit et du gardien Ray Emery.

« On n’ajoute pas trois grands joueurs comme ça sans devenir meilleurs », a constaté Snider à la suite d’une conférence de presse au Wells Fargo Center. « Nous sommes une meilleure équipe, ça ne fait aucun doute. »

On espère maintenant que les trois vétérans de plus de 30 ans aideront les Flyers à revenir dans les séries de la Coupe Stanley après avoir terminé la dernière saison au 10e rang de l’Association de l’Est.

Le directeur général Paul Holmgren estime que l’addition de Streit en particulier comble une lacune. Le défenseur suisse a marqué six buts et cumulé 27 points en 48 matchs la saison dernière après avoir amassé une moyenne de 50 points à chacune de ses cinq campagnes précédentes (il a raté la saison 2010-11 en raison d’une blessure à une épaule).

Quelques jours avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes, les Flyers ont cédé un joueur des ligues mineures, Shane Harper, et un choix de quatrième ronde en 2014 aux Islanders de New York pour ce joueur de 35 ans qui a ensuite accepté un contrat de 21 millions $ pour quatre ans.

« Nous avons mis la main sur Mark, un type de défenseur dont nous avons besoin, a confié Holmgren, qui peut jouer en avantage numérique et aider l’attaque à cinq contre cinq, un défenseur qui se joint aux montées à l’attaque et prépare des jeux lui-même à partir de notre zone. Nous avions besoin de ça. »

Avoir aidé les Islanders à revenir en séries pour la première fois depuis 2007 a rendu son départ plus difficile, mais Streit avait besoin d’un changement de décor.

Le proprio des Flyers discute des problèmes de gardien



PHILADELPHIE -- Ed Snider est le propriétaire des Flyers depuis leur entrée dans la LNH et des gardiens, il en a vu passer! Et il ne comprend pas plus que les autres pourquoi son équipe a éprouvé autant de problèmes à cette position depuis plus de 35 ans.

Le dernier gardien en lice est Ray Emery, qui revient à Philadelphie après avoir signé un contrat d’un an le 5 juillet. Il remplacera Ilya Bryzgalov, qui a vu les cinq dernières années de son contrat de sept ans être racheté. Emery a joué pour les Flyers en 2009-10 jusqu’à ce qu’une blessure à la hanche qui a menacé sa carrière mette fin à sa saison en février.

Pour Snider, le problème des gardiens remonte à la saison 1975-76, quand une blessure au cou a mis Bernard Parent au rancart.

« Je pense que Bernie aurait gagné la Coupe quatre ou cinq années de suite, estime Snider. Quand nous avons perdu à Montréal en 1976 (en finale), nous avions notre meilleure équipe. Wayne Stephenson était devant le filet mais ce n’était pas Bernie. Nous avons perdu chaque match par un but. Il n’y a aucun doute dans mon esprit que si Bernie était demeuré en santé, je ne sais pas combien de Coupes nous aurions gagnées.

« Même chose avec Pelle (Lindbergh). Le soir qu’il a eu son accident, (Lindbergh est décédé des suites d’un accident d’automobile en novembre 1986), je disais à un ami que nous avions la meilleure équipe depuis celle qui avait gagné les (deux) Coupes. Et Ray Emery, comme l’a dit Paul (Holmgren), a réalisé un blanchissage à son dernier match puis n’a plus été en mesure de jouer.

« Parfois je pense que le vaudou est contre nous. »


-- Adam Kimelman

« À la fin de la saison, j’ai eu l’impression que le temps était venu pour moi de passer à autre chose, a-t-il expliqué. J’avais quelques équipes en tête et les Flyers étaient en tête de liste. J’ai toujours aimé jouer contre eux ici. Je trouve qu’ils ont une très bonne équipe, un bon mélange de jeunes et de vétérans. Beaucoup d’habileté, mais aussi beaucoup de caractère. C’était difficile d’affronter ces gars-là. C’est aussi une grande ville de hockey, avec une grande tradition. Je suis reconnaissant qu’on m’ait donné l’opportunité (de me joindre à cette équipe). Je suis vraiment très heureux. J’estime que cette équipe a vraiment beaucoup de potentiel. »

C’est aussi ce qu’a pensé Lecavalier, 33 ans, quand il a signé un contrat de 22,5 millions $ pour cinq ans après avoir vu son contrat racheté par le Lightning de Tampa Bay. Il a été convaincu lors d’une rencontre avec Holmgren et l’entraîneur Peter Laviolette.

« C’est cette rencontre… ce qu’ils ont dit, à propos de leur style de jeu, de leur formation, a raconté Lecavalier. Quand ils ont quitté, j’étais emballé. Le lendemain, j’ai commencé à faire des appels pour faire mes devoirs au sujet de cette organisation. »

Simon Gagné, Vaclav Prospal, Pavel Kubina et Ruslan Fedotenko, d’anciens coéquipiers à Tampa qui ont joué à Philadelphie, sont parmi ceux qu’il a contactés et qui lui ont fait des rapports positifs.

« Tous n’avaient que de bonnes choses à dire, a-t-il fait valoir. Les attentes sont élevées, c’est ce que j’aime. Ils veulent gagner et je veux contribuer. »

Lecavalier a reconnu que cela n’avait pas été facile de quitter le Lightning, l’équipe qui l’a repêché au tout premier rang en 1998 et pour laquelle il a joué pendant 14 ans. Mais aboutir à Philadelphie était le meilleur scénario dans les circonstances.

« Quand j’ai signé mon contrat, je pensais être un Lightning à vie », a-t-il dit à propos de cette entente de 11 ans d’une valeur de 85 millions $ conclue en 2008. « Ca ne s’est pas passé comme ça mais je suis fier de porter cet uniforme (des Flyers). Ils ont prouvé depuis 18, 20 ans, en se qualifiant tellement souvent pour les séries, à quel point ils sont prêts à travailler fort. Une équipe qui arrive dans ce building est mieux d’être prête parce que les Flyers vont sortir en force. Je suis fier d’être du groupe. »

En plus de son talent (il avait marqué 20 buts et plus 13 saisons de suite avant la dernière campagne limitée à 48 rencontres, atteint le plateau des 30 buts à cinq reprises et gagné le trophée Maurice Richard en 2007 avec un total de 52 buts), Lecavalier apporte son expérience des séries, au cours desquelles il a cumulé 52 points en 63 matchs, incluant quatre buts en sept matchs contre les Flyers en finale de l’Association de l’Est avant d’aller gagner la seule Coupe Stanley du Lightning.

« Je me rappelle avoir prévu que ce serait une dure série et ce fut le cas, s’est souvenu Lecavalier. J’ai joué contre Keith Primeau, de qui j’ai appris beaucoup, son éthique de travail, ce qu’il apportait à son équipe. C’aurait pu aller d’un côté ou de l’autre et ç’a probablement été notre meilleure série des éliminatoires. »

Les Flyers ont fait l’acquisition d’un autre joueur avec l’expérience des séries. Emery a remporté 17 victoires contre une seule défaite en 2012-13 pour aider les Blackhawks de Chicago à terminer au premier rang du classement général et il était l’auxiliaire de Corey Crawford quand les Hawks ont gagné la Coupe Stanley. Précédemment, il avait entrepris les 20 matchs des Sénateurs d’Ottawa lorsque ceux-ci ont atteint la finale en 2007.

« Si vous consultez la fiche de Ray depuis son arrivée dans la LNH, il a toujours gagné, a noté Holmgren. Tout ce qu’il fait est de gagner. »

Emery a pris part à 29 matchs des Flyers en 2009-10 avant de devoir interrompre sa saison en février en raison d’une blessure à une hanche qui a presque mis fin à sa carrière. On se rappelle surtout de cette saison parce que les Flyers avaient atteint la finale de la Coupe Stanley, mais on oublie que les 16 victoires d’Emery le plaçaient à égalité en tête des gardiens des Flyers.

« Je me rappelle son dernier match. Il avait blanchi Calgary 3-0 et le lendemain matin j’apprenais qu’il avait un problème à la hanche, a raconté Holmgren. Tout le monde se souvient de la situation avec nos gardiens par la suite. Qui n’avons-nous pas essayé? Et nous nous sommes rendus en finale. Qui sait ce qui se serait passé si nous avions eu Ray Emery? »

Emery, lui, ce rappelle ce que les Flyers ont fait pour lui à l’extérieur de la patinoire.

« J’ai été chanceux des efforts qu’ils ont fait pour en arriver à la meilleure opération, a-t-il confié. Ils ont mis tellement d’efforts, ils m’ont envoyé voir des médecins partout, etc. Revenir, après tout ce qui s’est passé… c’est vraiment spécial pour moi d’obtenir une chance de jouer encore ici et j’espère bien faire, pour les remercier de tout ce qu’ils ont fait pour sauver ma hanche et me permettre de continuer à jouer. »

La prochaine étape pour Emery et les autres est de bien s’adapter à leur nouvelle équipe et d’aider l’équipe à revenir en séries.

« Je pense que nous avions une assez bonne équipe pour accéder aux séries la saison dernière, mais toutes sortes de problèmes sont survenus, a dit Holmgren. Notre but est d’apporter les corrections et de nous retrouver en séries. »

Suivez Adam Kimelman sur Twitter: @NHLAdamK

 

La LNH sur Facebook