Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les Sénateurs pleurent le départ d’Alfredsson mais apprécient l’arrivée de Ryan

samedi 2013-07-06 / 10:14 / LNH.com - Joueurs autonomes 2013

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

L’ouverture du marché des joueurs autonomes aurait dû constituer une belle journée pour le directeur général des Sénateurs d’Ottawa.

Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on peut ajouter un bon jeune marqueur éprouvé à sa formation comme l’a fait Bryan Murray en faisant l’acquisition de Bobby Ryan dans un échange avec les Ducks d’Anaheim.

Ce coup d’éclat aurait dû être célébré lors de la rencontre de presse convoquée en fin d’après-midi.

Mais Murray avait plutôt des sentiments exactement contraires quand il s’est adressé aux médias de la région d’Ottawa pour leur expliquer comment, en dépit de tous les efforts pour le garder, le plus grand joueur de l’histoire de la concession avait décidé de quitter les Sénateurs pour les Red Wings de Detroit, de nouveaux rivaux de division en plus.

Cette décision de Daniel Alfredsson, après 17 ans passés à Ottawa, dont 14 à titre de capitaine des Sénateurs, a causé une onde de choc dans la capitale nationale et Murray a avoué franchement à quel point cette lourde perte était difficile à digérer.

« Pour moi, ce fut une conversation dévastatrice, décevante, difficile à avaler, comme pour beaucoup de monde, a-t-il confié. Mais je comprends un vétéran qui n’a jamais gagné et qui veut le faire et voit une occasion. »

Alfredsson a téléphoné à Murray jeudi soir pour lui apprendre la mauvaise nouvelle, à la suite d’une semaine de discussions entre Murray et J.P. Barry, l’agent d’Alfredsson. Le tout avait commencé le 27 juin lorsque Alfredsson a rencontré Murray, qui lui a fait part de ses intentions pour améliorer son équipe, notamment avec la possibilité d’obtenir les services de Ryan.

Alfredsson a alors fait savoir à Murray qu’il avait besoin d’une semaine de réflexions, chez lui en Suède, pour décider de son avenir. Sa décision est tombée exactement sept jours plus tard.

Malgré sa déception, Murray n’a pas ménagé les compliments à l’endroit de son ancien capitaine.

« Il mérite de saisir cette occasion, a-t-il dit. Il a été un grand homme ici. C’était plus qu’une relation entre un joueur et un directeur général. Je le considérais comme un ami, un gars avec qui je pouvais m’asseoir et parler comme à un ami. Il avait une grande connaissance du jeu. Il va nous manquer, ça ne fait pas de doute, comme individu, comme leader, comme un type impliqué dans la communauté. Il mérite tout le crédit qu’il a reçu ici et même plus. »

Alfredsson a accepté un contrat d’un an des Red Wings, évalué à 5,5 millions $ en incluant les bonis. Murray a reconnu qu’il y avait eu désaccord sur les termes financiers lors de sa première conversation avec Barry. Mais à la fin, le propriétaire Eugene Melnyk lui avait donné le feu vert pour engager Alfredsson au prix qu’il exigeait.

« Complète le travail. Donne-lui ce qu’il veut », lui a dit Melnyk.

Néanmoins, les discussions n’ont jamais suffisamment progressé pour qu’on puisse parler de négociations et Murray affirme qu’il n’a plus jamais reparlé d’argent après sa première discussion avec Barry.

« Ce n’était pas une question d’argent pour Alfie et moi, a raconté Murray. C’est uniquement le désir d’un joueur d’essayer quelque chose de différent et d’avoir une meilleure chance, selon lui, d’atteindre son but ultime, et il faut tourner la page. Mais j’espère qu’un jour il va revenir s’établir à Ottawa et devenir un individu respecté dans la communauté. J’espère que nos partisans comprennent que cela arrive à l’occasion. »

À la fin de la journée de vendredi, le site internet des Sénateurs s’ouvrait sur une page qui remerciait Alfredsson pour ses 1178 matchs disputés dans l’uniforme des Sénateurs, au cours desquels il a établi des records d’équipe pour les buts (426), les aides (682) et les points (1108).

« J’aimerais aussi profiter de l’occasion afin de remercier Daniel Alfredsson pour ses nombreuses contributions à notre équipe de hockey et à notre communauté tout au cours de ces 17 ans passés ici », a déclaré Melnyk par voie de communiqué. « Je souhaite à Daniel, Bibbi et leur famille la meilleure chance du monde dans toutes leurs futures entreprises. »

La déception causée par la perte d’Alfredsson a complètement noyé la bonne nouvelle de l’acquisition de Ryan, un jeune homme de 26 ans qui a atteint la marque des 30 buts à chacune de ses quatre saisons complètes disputées avec les Ducks.

« Je crois que nous avons obtenu un joueur étoile, a déclaré Murray. Il marque plus de 30 buts année après année, il est gros et fort. Il jouait derrière deux très bons joueurs à Anaheim en (Ryan) Getzlaf et (Corey) Perry et là il obtient la chance de devenir le joueur numéro un de notre équipe. Il marque des buts, il passe beaucoup de temps sur la glace, il est bon autour du filet, avec ou sans la rondelle. »

Murray a aussi fait signer un contrat de deux ans à Clarke MacArthur, évalué à 6,5 millions $, pour jouer dans le deuxième trio en compagnie de Kyle Turris.

Pour mettre la main sur Ryan, les Sénateurs ont dû se départir de Jakob Silfverberg, un jeune attaquant prometteur, ainsi que de Stefan Noesen, un espoir, et d’un premier choix de repêchage l’an prochain.

Deux attaquants de premiers trios, Alfredsson et Silfverberg, seront donc remplacés par deux autres, nouveaux venus, Ryan et MacArthur.

« Nous sommes rajeunis, a noté Murray. C’est difficile pour moi de dire que nous sommes meilleurs aujourd’hui parce que nous n’avons pas commencé à jouer, mais je pense que nous sommes aussi bons. »

Murray a aussi discuté avec l’agent de David Clarkson mais celui-ci a préféré Toronto, d’où vient MacArthur. C’est à partir de ce moment vendredi matin que Murray a ravivé les négociations concernant Ryan, qui avaient été entreprises il y a deux semaines mais s’étaient atténuées un peu.

Les principaux objectifs de Murray vendredi concernaient Clarkson et Alfredsson, mais il s’est retrouvé avec de très bons prix de consolation en Ryan et MacArthur.

Malgré tout, ce ne fut pas une journée vraiment réjouissante.

« Nous nous retrouvons avec deux joueurs que nous sommes très heureux de compter parmi nous, a dit Murray. Mais la perte d’Alfie est un coup dur. »

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
Detroit mène la série 1-0
vs.
Montréal mène la série 2-0
vs.
Pittsburgh mène la série 1-0
vs.
New York mène la série 1-0
vs.
Le Colorado mène la série 1-0
vs.
St. Louis mène la série 1-0
vs.
Anaheim mène la série 1-0
vs.
San Jose mène la série 1-0
 

La LNH sur Facebook