Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Le parcours sinueux qui a mené Jones aux Predators

    dimanche 2013-06-30 / 22:56 / LNH.com - Repêchage de la LNH 2013

    Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Le parcours sinueux qui a mené Jones aux Predators

    NEWARK, New Jersey – Quand le directeur général des Predators de Nashville David Poile a su qu’il posséderait le quatrième choix du repêchage 2013 de la LNH, il était heureux parce qu’il croyait qu’il y avait quatre talents exceptionnels dans cette cuvée.

    Puis, quand est venu le temps d’annoncer sa sélection dimanche au Prudential Center, Poile était aux anges.

    Trois joueurs ont été réclamés avant que Poile monte sur la scène, mais il a tout de même pu sélectionner le joueur qui était au sommet de la liste des espoirs des dépisteurs de Nashville. La sélection du défenseur Seth Jones par les Predators a constitué la première surprise du repêchage.

    « Je préférerais ne pas avoir à dire : “Je n’arrive pas à croire que ce joueur était disponible”, mais Seth Jones était au sommet de notre liste. Nous croyons que c’est un joueur extraordinaire, a déclaré Poile. C’est un futur joueur de concession. Seth Jones était le meilleur joueur à nos yeux, mais on verra bien. On sait tous comment fonctionne le repêchage et il faut attendre quelques années pour savoir si on a eu raison, mais nous sommes très heureux. »

    Tous s’entendaient pour dire que Jones était le meilleur espoir de ce repêchage après qu’il eut mené les États-Unis à la médaille d’or au Championnat mondial junior 2013 de l’IIHF en janvier. Jusqu’à tout récemment, il luttait toujours avec le centre des Mooseheads de Halifax Nathan MacKinnon pour le titre d’espoir numéro un.

    La nouvelle équipe de direction de l’Avalanche du Colorado, menée par Joe Sakic et Patrick Roy, a clairement signifié son intention de réclamer MacKinnon dans les jours précédant le repêchage. Toutefois, lorsque les Panthers de la Floride et le Lightning de Tampa Bay ont préféré des attaquants à Jones, tous les pronostics relatifs à ce repêchage sont tombés à l’eau.

    Jones semblait être destiné à jouer à Denver, lui qui y a passé une partie de son enfance alors que son père, Popeye Jones, évoluait avec les Nuggets dans la NBA. Après que l’Avalanche eut plutôt opté pour un éventuel centre de concession, les Panthers ont fait la même chose en se tournant vers le Finlandais Aleksander Barkov.

    Le directeur général de la Floride Dale Tallon a déclaré que la décision a été prise à la suite d’une deuxième rencontre avec Barkov la veille du repêchage.

    Samedi matin, lors d’une conférence de presse organisée pour annoncer la nomination de Dan Bylsma des Penguins de Pittsburgh au poste d’entraîneur de l’équipe des États-Unis aux Jeux olympiques d’hiver de 2014, Poile, le directeur général de la formation américaine, avait prédit que Tallon allait repêcher Jones. Quand il a pris la parole, il a regardé Tallon, à sa gauche, et il a déclaré qu’il s’attendait à ce qu’un joueur américain (Jones, évidemment) soit repêché parmi les deux premiers dimanche.

    « Ça ne s’est pas passé comme prévu. Je crois qu’il faut remonter à la loterie du repêchage, a expliqué Poile. Quand le Colorado a gagné la loterie, je croyais que c’était certain à 99 pour cent que Seth Jones allait aboutir là. Il avait joué son hockey mineur là-bas, alors c’était logique. Puis, il y a eu la Coupe Memorial. Ensuite, l’embauche de Patrick Roy, qui connaît mieux MacKinnon que quiconque dans l’organisation. MacKinnon a été formidable au tournoi de la Coupe Memorial et c’est là que tout a changé. Ce n’était plus pareil. »

    S’il est jumelé à Nick Bjugstad, Barkov pourrait permettre au Panthers d’avoir deux centres qui mesurent plus de 13 pieds ensemble et qui possèdent un talent et un sens du hockey aussi impressionnants que leur gabarit. Tallon tient en haute estime son groupe de jeunes défenseurs et la Floride possède beaucoup de profondeur dans son organisation.

    Bjugstad et Barkov pourraient former un duo de centres dévastateur, mais si aucun des jeunes espoirs des Panthers à la ligne bleue ne devient un véritable défenseur numéro un, ils pourraient regretter de ne pas avoir repêché Jones.

    « Ç’a été une décision difficile, mais on voulait se renforcer au centre, a ajouté Tallon. J’aime les gros centres qui sont forts et capables de fabriquer des jeux. On y a réfléchi pendant plusieurs jours. À notre avis, c’était le joueur le plus talentueux. Il possède un bon gabarit et il lance de la gauche. C’est quelque chose qu’on n’a pas dans notre organisation.

    « On a eu plusieurs bonnes discussions. Notre personnel a bien présenté ses idées au sujet du joueur que l’on devrait sélectionner au deuxième rang. Notre choix s’est arrêté sur Barkov et nous sommes satisfaits. »

    Le Lightning possédait le choix suivant et ses besoins étaient nombreux. Ils auraient pu repêcher Jones pour le jumeler avec Victor Hedman, mais le directeur général Steve Yzerman a plutôt opté pour le talentueux ailier Jonathan Drouin.

    Drouin, le coéquipier de MacKinnon dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, pourrait se tailler un poste au sein des deux premiers trios de Tampa Bay immédiatement à la suite du rachat du contrat de Vincent Lecavalier plus tôt cette semaine.

    « Chaque équipe a sa propre liste et tout le monde a des besoins différents, a déclaré Yzerman. Ce qui nous plaît chez Jonathan Drouin, c’est son sens du hockey, son esprit compétitif, son talent et son coup de patin. On aime tout de lui. On aime beaucoup Seth Jones aussi. Il n’a pas beaucoup de défauts, mais quand on classe des joueurs, il faut en mettre un en première place, un en deuxième et un en troisième. Jonathan était juste devant Seth dans notre liste. »

    Et voilà comment Jones s’est retrouvé à Nashville.

    Les Predators forment une bonne formation défensive depuis plusieurs années, mais ils n’ont jamais vraiment eu d’attaquants dynamiques. D’une saison à l’autre, cela constitue soit une petite faiblesse, soit une carence grave.

    Les Predators sont allés chercher un attaquant dynamique prometteur avant la date limite des transactions de 2013 en faisant l’acquisition de Filip Forsberg en échange de vétéran ailier Martin Erat. Si Barkov ou Drouin avait été le dernier joueur du quatuor de tête disponible, Poile aurait été des plus heureux le repêcher et de lui faire une place sur l’un de ses deux premiers trios.

    Jones s’est avéré être une belle surprise. À une semaine du premier anniversaire de la perte de Ryan Suter sur le marché des joueurs autonomes, Poile pourrait bien avoir trouvé son remplaçant à long terme.

    « Je crois qu’il a tout le potentiel pour le faire, a ajouté Poile. [Jones] est le même genre de défenseur, alors seul l’avenir nous le dira. Il n’a que 18 ans, alors il faudra être patient. Ce qui frappe, c’est qu’il est imposant et bien bâti. On va lui donner la chance de se tailler un poste dans notre alignement lors du camp d’entraînement. On était à la recherche de joueurs plus gros, alors on est satisfait aujourd’hui. »

    Il est peut-être un peu déçu de ne pas avoir été choisi au premier ou au deuxième rang, mais Jones pourrait bien avoir trouvé la situation idéale à Nashville. Son père est né à près de 200 kilomètres à l’ouest de Nashville et quelques membres de sa famille habitent toujours dans la région.

    Les Predators ont récemment embauché Phil Housley comme entraîneur adjoint. Housley était l’entraîneur-chef de l’équipe américaine aux Mondiaux juniors quand Jones s’est illustré. Puis, il faut ajouter à cela la profondeur et le talent de la brigade défensive de l’équipe. Jones n’aura pas à jouer 25 minutes par partie, sauf s’il le mérite vraiment.

    Et ça pourrait bien arriver plus vite que prévu.

    « Je pense que je peux être un bon défenseur et contribuer un peu à l’attaque, a affirmé Jones. Je sais qu’on dit que ça prend du temps pour développer un défenseur dans la LNH, au moins deux ans. J’espère donc pouvoir déjouer les prédictions. »

    Seul l’avenir nous dira si les trois équipes qui ont levé le nez sur Jones le regretteront. Jones était considéré comme étant le meilleur espoir en janvier. L’histoire récente des repêchages de la LNH nous apprend que le joueur qui fait l’unanimité cinq mois avant la séance de sélection est habituellement le premier joueur réclamé.

    MacKinnon, Barkov et Drouin pourraient tous devenir des joueurs extraordinaires. Le fait qu’ils aient tous les trois surpassé Jones dans l’ordre de sélection aura été la première surprise du repêchage de 2013.

    « Oui, on est tous des compétiteurs, a conclu Jones. Je suis compétitif de nature et je tiens ça de mes parents. Oui, je veux leur montrer qu’ils ont eu tort et je veux leur montrer pourquoi ils auraient dû me choisir. Ce n’est pas mon seul objectif pour l’année prochaine, mais c’est définitivement sur ma liste. »