Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Le directeur du recrutement de l’Avalanche penche pour un avant

    mercredi 2013-06-26 / 17:03 / LNH.com - Repêchage de la LNH 2013

    Par Rick Sadowski - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Le directeur du recrutement de l’Avalanche penche pour un avant

    DENVER – En accord avec leur philosophie de repêcher le joueur qu’ils estiment le meilleur disponible plutôt que de repêcher selon les besoins de l’équipe, les dirigeants de l’Avalanche du Colorado risquent donc de sélectionner le centre des Mooseheads d’Halifax Nathan MacKinnon, avec le tout premier choix du repêchage 2013 de la LNH qui sera présenté dimanche (15 h 00, HE; RDS, TSN, NBCSN), plutôt que d’opter pour le défenseur Seth Jones des Winterhawks de Portland.

    Mercredi, Rick Pracey, le directeur du recrutement amateur de l’Avalanche, a réitéré les commentaires énoncés plus tôt par le vice-président exécutif aux opérations hockey Joe Sakic et par l’entraîneur Patrick Roy à savoir que l’équipe penchait vers la sélection d’un des trois meilleurs attaquants avec le premier choix, et que MacKinnon était en tête de liste.

    L’Avalanche n’a pas rejeté l’idée de transiger son choix et a généré beaucoup d’intérêt de la part des autres formations, mais MacKinnon est grimpé au sommet de la liste de l’équipe et s’il demeure au premier échelon, l’ailier gauche Jonathan Drouin (Halifax) et Aleksander Barkov (Tappara en Finlande) sont les autres attaquants pris en considération.

    Pourquoi un avant plutôt qu’un défenseur ? L’Avalanche compte déjà sur la présence de quelques jeunes attaquants en Matt Duchene, Paul Stastny, Ryan O’Reilly et Gabriel Landeskog.

    « Nous estimons qu’ils offrent une attaque de transition au niveau de la LNH et c’est quelque chose qui est très convoité », a dit Pracey à propos de MacKinnon, Drouin et Barkov. « Si vous regardez les cinq meilleurs marqueurs en terme de points dans la ligue récemment, les cinq sont des premiers choix au total. Si vous observez le top-20 des meilleurs marqueurs lors des cinq dernières années, un bon pourcentage de ces joueurs a été sélectionné parmi les cinq premiers au repêchage.

    « Nous pensons que c’est un jour spécial pour notre concession. Nous voyons cela comme une opportunité d’ajouter un joueur de concession, une pierre d’assise pour les 15 prochaines années, un joueur prêt à évoluer dans la LNH. »

    La majorité des experts ont catalogué Jones en tant que premier choix probable de l’Avalanche, après que l’équipe eût remporté la loterie pour l’obtention du premier choix le 29 avril. L’Avalanche, qui a terminé au 29e rang du classement général dans la LNH, a besoin de beaucoup d’aide en défensive et Jones est un arrière talentueux de 6 pieds 3,5 pouces et 205 livres qui a appris à jouer au hockey dans les environs de Denver et dont le père, Ronald « Popeye » Jones, a passé une partie de sa carrière à évoluer au sein des Nuggets de Denver. Il est considéré comme étant le meilleur espoir en défensive au cours des dernières années.

    Pour quelles raisons il a ainsi chuté au classement aux yeux de l’Avalanche ?

    « Rien de particulier, affirme Pracey. Seth Jones est un très très bon joueur. Il a un bon gabarit, il a un coup de patin digne de l’élite, il peut bouger la rondelle. Il sera un très bon joueur dans cette ligue et nous avons beaucoup d’intérêt envers lui. »

    Seulement 12 défenseurs ont été sélectionnés au tout premier rang dans la LNH depuis que le repêchage existe, soit depuis 1963, et peu ont connu des carrières d’élite. Erik Johnson de l’Avalanche est le dernier arrière à avoir été sélectionné au tout premier rang par les Blues de St. Louis en 2006 et il n’est pas parvenu à répondre aux attentes.

    « Je pense que c’est la nature de la position et les responsabilités qui y sont rattachées, a dit Pracey. La courbe de développement, l’ajustement au circuit en terme de grosseur… Un autre argument est la capacité à contenir les gros joueurs. »

    MacKinnon, un joueur de six pieds et 182 livres, a raté un peu d’action à cause d’une blessure à un genou cette saison, mais il a terminé avec 32 buts et 43 passes en 44 parties dans la LHJMQ. Pleinement rétabli pour les séries, il a marqué 11 buts et ajouté 22 passes en 17 rencontres pour mener Halifax jusqu’à la Coupe Memorial, là où il a récolté le titre de joueur par excellence du tournoi. MacKinnon a enregistré un tour du chapeau lors du match ultime, un gain de 6-4 face à Jones et aux Winterhawks.

    Mais Pracey a affirmé que l’impressionnante performance de MacKinnon en séries ne l’avait pas nécessairement fait monter au premier rang de leur liste.

    « Nous sommes méfiants envers les tournois, a dit Pracey. Le jeu au sein des ligues est un facteur beaucoup plus important en terme d’évaluation. Mais cela dit, il est difficile de ne pas apprécier la manière dont Nathan s’est levé et a livré la marchandise à un moment important. Je ne pense pas que la Coupe Memorial a été un facteur à 100 pour cent. Est-ce un facteur ? Probablement un peu. »

    L’Avalanche n’a jamais pu compter sur un premier choix au total depuis que la concession a déménagé depuis Québec vers Denver en 1995-96. Les Nordiques ont sélectionné trois fois au tout premier rang, repêchant Mats Sundin en 1989, Owen Nolan en 1990 et Eric Lindros en 1991. Le plus haut choix de l’Avalanche avant cette année remonte à 2011, lorsque Landeskog avait été choisi au deuxième échelon.

    L’Avalanche compte présentement sept sélections pour l’encan de cette année, un choix à chaque ronde, incluant le deuxième choix de la deuxième ronde, le 32e au total.