Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Repêchage de rêve, 5e rang: Jaromir Jagr, Penguins

    mercredi 2013-06-26 / 12:00 / LNH.com - Repêchage de la LNH 2013

    Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Repêchage de rêve, 5e rang: Jaromir Jagr, Penguins

    Pour souligner le 50e anniversaire du premier repêchage de la LNH, LNH.com a réuni un groupe de 13 experts pour choisir les meilleurs joueurs réclamés à chacun des rangs du premier tour du repêchage. LNH.com présentera un joueur par jour en commençant par le meilleur 30e choix de tous les temps le 1er juin. Le meilleur premier choix de l’histoire sera dévoilé le 30 juin, la journée même du repêchage de 2013.

    Aujourd’hui : Le meilleur 5e choix : Jaromir Jagr, Penguins de Pittsburgh, 1990

    Quand les Flyers de Philadelphie se sont présentés au repêchage de 1990 de la LNH, il y avait un attaquant tchécoslovaque un peu frêle au sommet de leur liste. Quand leur tour est venu, Jaromir Jagr était toujours disponible, mais le directeur général des Flyers Russ Farwell n’a pas osé choisir un joueur européen si tôt dans la séance et il s’est plutôt tourné vers le centre canadien Mike Ricci.

    Jaromir Jagr
    Jaromir Jagr
    STATISTIQUES EN CARRIÈRE
    Buts: 681 | Aides: 1 007 | Pts: 1 688
    Tirs au but: 4 881 | Différentiel: 278

    Avec la sélection suivante, les Penguins de Pittsburgh n’ont pas hésité une seconde et ils ont réclamé Jagr. Après deux coupes Stanley et une multitude d’autres trophées, l’équipe d’experts chargée d’établir le repêchage de rêve de LNH.com a nommé Jagr comme étant le meilleur cinquième choix de l’histoire.

    Jagr a eu un impact immédiat à Pittsburgh tant sur la glace qu’à l’extérieur de la patinoire. Il a joué un rôle clé dans les conquêtes de la Coupe Stanley de sa formation à ses deux premières campagnes dans la ligue. Ses performances, tout comme son épaisse chevelure, ont conquis le cœur des partisans pour en faire l’un des joueurs les plus populaires de l’histoire de la concession.

    Jagr est véritablement sorti de l’ombre en 1992-93 grâce à la première de deux saisons consécutives de plus de 90 points. Durant la saison écourtée par le conflit de travail en 1994-95, il a remporté le premier de ses cinq trophées Art-Ross grâce à une récolte de 70 points en 48 matchs.

    Jagr a fait encore mieux en 1995-96 en établissant des marques personnelles de 62 buts et 149 points. Ces statistiques impressionnantes lui ont valu le deuxième rang du circuit dans ces deux catégories derrière son coéquipier Mario Lemieux.

    Lemieux a pris sa retraite après cette saison-là et Jagr est alors devenu la principale vedette des Penguins. Il a de nouveau atteint le plateau des 100 points en 1997-98 et ses 102 points, un sommet dans la ligue, lui ont permis de mettre la main sur le premier de quatre trophées Art-Ross de suite. Il a connu sa meilleure campagne au cours de cette période en 1998-99, alors qu’il a amassé 127 points et qu’il a pris le deuxième rang de francs-tireurs avec 44 buts. Il a remporté le trophée Hart remis au joueur le plus utile à son équipe ainsi que le trophée Lester-B.-Pearson attribué au meilleur joueur de la ligue selon les joueurs.

    Il a remporté les trophées Pearson et Art-Ross en 1999-2000, puis il a mérité son cinquième Art-Ross en 2000-01 avec une récolte de 121 points, dont 52 buts. Toutefois, puisque les Penguins ne pouvaient pas satisfaire à ses exigences salariales, Jagr a été échangé aux Capitals de Washington pendant l’été de 2001. En 11 ans à Pittsburgh, il a inscrit 439 buts, 640 assistances et 1079 points en 806 parties, ce qui le place en deuxième position derrière Lemieux dans toutes ces catégories.

    Jagr a paraphé une entente de 7 ans d’une valeur de 77 millions de dollars avec les Capitals et il a été le meilleur marqueur de sa nouvelle formation à ses deux premières saisons. Cependant, il n’est jamais parvenu à franchir le cap des 80 points et il a conduit Washington aux séries éliminatoires une seule fois. Les Capitals ont ensuite voulu réduire leur masse salariale, alors ils l’ont échangé aux Rangers de New York le 23 janvier 2004.

    Après avoir évolué en Europe pendant la saison 2004-05 annulée par le conflit de travail, Jagr est retourné à New York avec une nouvelle énergie et il a pris le deuxième rang des compteurs de la ligue avec 54 buts et 126 points. Ces deux marques constituaient de nouveaux records pour les Rangers. Il a terminé à la deuxième position du scrutin du trophée Hart et il a remporté son troisième trophée Pearson.

    Nommé capitaine avant le début de la campagne 2006-07, il a souligné l’événement en comptant un but à sa première présence, seulement 29 secondes après le début du match d’ouverture remporté 5-2 par les Rangers contre les Capitals au Madison Square Garden. Il a ensuite amassé plus de 90 points en une saison pour la dixième fois et il a mené les siens avec 30 buts, 66 aides et 96 points, ce qui était bon pour le huitième rang des marqueurs du circuit.

     

    Il en a aussi profité pour compter son 600e but et obtenir son 1500e point en carrière tout en égalant la marque de 15 saisons consécutives avec au moins 30 buts de Mike Gartner.

    Jagr a quitté les Rangers après la saison 2007-08 et il a passé les trois années suivantes en Russie. Il a fait un retour dans la LNH à l’âge de 39 ans avec les Flyers de Philadelphie en 2011-12. Il a alors assumé son rôle de vétéran et de leader tout en amassant 54 points en 73 rencontres. Il s’est joint aux Stars de Dallas pendant l’été 2012 et il était le meilleur marqueur de la formation avec 14 buts et 26 points quand il a été échangé aux Bruins de Boston. Quatre mois après son 41e anniversaire, Jagr demeurait un élément important des Bruins pendant leur parcours qui les a menés jusqu’en finale de la Coupe Stanley.

    Jagr pointe au 10e rang de l’histoire de la LNH pour les buts (681) et au huitième pour les points (1688). Il est l’un des 12 joueurs ayant inscrit plus de 1000 mentions d’aide et il est le meilleur marqueur de tous les temps parmi les joueurs non canadiens.

    Ces chiffres ont convaincu le groupe d’experts de LNH.com et lui ont permis de battre Scott Stevens, un membre du Temple de la renommée, et Tom Barrasso, l’ancien coéquipier de Jagr.

    « Heureusement, pour diverses raisons, la perception de Jaromir Jagr, l’individu, a maintenant rejoint la réalité : c’est quelqu’un de travaillant qui se préoccupe du sport et de ses coéquipiers », a affirmé John Dellapina, vice-président aux relations publiques de la LNH et ancien journaliste affecté à la couverture des Rangers. « On n’a jamais remis en question son talent. Il possède une rare combinaison d’agilité et de force physique. Quiconque consulte le livre des records de la LNH remarquera que très peu de joueurs ont été aussi productifs que lui dans l’histoire de la ligue.

    « Il y a eu d’excellents joueurs repêchés au cinquième rang, mais Jagr se démarque des autres. Il est spécial. »

    Votes : Jaromir Jagr, Pittsburgh (1991) 10; Scott Stevens, Washington (1982) 3

    Vous pouvez joindre Adam Kimelman au akimelman@nhl.com. Suivez-le sur Twitter : @NHLAdamK