Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

CHI vs BOS

    Les Blackhawks se sont définis eux-mêmes comme l’équipe modèle de la LNH

    Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

    BOSTON – En affrontant les Red Wings de Detroit en demi-finale de l’Association de l’Ouest, les Blackhawks de Chicago se sont donné la chance de battre l’équipe qui avait représenté le standard par excellence de la LNH pour la majorité des deux dernières décennies.

    Quand la saison 2013-14 commencera en octobre, plusieurs équipes pourraient regarder les Blackhawks comme la nouvelle équipe modèle de la LNH.

    Les Blackhawks sont devenus la première formation à remporter la Coupe Stanley à deux reprises depuis l’établissement du plafond salarial quand ils ont vaincu les Bruins de Boston 3-2 lundi soir au TD Garden dans le sixième match de la finale. Compte tenu de la construction de leur formation, leur parcours n’est peut-être pas terminé.

    « Deux fois, deux fois champions en quatre ans. Il y a quelque chose à propos de ce noyau de joueurs », a déclaré le vainqueur du trophée Conn Smythe, l’ailier Patrick Kane. « Nous devons rester ensemble, car je crois que nous pouvons réaliser quelque chose de spécial dans l’avenir. »

    Depuis 2005 quand on a établi le plafond salarial, il y a eu plusieurs nouveaux prétendants au titre de meilleure organisation de la LNH. Certaines équipes ont tenté de devenir des prétendants réguliers en copiant le modèle des Red Wings, qui en 2008 ont remporté la Coupe pour la quatrième fois en l’espace de 11 ans.

    Les Penguins de Pittsburgh ont défait les Red Wings pour remporter la Coupe Stanley en 2009, mais n’ont pu jamais répéter leurs exploits depuis. Les Red Wings, les Kings de Los Angeles et les Bruins ont tous eu la chance de devenir la première équipe à remporter la Coupe deux fois au cours des huit dernières saisons, mais elles ont toutes été éliminées par les Blackhawks.

    Au lieu de cela, ce sont les Blackhawks qui ont gagné deux fois le précieux trophée en quatre saisons et qui pourraient se positionner pour en gagner d’autres dans les années à venir.

    « Nous sommes aussi bons que nous sommes chanceux de pouvoir compter sur une foule aussi enthousiaste à Chicago, a déclaré l’entraîneur en chef, Joel Quenneville. La ville va devenir folle encore une fois. C’est une place spéciale pour jouer, pour travailler, pour diriger en raison de l’enthousiasme de la ville. Nous sommes privilégiés d’en faire partie. C’est difficile de gagner, même quand ce n’est pas deux conquêtes consécutives. Nous avons vécu deux expériences difficiles au cours des deux saisons précédentes, mais je pense que nos joueurs ont appris de ces pénibles moments. »

    Après que les Blackhawks eurent défait les Flyers de Philadelphie en six matchs en 2010, ils ont dû se départir de plusieurs joueurs importants pour respecter les nouvelles normes salariales de la LNH. L’été suivant leur championnat, Dustin Byfuglien, Andrew Ladd, Kris Versteeg et Antti Niemi ont quitté avant même que les Blackhawks ne puissent commencer à défendre leur titre.

    Ils ont vécu deux saisons de transition. Les Blackhawks se sont qualifiés pour les séries éliminatoires en 2011 et ils ont poussé les Canucks de Vancouver à un septième match après avoir tiré de l’arrière 3-0 dans la série. En 2012, ils ont perdu en six matchs contre les Coyotes de Phoenix dans une série qui a nécessité de la prolongation dans cinq matchs.

    Le noyau de l’équipe est cependant demeuré intact, même si le directeur général Stan Bowman a continué d’ajouter quelques joueurs. Ce qui a fait qu’en 2012-13, ils ont établi une marque en jouant 24 matchs d’affilée en début de saison sans subir la défaite en temps régulier, ce qui leur a permis de remporter le trophée des Présidents et de défaire leurs éternels rivaux, les Red Wings, les champions en titre, les Kings, et les champions de 2011, les Bruins.

    « C’est difficile d’accomplir cela. En 2010, nous avions une équipe spéciale sur la glace et à l’extérieur », a affirmé l’expérimenté attaquant Patrick Sharp. « Le fait que Stan ait eu à prendre tant de décisions tout juste après que l’on ait gagné, rend cette conquête encore meilleure. Il a décidé de me garder ainsi que d’autres joueurs. Je me sens fier de faire partie de cette organisation et de remporter un autre titre. »

    Comme si remporter deux titres en quatre saisons n’était pas assez, les Blackhawks ont participé à la finale de l’association à trois reprises en cinq ans, ce qu’aucune autre organisation ne peut se vanter.

    Encore mieux, la présente formation des Blackhawks ne subira pas la transformation qu’elle avait été obligée de subir après leur conquête de 2010. On retrouve six joueurs autonomes, deux avec compensation et quatre sans compensation, et selon capgeek.com, les Blackhawks jouissent d’un espace d’un peu plus de 2 millions $ sous le plafond salarial. Cependant, ce montant comprend les salaires de Steve Montador et de Rostislav Olesz qui empochent plus de 2 millions $ par saison et qui n’ont pas contribué à la présente conquête.

    Il n’y a pas assez d’espace pour faire signer des contrats à tout le monde. Le robuste ailier Bryan Bickell peut s’attendre à une bonne augmentation de salaire et il pourrait de ne pas être de retour. Il est presque certain que Viktor Stalberg, un autre attaquant, ne sera pas de retour. Il sera intéressant de voir ce que la direction fera avec le gardien substitut Ray Emery et les vétérans Michal Handzus et Michal Rozsival.

    Outre Bickell, les Hawks peuvent remplacer les autres joueurs à l’interne. Les jeunes Jeremy Morin, Brandon Pirri et Jimmy Hayes aimeraient bien gagner un poste permanent dans la formation dès l’automne prochain.

    Plus important, tous les membres du noyau, les Toews, Kane, Sharp, Marian Hossa, Duncan Keith, Brent Seabrook et Corey Crawford sont tous sous contrat pour la prochaine saison; chacun d’eux, sauf Crawford, ayant encore au moins deux ans à leur présente entente.

    Kane va voir son vœu exaucé et il pourrait même en être davantage.

    « Je crois que nous pouvons être confiants dans ce que nous pouvons accomplir en tant qu’organisation, a indiqué Sharp. Cela vaut pour les personnes en coulisses, pour les membres de la direction et pour notre groupe de leaders. Je suis fier d’être un Blackhawk. »

    Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
    vs.
    La série débute le 18 avril
    vs.
    Montréal mène la série 1-0
    vs.
    Pittsburgh mène la série 1-0
    vs.
    New York mène la série 1-0
    vs.
    Le Colorado mène la série 1-0
    vs.
    St. Louis mène la série 1-0
    vs.
    Anaheim mène la série 1-0
    vs.
    San Jose mène la série 1-0
     

    La LNH sur Facebook