Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Repêchage de rêve, 7e rang: Bill Barber, Flyers

    lundi 2013-06-24 / 12:00 / LNH.com - Repêchage de la LNH 2013

    Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Repêchage de rêve, 7e rang: Bill Barber, Flyers

    Pour souligner le 50e anniversaire du premier repêchage de la LNH, LNH.com a réuni un groupe de 13 experts pour choisir les meilleurs joueurs réclamés à chacun des rangs du premier tour du repêchage. LNH.com présentera un joueur par jour en commençant par le meilleur 30e choix de tous les temps le 1er juin. Le meilleur premier choix de l’histoire sera dévoilé le 30 juin, la journée même du repêchage de 2013.

    Aujourd’hui : Le meilleur 7e choix: Bill Barber, Flyers de Philadelphie,1972

    Dans les années 70, les combinaisons de trios duraient beaucoup plus longtemps que les deux ou trois matchs que certaines peuvent durer de nos jours dans la LNH.

    Une des meilleures de cette époque était la « LCB line » des Flyers de Philadelphie, qui a aidé l’équipe à atteindre la finale de la Coupe Stanley à deux reprises, incluant une conquête du précieux trophée en 1975. Le trio était composé de Reggie Leach, du triple vainqueur du trophée Hart Bobby Clarke et de Bill Barber. Pour son jeu avec et sans ses talentueux compagnons de trio, Barber a été élu meilleur septième choix de l’histoire par les experts du repêchage de rêve de LNH.com.

     

    Barber a été sélectionné lors du repêchage de 1972 après avoir marqué 40 buts et amassé 100 points lors de deux saisons consécutives avec les Rangers de Kitchener dans l’Association de hockey de l’Ontario à l’époque. Il a amorcé la campagne 1972-73 avec les Robins de Richmond, le club-école des Flyers dans la Ligue américaine. Le joueur de centre a été muté à l’aile gauche, mais ça n’a pas affecté sa touche offensive; il a inscrit 30 buts et a amassé 64 points en 69 rencontres, en plus d’avoir terminé deuxième dans la course au trophée Calder. Il a ensuite récolté cinq points en 11 matchs éliminatoires pour aider les Flyers à gagner une série pour la première fois.

    En 1973-74 s’est amorcée une séquence magique de trois saisons pour Barber et les Flyers, alors que Philadelphie a atteint la finale de la Coupe à chaque année – la remportant à deux reprises – pendant que Barber marquait en moyenne 39 buts et amassait 84 points.

    Barber a pris le deuxième rang derrière Clarke en 1973-74 avec 34 buts et les Flyers ont terminé au deuxième échelon de la ligue avec 50 victoires et 112 points. En séries, Barber a récolté neuf points en 17 rencontres – incluant le but de la victoire lors du match no 4 de la grande finale face aux Bruins de Boston.

    Leach est arrivé à temps pour la saison 1974-75 et a rejoint le trio de Barber avec Clarke alors que les Flyers se préparaient à défendre leur titre. Barber a connu une autre solide campagne, touchant la cible 34 fois avec 71 points et un différentiel de plus-46, et Philadelphie a gagné 51 parties – un sommet dans la ligue. Il a ajouté 15 points en 17 matchs des séries, incluant deux buts et quatre aides dans une grande finale de six rencontres face aux Sabres de Buffalo, que les Flyers ont remportée pour soulever leur deuxième Coupe Stanley d’affilée.

    Son jeu exceptionnel lui a valu une place au sein de l’équipe canadienne pour la Coupe Canada de 1976, sauf qu’il a inscrit l’un des plus gros buts du tournoi, tard en temps réglementaire de la sixième rencontre, pour forcer la tenue d’une prolongation en route vers un gain du Canada.

    Il a poursuivi sur sa lancée en 1975-76, qui s’est avérée être la meilleure pour Barber offensivement. Il a terminé cinquième de la ligue avec 50 buts et quatrième avec 112 points; la « LCB line » a inscrit 141 buts et amassé 322 points au total, alors que les records de la LNH étaient à l’enjeu. Barber a pris le deuxième rang de la ligue avec un différentiel de plus-74, avant d’ajouter 13 points en 16 matchs des séries; les Flyers se sont cependant inclinés en finale de la Coupe devant le Canadien de Montréal.

    Après une chute à 20 buts en 1976-77, Barber en a marqués au moins 40 lors de quatre de ses cinq saisons suivantes, incluant 40 en 1979-80 quand Philadelphie a battu un record de la LNH avec une séquence de 35 matchs sans défaite. Il a conclu la saison à égalité au deuxième rang des marqueurs en séries avec 12 buts et les Flyers se sont encore rendus en grande finale, où ils ont perdu contre les Islanders de New York.

    Barber a été nommé capitaine des Flyers pour amorcer la campagne 1981-82 et a arboré le « C » jusqu’au début de la saison 1982-83, mais à ce moment-là étaient en train de perdre une bataille persistante contre ses problèmes de genou. Il a renoncé au titre de capitaine en le cédant à Clarke, et après avoir disputé au moins 75 matchs lors de huit de ses neuf premières campagnes, Barber a été limité à 66 rencontres en 1982-83 et 63 en 1983-84. Il est demeuré sur la touche pendant toute la saison 1984-85, lui qui se remettait d’une importante opération au genou, et a finalement annoncé sa retraite à l’été 1985.

    Il a pris part à six matchs des étoiles, reste le meneur de tous les temps chez les Flyers au chapitre des buts (420), et est deuxième derrière Clarke pour les matchs joués (903) et les points (883). Son no 7 a été retiré par les Flyers, et Barber a été élu au Temple de la renommée du hockey en 1990.

    « Barber avait son style abrasif à lui sur la patinoire, a déclaré le journaliste pour NHL.com Mike G. Morreale. Des fans du hockey comme dans le bon vieux temps ont toujours su que c’était Bill qui fonçait à l’aile gauche quand il jouait au Spectrum. Il défiait les défenseurs et les gardiens avec sa détermination et il trouvait toujours un espace, ou bien il s’en créait pour lui-même. Il était fier de bien jouer de façon constante et le sextuple participant au match des étoiles n’a jamais voulu laisser tomber ses coéquipiers. Il ne l’a effectivement jamais fait, et a joué un grand rôle dans les conquêtes consécutives de coupes Stanley des Flyers. »

    Contactez Adam Kimelman au akimelman@nhl.com. Suivez-le sur Twitter: @NHLAdamK