Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

CHI vs BOS

    Les Bruins ne paniquent pas même s'ils sont acculés au pied du mur

    La Presse Canadienne

    Partagez avec vos amis


    Les Bruins ne paniquent pas même s'ils sont acculés au pied du mur

    BOSTON - Le petit contingent des Bruins de Boston qui a rencontré les médias, dimanche, semblait bien calme à l'aube du match sans lendemain qui aura lieu lundi face aux Blackhawks de Chicago.

    L'entraîneur des Bruins, Claude Julien, n'écoutera apparemment les discours inspirants de Tony Robbins. Quand vient le temps de se sortir du gouffre en finale de la Coupe Stanley, Boston répond habituellement à l'appel.

    «Je n'ai pas besoin de leur en dire beaucoup, a-t-il dit. Nous avons un groupe expérimenté qui a vécu beaucoup d'épreuves, je n'ai pas besoin de préparer un grand discours pour les motiver. Ils savent ce qui est à l'enjeu et on l'a prouvé dans le passé. Nous avons maintenant l'occasion de le faire à nouveau demain.

    «Je n'ai vu personne se promener avec la tête basse aujourd'hui, a-t-il ajouté. Je crois qu'ils se concentrent sur le défi de demain, et c'est un bon signe de voir les joueurs agir ainsi. C'est bien beau de parler, mais on devra passer à l'action et c'est ce qu'ils auront l'opportunité de faire.»

    En retard 3-2 dans la série, les Bruins ont fait face à une situation similaire il y a deux ans, face aux Canucks de Vancouver. Ils ont inscrit quatre buts en quatre minutes 14 secondes en première période pour forcer la tenue d'un match ultime. Ils avaient ensuite blanchi les Canucks 4-0 pour mettre la main sur le titre.

    Questionné à savoir ce que le passé lui avait appris, le gardien Tuukka Rask a répondu que l'équipe se devait de rester concentrée.

    «Nous devons focaliser sur le match et sur ce que nous avons à faire sur la patinoire, a commenté celui qui agissait comme réserviste à Tim Thomas en 2011. On ne peut penser à différents scénarios. Nous devons être concentrés sur notre travail, et je crois que c'est ce que nous avons fait dans le passé.»

    Les Bruins savent très bien ce que c'est de demeurer concentré jusqu'au dernier moment puisqu'ils ont dû combler un déficit de trois buts en troisième période pour venir à bout des Maple Leafs de Toronto au premier tour.

    L'équipe n'a pas donné plus de détails, dimanche, quant à la blessure de Patrice Bergeron, qui a dû être transporté à l'hôpital après la deuxième période du cinquième match.

    On ne sait toujours pas s'il sera en mesure de participer à la rencontre de lundi, tout comme le capitaine des Blackhawks Jonathan Toews, qui n'a pas joué en troisième période après avoir encaissé une solide mise en échec devant le filet adverse.

     

    La LNH sur Facebook