Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Vigneault ne pouvait laisser passer la chance de diriger les Rangers

vendredi 2013-06-21 / 20:05 / LNH.com - Nouvelles

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

NEW YORK - Alain Vigneault a reçu quelques offres après avoir été congédié par les Canucks de Vancouver, mais quand il a étudié les options, il y avait un poste qui était trop beau pour qu’il le laisse passer.

C’est la raison pour laquelle Vigneault a été officiellement nommé entraîneur en chef des Rangers de New York, vendredi. Il a signé un contrat de cinq ans et il remplace John Tortorella, qui a été congédié après l’élimination de l’équipe par les Bruins de Boston en demi-finale de l’Association de l’Est.

« Il n’y avait aucune chance que je laisse passer l’occasion de diriger les Rangers de New York, l’une des six équipes originales, dans une belle grande ville », a déclaré Vigneault durant la conférence de presse tenue au Radio City Music Hall. « Je ressens un honneur et un privilège. Je viens ici dans l’intention de gagner et il n’y a aucun doute dans mon esprit que cette organisation est déterminée à remporter la Coupe Stanley. »

L’entente de cinq ans qu’il a signé avec les Rangers n’a certainement pas nui non plus.

« Je me suis aperçu qu’il était beaucoup plus facile de négocier un contrat quand il y a deux équipes qui te veulent plutôt qu’une seule », a dit Vigneault, soutirant des sourires aux membres des médias ainsi qu’au directeur général, Glen Sather.

Vigneault a opté pour les Rangers plutôt que pour les Stars de Dallas en partie parce qu’il s’approchera davantage de ses deux filles, toutes deux dans la vingtaine, qui vivent dans la région de Montréal.

« Je suis divorcé et je suis parti de la maison depuis 10 ans », a déclaré l’homme âgé de 52 ans qui a dirigé les équipes de l’Île-du-Prince-Édouard de la LHJMQ, du Manitoba dans la LAH, et les Canucks, ces derniers au cours des sept dernières années. « Pendant la saison, je n’ai pas vu souvent mes enfants, des fois à Noël, des fois à la relâche de mars quand l’horaire le permettait.

« Quand mes filles ont su que j’avais l’occasion de venir ici, je peux vous dire qu’elles étaient très excitées… Ma plus jeune étudie à l’Université Concordia à Montréal. L’autre jour, je suis allé dans son appartement et j’ai vu deux petites tasses à café, l’une avec l’effigie des Stars de Dallas et l’autre avec celle des Rangers. Elles étaient assises sur le fauteuil et elles portaient toutes les deux des casquettes des Yankees. J’ai dit, ‘Je sais maintenant où vous voulez que j’aille; je verrai ce que je peux faire.’ Ça s’est bien déroulé. Elles vont être à une heure d’ici et au lieu de les voir une ou deux fois par année, car les Canucks ne jouent pas souvent dans l’est, je pourrai peut-être les voir une couple de fois par mois. C’était un facteur important. »

Vigneault a présenté une fiche de 313-170-57 avec les Canucks. Il a participé aux séries éliminatoires à six reprises, a remporté deux fois le trophée des Présidents et a mené les Canucks à la finale en 2011, où ils ont perdu en sept matchs contre les Bruins.

« Je crois qu’il est l’un des meilleurs entraîneurs en chef de la LNH et je pense que nous sommes très chanceux d’avoir eu l’occasion de l’embaucher à New York, a déclaré Sather. La première chose que j’ai remarquée lors de notre rencontre initiale était de voir comment il étant anxieux de devenir un membre des Rangers de New York. Il était très intéressé de venir ici, il était très intéressé par notre équipe. Il a ce côté ambitieux que j’aime. Il a été un gagnant et il veut être un gagnant ici. J’aime sa fiche, au cours de notre enquête, on a découvert quelle belle personne il était. »

Sather a indiqué qu’il aimait le style plus offensif de Vigneault. Le directeur général a senti que les Rangers devenaient un peu trop défensifs sous les ordres de Tortorella.

« Alain adore le jeu offensif, comme plusieurs de nous, a dit Sather. Le jeu a changé et j’apprécie particulièrement ce style de jeu. Je ne veux pas critiquer ceux qui aiment le côté défensif du hockey parce que je sais que nous avons besoin de cet élément aussi. Au cours des trois ou quatre dernières années, le jeu a changé un peu. Si vous regardez les séries éliminatoires, vous verrez que c’est beaucoup plus offensif… J’aime le style qu’il implante et j’aime comment les joueurs ont réagi sous ses ordres au cours des années. »

Sather a affirmé que les réactions des joueurs envers Tortorella n’avaient joué aucun rôle dans le congédiement de l’entraîneur après près de cinq ans derrière le banc des Rangers.

« Il n’y a aucun joueur qui est venu me voir pour se plaindre de Torts, a affirmé Sather. Torts est le genre de gars qui te pousse à gagner. Ça ne signifie pas que Vigneault n’est pas ce genre de gars; il te pousse à sa manière. Quelquefois… tu dois féliciter un joueur et d’autres fois, tu dois lui donner un petit coup de pied au derrière; tout dépend quand tu le fais. »

« Être entraîneur, c’est comme être un père. Tu peux avoir toutes les réponses pour ton fils, mais des fois il est fatigué de t’écouter... Tu amènes ton fils à un match de football ou à un match de hockey et tu lui dis quoi faire et il ne t’écoutera pas. Mais si quelqu’un arrive avec une voie différente, boom, la lumière allume. C’est une chose délicate. Après un certain temps, tous les enfants n’écoutent plus leur père », a déclaré Sather en parlant de l’emphase des Rangers sur la défense qui a fait en sorte que les joueurs étaient fatigués au début des séries éliminatoires.

« Je crois que nous avons besoin d’un changement de style, a-t-il mentionné. Si vous regardez les blessures que nous avons eues au cours des dernières saisons, et le nombre de joueurs qui ont vraiment été terrassés dans notre territoire, c’est parce que nous étions constamment dans notre zone. C’est beaucoup plus facile de sortir rapidement la rondelle de ta zone que de revenir, de ralentir le jeu et de tenter de la sortir de ton territoire. Ce style était parfait pour notre équipe il y a une couple d’années, mais je pense que ce n’est plus le cas. Je n’ai rien contre ce style. Mais avec les blessures que nous avons eues cette saison, ce style commençait à être difficile à jouer et il était temps de le changer un peu, afin de pouvoir prolonger nos saisons. »

Au cours des sept saisons derrière le banc des Canucks, Vigneault a changé le style de jeu de l’équipe qui était axé sur la défense. Il a implanté un style plus offensif qui était mené par les vedettes que sont Daniel Sedin, Henrik Sedin et Ryan Kesler. Les Canucks ont terminé au 19e rang de la ligue au chapitre des buts marqués en 2012-13, mais au cours des trois saisons précédentes, ils avaient fini respectivement cinquièmes, premiers et deuxièmes.

« J’aime que mes équipes jouent de la bonne façon, a indiqué Vigneault. Ce qui signifie que si tu as de la place pour faire un jeu, fait le jeu. Si tu as de l’espace et le temps pour transporter la rondelle, transportes la rondelle. Si l’autre équipe a l’avance sur toi ou si elle joue de façon serrée, il y a des fois que tu dois jouer le plus haut pourcentage et tirer la rondelle au fond de la zone adverse. Je crois vraiment à la bonne façon de jouer, tant offensivement que défensivement.

« Je crois que tes meilleurs joueurs doivent avoir un peu plus de latitude. Ils doivent comprendre le jeu, ils doivent savoir quand au cours du match, ils ne doivent pas prendre trop de chances, mais on doit aussi leur donner l’occasion de s’exprimer. C’est pour cela que ces joueurs ont de grandes habiletés et tu dois leur donner cette marge de manœuvre. »

Vigneault a approfondi sa définition « de jouer de la bonne façon » qui met aussi l’accent sur la défense.

« Nous allons jouer de la bonne façon, et jouer de la bonne façon est une combinaison d’attaque et de défense, a souligné Vigneault. On ne peut jouer en se portant uniquement à l’attaque. On doit être capable de jouer défensivement. Regardez les bonnes équipes de la LNH, elles jouent toutes bien aux deux extrémités de la patinoire. Quand je dis que l’équipe va jouer de la bonne façon, c’est ce que je veux dire: nous allons bien jouer dans les deux extrémités de la patinoire. »

Vigneault a indiqué qu’il ne connaissait pas beaucoup ses nouveaux joueurs, mais après avoir discuté un peu avec certains membres de l’organisation, il croit que les Rangers sont meilleurs que ne l’étaient les Canucks quand il a pris les rênes de cette équipe en 2006.

« Quand je suis arrivé à Vancouver, le style de jeu de l’équipe était axé sur la défense car nous n’avions pas beaucoup de talent, a-t-il dit. Nous avons amélioré notre formation, nous avons acquis des joueurs plus talentueux et nous sommes devenus une équipe plus offensive. Je crois que la base est plus solide ici, j’ai donc hâte de diriger l’équipe. »

Parmi les talentueux joueurs qu’il a hâte de diriger, Vigneault a nommé le gardien Henrik Lundqvist et l’attaquant Rick Nash, que Vigneault a vu souvent car Nash portait les couleurs des Blue Jackets de Columbus qui jouaient dans l’Association de l’Ouest.

« Nous avons l’un des meilleurs gardiens du monde, a affirmé Vigneault. Après avoir discuté avec Glen, Jim Schoenfeld et Jeff Gorton, tous deux assistants au directeur général, je considère que nous avons deux bons trios et une défense équilibrée. Je ne vais pas commencer à prédire ce que nous allons faire, mais nous sommes équilibrés, nous avons une bonne attaque et j’ai hâte de travailler avec ces joueurs. »

Ce travail commence maintenant. Vigneault va prendre place à son bureau au complexe d’entraînement des Rangers à Greenburgh en banlieue de New York, il regardera les vidéos de la dernière saison et il rencontrera ses nouveaux joueurs.

Il est certain que ce qu’il verra est une équipe qui pourra lutter pour la Coupe Stanley.

« Je ne connais pas beaucoup les Rangers présentement, car nous n’avons pas joué contre les équipes de l’Association de l’Est cette saison, a-t-il dit. J’ai pu regarder certains matchs de la série contre les Bruins. Je crois que nous sommes l’une des équipes qui pourra lutter pour la Coupe. »

Suivez Adam Kimelman sur Twitter: @NHLAdamK

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série débute le 18 avril
vs.
Montréal mène la série 1-0
vs.
Pittsburgh mène la série 1-0
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
Anaheim mène la série 1-0
vs.
La série débute le 17 avril
 

La LNH sur Facebook