Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Marc Bergevin et le Canadien se trouvent dans une situation complètement différente à l’aube du repêchage

    vendredi 2013-06-21 / 1:02 / LNH.com - Repêchage de la LNH 2013

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Marc Bergevin et le Canadien se trouvent dans une situation complètement différente à l’aube du repêchage

    MONTRÉAL – Les scénarios variés du repêchage étaient beaucoup plus faciles à gérer pour Marc Bergevin et le Canadien de Montréal l’an dernier.

    Mais une saison incroyable et surprenante peut parfois avoir ses désavantages.

    Lors du repêchage du 30 juin qui aura lieu au Prudential Center de Newark, au New Jersey, le Canadien parlera au 25e rang en première ronde, un an après avoir sélectionné le joueur de centre Alex Galchenyuk au troisième échelon.

    « Je n’ai aucune idée [à quoi m’attendre] », a déclaré Bergevin, jeudi, lui qui était présent à la conférence de presse de Hockey Canada dans le cadre de l’annonce de la présentation du Championnat mondial de hockey junior à Montréal et à Toronto en 2015 et en 2017. « Quand vous détenez la 25e sélection, beaucoup de choses peuvent survenir avant que votre tour arrive. L’an dernier il n’y avait que deux choix avant le nôtre, alors on avait une bonne idée d’où on s’en allait. Mais là, c’est complètement différent. »

    Mais à défaut de pouvoir miser sur la qualité, le Canadien pourra compenser avec la quantité.

    Montréal sélectionnera six joueurs dans les deux premières rondes du repêchage, plus que toute autre équipe, et trois de ceux-là seront des choix de deuxième tour. Le Tricolore parlera aux 25e, 34e, 36e, 55e, 71e et 86e rangs, ce qui lui donnera des munitions soit pour améliorer sa sélection de premier tour, ou pour faire le plein de jeunes joueurs dans ce qui est considéré comme l’une des meilleures cuvées depuis des années.

    « Surtout en début de deuxième ronde, les 34 et 36, a dit Bergevin. Ce sont de très bons rangs. Des choix très attirants. »

    Bergevin a indiqué qu’il était ouvert à songer à céder un ou plusieurs de ses choix pour améliorer sa sélection de premier tour « si le prix n’est pas trop élevé », mais il semble tout aussi enclin à bouger vers le bas également.

    « On pourrait avoir six [choix], on pourrait en avoir quatre ou on pourrait en avoir huit. Tout est possible, a ajouté Bergevin. On va discuter avec certaines équipes de la possibilité de bouger ou de faire des changements, mais je crois que c’est pendant les deux dernières journées avant le repêchage que les équipes vont vraiment commencer à se parler. »

    Bergevin a mentionné qu’il s’attendait à beaucoup de mouvement à l’encan de cette année, pas seulement par rapport aux choix de repêchage, mais aussi concernant les joueurs actuels de la ligue.

    Il a indiqué que certaines équipes pourraient devoir apporter des changements à leur formation pour se conformer au plafond salarial réduit à 64,3 millions $ pour la saison 2013-14 – la première réduction depuis la création du plafond –, alors que d’autres équipes dont la masse salariale ne s'approche pas au plafond pourraient aller chercher des joueurs qui coûtent plus cher.

    Les rachats de contrats seront également possibles d’ici là, ce qui pourrait inonder le bassin de joueurs autonomes sans restrictions initialement considéré comme assez faible cette année. Les Flyers de Philadelphie ont déjà annoncé jeudi que les deux dernières années du contrat de Daniel Brière allaient être rachetées, et d’autres gros noms pourraient suivre au cours de la semaine prochaine.

    Bergevin n’a cependant pas donné l’impression qu’il allait particulièrement explorer l’avenue du marché des joueurs autonomes.

    « Je suis très prudent ce jour-là. Ça peut être une journée dangereuse », a dit Bergevin de la journée d’ouverture du marché des joueurs autonomes, qui aura lieu le 5 juillet cette année. « Ce n’est pas seulement cette année, ça se propage pendant quelques années. Tu ne peux pas attirer des joueurs autonomes pour qu’ils signent des contrats d’une saison la plupart du temps. Tu dois accorder des contrats de plusieurs saisons, et à ce moment-là ça affecte tes propres joueurs à qui tu dois donner des prolongations de contrat. Alors tu dois être prudent. »

    Bergevin sait de quoi il parle puisqu’un de ses joueurs à qui il devra renouveller le contrat dans un an est le défenseur P.K. Subban, dont la valeur pourrait avoir augmenté depuis qu’il a remporté le premier trophée Norris de sa carrière à l’âge de 24 ans.

    Subban avait raté les six premiers matchs de la saison 2012-13 alors qu’il était en train de négocier son contrat, et Bergevin avait refusé de lui donner un contrat lucratif à long terme. Subban avait finalement dû se contenter d’un contrat de deux ans d’une valeur de 5,75 millions $.

    Lorsqu’on lui a demandé s’il aurait fait les choses différemment s’il avait su que Subban allait gagner le Norris, Bergevin a semblé perplexe, avant de simplement répondre: « Non. »

    Mais il était content pour son jeune défenseur et s’est assuré que Subban en soit informé.

    « Je suis allé le voir à Chicago pour le féliciter personnellement, lui et sa famille, a mentionné Bergevin. Je suis très fier de lui. »