Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

CHI vs BOS

    Les Blackhawks voudront garder la cadence lors du match no 5

    Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les Blackhawks voudront garder la cadence lors du match no 5

    CHICAGO – Il n’y a pas de secrets entre les Blackhawks de Chicago et les Bruins de Boston dans cette finale de la Coupe Stanley. L’équipe qui arbore le rouge à domicile veut patiner et dicter le rythme, et l’équipe en noir et or veut l’en empêcher.

    Les Blackhawks ont réussi à ouvrir le jeu contre les habituellement patients Bruins pendant quelques temps lors des matchs no 1 et 2, mais rarement lors du match no 3. Et puis, il y a eu le match no 4 – une rencontre de fous qui s’est terminée lorsque le défenseur Brent Seabrook a marqué à mi-chemin en prolongation pour le 11e but de la soirée.

    La finale est maintenant égale à deux victoires de chaque côté, et se poursuivra avec la cinquième rencontre samedi au United Center (20 h 00 HE; RDS, CBC, NBC).

    L’objectif pour les Bruins sera de s’assurer de limiter les chances des Blackhawks, qui voudront garder la pédale dans le tapis pour poursuivre sur leur lancée de mercredi.

    Mais comment les Hawks ont-ils réussi à créer autant de glorieuses chances de marquer contre la défensive habituellement si hermétique des Bruins? Chicago a mieux fait dans toutes les zones, et ces améliorations lui ont permis de trouver un moyen de contourner et de traverser Boston.

    ZONE OFFENSIVE

    Toutes les équipes prônent la même attitude lorsqu’elles éprouvent des difficultés à toucher la cible, et les Blackhawks n’ont pas dérogé à la règle lors du match no 4. « Foncer vers le filet » était le refrain commun. Tout le monde veut le faire, et tout adversaire veut l’empêcher.

    Les Bruins sont gros et méchants et n’aiment pas voir des joueurs des équipes adverses s’approcher de leur gardien Tuukka Rask. Quand le premier trio des Blackhawks composé de Jonathan Toews, Patrick Kane et Bryan Bickell a réussi à s’avancer vers le filet et à marquer deux buts en un peu plus de deux minutes pendant la deuxième période, toute l’énergie du match a changé.

    Chicago veut tirer profit de sa rapidité, et alors que les Blackhawks pourraient ne pas être en mesure d’égaler les Bruins au niveau de la robustesse, ces deux buts ont bien démontré à quel point la vitesse combinée à la volonté peut faire le travail.

    Sur son but, Toews a dépassé Milan Lucic pour envoyer la rondelle vers le filet, avant de se replacer en bonne position pour faire dévier un tir de la pointe de Michal Rozsival. Bickell était quant à lui trop rapide pour Dennis Seidenberg et a récupéré un retour de lancer sur le troisième filet de Chicago, et Kane a profité d’un troisième retour accordé par Rask sur le même jeu pour porter la marque à 3-1.

    Quand Seabrook a inscrit le but gagnant en prolongation, Toews était stationné directement sur le bord du demi-cercle de Rask – et a réussi à garder le capitaine de Boston Zdeno Chara loin de la ligne de tir pour qu’il ne soit pas en mesure de potentiellement le bloquer.

    « C’était surtout de petites batailles, que ce soit avec Chara ou leurs autres défenseurs, a déclaré Toews. Tous nos attaquants avaient vraiment envie de les gagner [mercredi]. On en avait parlé dans le vestiaire, et ça nous a donné quelques buts.

    « On s’est juste assuré de rester autour du filet. On a foncé et on a trouvé des retours de lancers. Pas toujours de beaux buts, mais on s’en fout. C’est une chose que l’on doit continuer à faire. »

    ZONE NEUTRE

    Pour une équipe qui veut bouger la rondelle et patiner comme les Blackhawks le veulent, cette zone est plus souvent qu’autrement la zone clé de la patinoire. Une fois que le disque est en zone offensive, il y a moins d’espace pour créer des occasions et les gros joueurs de Boston peuvent annuler les chances le long des rampes.

    Chicago s’est bien sorti d’affaire en zone neutre avec beaucoup plus de facilité lors du match no 4 que lors de la rencontre précédente. Chara a coupé une longue passe sur le but de Toews, mais le capitaine des Hawks a battu Lucic de vitesse pour s’emparer de la rondelle en zone neutre et la transporter avec beaucoup de rapidité.

    Tout juste avant que Kane ne trouve le fond du filet, Patrick Sharp a bénéficié d’une occasion inouïe parce que Nick Leddy a réussi à l’atteindre avec une longue passe à travers le centre de la glace pour une échappée.

    C’est un aspect pour lequel les Bruins savent qu’ils sont à blâmer. Peu de temps après que le but de Kane eut fait 3-1, Marian Hossa a bénéficié d’une très belle opportunité parce qu’une passe de Seidenberg est passée entre les patins de l’attaquant de Boston Rich Peverley pour un revirement en territoire neutre.

    Il y a aussi eu des mauvais jeux des Bruins qui n’ont pas mené à des buts des Hawks. Bickell a touché le poteau à environ 6:30 du troisième vingt parce que Kane a pu prendre de la vitesse dans sa propre zone, patiner à travers le centre et le repérer seul le long de l’aile gauche.

    « Les erreurs qu’on a commises – la prise de décisions n’a pas été très efficace hier, et pas seulement sur les buts qu’on a alloués, a mentionné l’entraîneur de Boston Claude Julien. C’était un tas de choses, même en zone neutre. Je trouve qu’on leur a donné beaucoup d’espace. Je ne veux pas dire qu’ils ne dictaient pas le rythme, mais ça veut dire qu’on leur a donné trop d’options. »

    ZONE DÉFENSIVE

    Alors qu’à peu près toutes les équipes de la LNH vont profiter de revirements en zone neutre pour procéder à un bon jeu de transition, Chicago a été létal contre les Bruins en générant ces transitions efficaces à partir de son propre territoire lors du match no 4.

    Les Blackhawks ont marqué deux buts à la suite de descentes à 2-contre-1, et les deux sont survenues après de beaux jeux défense-attaque; la recrue Brandon Saad a soutiré la rondelle à Tyler Seguin sur l’une d’elles, et Dave Bolland a envoyé une passe courte sur la bande pour permettre à Marcus Kruger et Michael Frolik de décamper sur l’autre.

    Ces types de jeux ne sont pas possibles à exécuter si les attaquants ne donnent pas de coup de main en défensive.

    La séquence menant au but de Kane s’est amorcée parce que Toews, Bickell et lui se trouvaient en position parfaite pour sortir de leur territoire bien avant que le jeu en zone de Boston ne s’amorce. Sharp a obtenu une belle chance de faire 4-1 parce qu’Andrew Shaw a réussi à placer la rondelle derrière un défenseur des Bruins en zone de Chicago pour débuter une descente à 2-contre-1 pour Sharp et Michal Handzus.

    « C’est une chose que l’on voulait tenter d’établir tôt, de jouer en tant que groupe, de jouer en tant qu’unité de cinq sur la glace, de bouger avec vitesse et de bien déplacer la rondelle, a dit Seabrook. Nos attaquants ont été excellents en repli hier. Ils ont été incroyables. Ils ont vraiment dicté l’allure du match pour nous tous.

    « On essayait simplement de jouer notre style de jeu et de jouer avec de la vitesse. Le jeu s’est ouvert un peu, mais je crois qu’on a bien fait pour s’avancer, mais aussi pour se replier quand il le fallait et supporter nos défenseurs. Nos attaquants ont été excellents pour traverser la zone neutre avec beaucoup de rapidité, faire des petites passes et des choses comme ça, et je crois qu’ils ont créé beaucoup d’occasions de marquer. »

     

    La LNH sur Facebook