Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Daniel Brière prêt à quitter les Flyers de Philadelphie

jeudi 2013-06-20 / 20:04 / LNH.com - Joueurs autonomes 2013

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Daniel Brière prêt à quitter les Flyers de Philadelphie

Décrivant la journée comme triste et pleine d’espoir en même temps, Daniel Brière a indiqué aux journalistes jeudi qu’il était près à tourner la page sur son passage avec les Flyers de Philadelphie.

L’équipe a annoncé plus tôt jeudi qu’elle allait racheter les deux dernières années du contrat de huit ans et 52 millions $ de Brière.

L’utilisation d’un des deux rachats de contrat auxquels chaque équipe de la ligue a droit – tel que stipulé dans la nouvelle convention collective – pour le cas de Brière permettra de dégager un montant de 6,5 millions $ de la masse salariale des Flyers au cours des saisons 2013-14 et 2014-15.

Il s’était entendu pour huit ans et 52 millions $ avec les Flyers à l’été 2007 et a marqué au moins 25 buts lors de trois de ses six campagnes à Philadelphie, aidant l’équipe à atteindre la finale de l’Est à deux reprises et la grande finale de la Coupe Stanley en 2010.

En 15 saisons dans la LNH depuis qu’il a été repêché par les Coyotes de Phoenix en première ronde, Brière a inscrit 286 buts et récolté 659 points en 847 matchs avec les Coyotes, les Sabres de Buffalo et les Flyers.

Il a cependant connu sa pire saison offensive en carrière en 2012-13, terminant avec six buts et 16 points en 34 rencontres.

« J’ai rencontré Danny la semaine passée et je l’ai informé de notre décision de racheter son contrat », a dit le directeur général Paul Holmgren dans un communiqué émis par les Flyers. « C’était une décision très difficile à prendre parce que Danny a été un très bon joueur pour nous pendant les six dernières saisons. Danny s’est amené avec notre organisation en tant que joueur autonome en juillet 2007 et il a été un joueur extraordinaire, une bonne personne et un bon modèle à tous les niveaux et on l’en remercie. On lui souhaite beaucoup de succès et nos meilleurs voeux pour le futur. »

Brière a indiqué qu’il n’était pas surpris lorsqu’il a appris que les Flyers allaient le racheter, et a mentionné qu’il avait apprécié la façon dont l’organisation avait géré la situation.

« C’est pour cette raison que j’ai autant de respect pour l’organisation des Flyers – M. Holmgren, [le président de l’équipe Peter] Luukko, [le propriétaire Ed] Snider et tous les gens qui travaillent pour l’organisation des Flyers, a dit Brière. Ils ont été respectueux depuis le début. Ce n’était pas une décision facile pour eux non plus, me rencontrer et m’apprendre la nouvelle. Mais ils l’ont fait avec beaucoup de classe. Je leur en serai toujours reconnaissant pour ça et pour mon temps passé avec les Flyers. »

Brière a déclaré qu’il n’était pas certain de ce que l’avenir lui réservait, mais qu’il aimerait disputer encore au moins deux ou trois saisons.

« J’ai été ici longtemps, a-t-il ajouté. On se sent à la maison ici ma famille et moi. Oui, ce n’est pas une journée facile, mais en même temps, j’ai entendu toutes les rumeurs et je savais que ça allait arriver. Comme je l’ai dit, c’est triste, mais en même temps j’espère que de nouvelles portes s’ouvriront sur de nouvelles opportunités. Évidemment, je ne suis pas très satisfait de ma dernière saison, mais ça me donne aussi une motivation supplémentaire pour aller de l’avant, prouver que je peux encore jouer, et j’espère avoir encore quelques années dans le corps. »

Brière a déclaré qu’il n’éprouvait pas d’amertume vis-à-vis les Flyers et que la seule saison qui ne l’avait pas satisfait était la saison 2012-13, en raison de ses performances et parce que l’équipe a raté les séries éliminatoires.

« Je garde beaucoup de bons souvenirs, a-t-il dit. Les cinq premières années ont été incroyables. Évidemment, l’an passé, ne pas faire les séries c’était une saison difficile – le lock-out, la saison écourtée. Ce n’était pas évident. Avant ça, lors des cinq précédentes, il y a beaucoup de bons souvenirs. Mais celui qui se démarque le plus est notre parcours en séries [en 2010], d’atteindre les séries lors du tout dernier match de la saison régulière en fusillade, et de se rendre jusqu’au match no 6 de la finale de la Coupe Stanley. C’est définitivement une des plus belles séquences de mon séjour ici. »

Ce printemps-là, il a terminé au premier rang des pointeurs de la ligue avec 30 points en 23 rencontres, et ses 12 points contre les Blackhawks de Chicago en finale de la Coupe Stanley n’étaient qu’à un point du record de 13 établi par Wayne Gretzky.

Brière a toujours levé son jeu d’un cran en séries éliminatoires. Il a récolté 283 points en 364 matchs de saison régulière avec les Flyers pour une moyenne de 0,78 point par match, mais 72 points en 68 rencontres des séries pour une moyenne de 1,06 point par match.

Père monoparental de trois garçons de 14, 13 et 12 ans, Brière a indiqué qu’ils allaient tous les trois avoir leur mot à dire sur sa prochaine équipe.

« Il y a beaucoup de choses qu’on devra considérer, a-t-il mentionné. Évidemment, les enfants sont un aspect. On devra aussi considérer les chances de l’équipe de gagner la Coupe Stanley, et voir si c’est une équipe qui aura un rôle pour moi ou pas. Ce sont toutes des questions pour lesquelles je n’ai pas de réponse pour l’instant, et je ne sais pas laquelle prendra le plus d’importance. Évidemment, je préférerais être près de mes enfants, mais on ne sait pas encore si ce sera une possibilité ou pas. »

Peu importe où il finira par se retrouver, Brière dit que la région de Philadelphie demeurera sa ville de résidence permanente.

« C’est mon chez-moi, a-t-il déclaré. Peu importe où je vais aller, les enfants vont rester ici et je vais revenir ici. Oui, c’est ma maison. C’est ce que je considère comme mon chez-moi maintenant. »

Suivez Adam Kimelman sur Twitter: @NHLAdamK

 

La LNH sur Facebook