Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

CHI vs BOS

    Campbell inspire toujours dans son nouveau rôle d’observateur

    Par Matt Kalman - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Campbell inspire toujours dans son nouveau rôle d’observateur

    BOSTON – Même si Gregory Campbell est vraiment la version 2013 de Nathan Horton des Bruins de Boston, il n’a pas l’intention d’emprunter le même chemin que Horton a suivi lors de la conquête de la coupe Stanley en 2011.

    Horton, qui a été mis K.-O. par une mise en échec lors du troisième match de la finale de la coupe Stanley en 2011, avait apporté une bouteille d’eau du TD Garden au Rogers Arena de Vancouver et l’avait versée sur la glace avant la victoire des Bruins dans le septième match.

    « Je ne pense pas que je le ferai, a dit Campbell mardi quand on lui a demandé s’il répétera le geste de Horton avant le cinquième match à Chicago. Si je n’obtiens pas le même succès que Nathan, ça ne regardera pas bien pour moi. »

    Ce serait difficile de détruire la réputation de Campbell, qui est maintenant célèbre et reconnu, après avoir passé plus de 45 secondes sur la glace lors d’un désavantage numérique avec une jambe fracturée après avoir bloqué un tir dans le troisième match de la finale de l’Association de l’Est contre les Penguins de Pittsburgh. Au lendemain de la victoire des Bruins qui leur permettait de prendre une avance de 2-1 contre les Blackhawks de Chicago en finale de la coupe Stanley, Campbell a rencontré les médias pour la première fois depuis sa fracture survenue le 5 juin et la chirurgie qui suivi lundi.

    Campbell a indiqué qu’il se sentait bien et que sa période de réadaptation durera entre six et huit semaines. Il espère être prêt pour le camp d’entraînement, même si ses sorties devront être limitées au début de la prochaine saison.

    Le jour après qu’il eut bloqué le tir frappé d’Evgeni Malkin, Campbell est devenu beaucoup plus célèbre. Les joueurs à travers la ligue ont réagi sur Twitter ou via les autres moyens de communication. Des athlètes d’autres sports ont également exprimé leur appréciation de son effort. Le vénérable chroniqueur de baseball Peter Gammons a même écrit la journée du repêchage des Ligues majeures du baseball, que les Yankees de New York avaient une photo de Campbell jouant sur une jambe pour démontrer quel type de joueurs l’équipe recherchait.

    C’est beaucoup plus de notoriété que reçoit normalement un joueur de centre de quatrième trio.

    « J’ai revu la séquence à quelques reprises seulement en regardant les matchs. Évidemment, j’ai regardé la reprise. J’ai obtenu beaucoup de soutien, a dit Campbell. Pour être honnête avec vous, c’est une leçon d’humilité. Ça peut sembler naïf pour vous de la manière que je vois tout cela, mais je tentais simplement de tout faire pour écouler la pénalité, je voulais aider. Et à ce moment, je ne pensais vraiment pas beaucoup.

    « Il y a plusieurs joueurs présentement qui sont loin de jouer à 100 pour cent, et il en a d’autres qui jouent avec beaucoup de douleur. Je ne me vois pas différent des autres joueurs de la ligue. Il y a plusieurs joueurs robustes dans la ligue. Plusieurs joueurs sont prêts à tout faire pour gagner. À ce moment de la saison, on voit cela plus souvent, des joueurs qui font tout ce qu’ils peuvent pour gagner. Je ne suis pas différent des autres joueurs des deux équipes qui s’affrontent en finale. Je tentais simplement de compléter ma présence et de faire mon travail. »

    Tous ceux qui ont vu Campbell bloquer le tir en direct, ou qu’ils l’ont vu depuis, ont dû se demander ce qui se passait dans la tête du joueur de 29 ans. La plupart des mortels seraient restés étendu sur la glace ou aurait immédiatement retraité au banc. Campbell a indiqué que plusieurs personnes lui avaient demandé ce qui lui avait passé dans la tête ce soir-là.

    « Vous savez, je ne peux dire à 100 pour cent que je savais que ma jambe était fracturée, mais j’ai ressenti une sensation différente. J’ai bloqué quelques tirs auparavant, ce n’était pas la même sensation, a révélé Campbell. Dès que j’ai pu me relever, je n’étais pas positif et je savais que c’était grave. Je n’ai pas une vision de rayon-X, donc j’ignorais que ma jambe était fracturée, mais je ressentais une sensation que je n’avais jamais ressentie.

    « C’était douloureux, mais l’adrénaline te transporte dans ces moments-là. Tu es coincé sur la patinoire avec quelques-uns des meilleurs joueurs du monde. Tu n’as pas tellement le temps de penser à autre chose que de tenter d’aider ton équipe à écouler la pénalité. »

    Après 15 matchs dans les présentes séries éliminatoires de la coupe Stanley, Campbell totalisait sept points (trois buts) et présentait un différentiel de plus-7. Au cours des dernières saisons, il a été autant le centre du trio d’énergie des Bruins, qu’un élément important de l’excellente unité en désavantage numérique de l’équipe.

    On craignait que les Bruins ressentissent l’absence de Campbell, et l’entraîneur en chef, Claude Julien, a dû jongler avec ses trios à plusieurs reprises pour compenser l’absence de Campbell, mais les Bruins ont remporté ce match contre les Penguins. Ils ont aussi gagné trois des quatre rencontres suivantes, ce qui leur permet de détenir une priorité avant la présentation du match 4 de la finale qui sera présenté mercredi (20h HE; RDS, CBC, NBC).

    « Le côté émotif de cela, c’est que nous participons à la finale de la coupe Stanley. Je suis un amateur de hockey autant que je peux me souvenir et j’ai probablement regardé toutes les finales de la coupe Stanley, a déclaré Campbell, dont le père Colin a aussi joué dans la LNH. C’est évidemment difficile de ne pas jouer. Mais ayant dit cela, je suis extrêmement fier de mes coéquipiers et je suis chanceux d’être ici, chanceux de faire partie de ce groupe. Maintenant, je les appuie très fort. »

    Campbell et Horton sont des coéquipiers depuis près d’une décennie. Ils sont donc devenus de bons amis au cours des années. Maintenant, Campbell peut comprendre encore plus ce qu’a vécu Horton en 2011.

    « C’est un énorme test de caractère de devoir resté sur la touche, a admis Campbell. C’est probablement plus difficile de regarder que de jouer, car tu n’as pas de contrôle sur quoi que ce soit. Il a eu beaucoup de travail de tout le monde pour atteindre la finale de la coupe Stanley. En cours de route, on a besoin de toi à un moment donné, j’ai tenté de faire mon travail le mieux que j’ai pu. Maintenant, je tenterai de reproduire ce que Nathan a fait, soit soutenir mes coéquipiers, agir comme si je jouais même si je ne joue pas, tenter de les aider comme je peux. »

    Les Bruins sont à mi-chemin d’un deuxième championnat en trois ans. Avec l’ajout du soutien de Campbell, ils pourraient bien obtenir ces deux dernières victoires.

     

    La LNH sur Facebook