Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

CHI vs BOS

    Les Blackhawks espèrent qu’ils pourront regagner le momentum – et le garder

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Les Blackhawks espèrent qu’ils pourront regagner le momentum – et le garder

    BOSTON – Les Blackhawks de Chicago et les Bruins de Boston ont tous les deux signé une victoire et inscrit cinq buts après avoir joué pendant près de 186 minutes depuis le début de la finale de la Coupe Stanley. Ils ont joué l’équivalent de trois matchs complets, mais la série est tout de même aussi serrée sur papier que Jaromir Jagr a bien failli marquer en début de prolongation samedi soir.

    Pour pousser la métaphore un peu plus loin, les deux équipes sont comme à une rondelle qui touche la barre horizontale d’avoir pris les devants 2-0 dans cette série à la veille du match no 3 de lundi au TD Garden (20 h 00 HE; RDS, CBC, NBCSN). En réalité, les Bruins sont à un tir de Zdeno Chara de la pointe sur le poteau d’avoir les Blackhawks dans les câbles.

    Mais ce n’est pas le cas. C’est ça le hockey, comme on dit.

    « Si ton coeur n’est pas très solide, tu ne devrais peut-être pas regarder le match parce que tu pourrais avoir une crise cardiaque, a mentionné Jagr. Pour les jeunes, c’est excitant à voir. Mais pour les plus vieux, ne regardez pas parce que vous pourriez mourir en le faisant. »

    Ceux qui regardent la série – jeunes comme vieux – savent aussi que malgré la façon dont elle se déroule jusqu’à maintenant après deux matchs au United Center, il est clair que les Bruins et les Blackhawks ne peuvent pratiquement pas tenir le coup quand l’autre équipe a le momentum de son côté.

    Chicago a commencé le match no 2 en lion et les Bruins n’étaient pas du tout dans le coup, sauf au niveau du pointage, qui n’était que de 1-0 pour les Blackhawks.

    Mais Boston a retrouvé son style de jeu en deuxième période, et pour les 53:48 dernières minutes de la rencontre, les Blackhawks ont éprouvé des difficultés à trouver des ouvertures.

    Maintenant qu’ils sont de retour sur la route pour la première fois depuis leur victoire lors du match no 4 de la finale de l’Ouest, que feront les Blackhawks pour éviter de retomber dans le panneau sur la patinoire de l’ennemi? Ou, encore mieux, existe-t-il une façon pour eux de maintenir leur vitesse et leur jeu de transition contre les physiquement imposants et solides en zone neutre Bruins assez longtemps pour que ça ait un impact sur le pointage?

    C’est une chose qu’il devront régler rapidement, sinon le changement de momentum dont ils ont été victimes lors du match no 2 pourrait se produire à nouveau lundi.

    « Écoutez, ils ne sont pas en finale de la Coupe Stanley pour rien; ce n’est pas comme si on allait avoir le momentum ou dominer pendant trois périodes entières, a évoqué Patrick Kane des Blackhawks. C’est certain qu’on aimerait ça. On sait à quel point le momentum est important en séries, tu veux le garder le plus longtemps possible. Quand tu laisses l’autre équipe s’en emparer, tu veux le ravoir immédiatement. C’est une chose qu’on va essayer de faire. »

    Et ce n’est pas comme s’ils ne savaient pas comment y arriver.

    « Le plus important est de toujours garder les choses simples, a ajouté Kane. Si tu peux faire ça, tu réussis généralement à aller chercher un peu de momentum. »

    Ça sonne si simple. Mais qu’est-ce que ça veut dire?

    « On doit être conscients contre cette équipe qu’essayer de créer des jeux peut mener à des ennuis, a indiqué l’entraîneur de Chicago Joel Quenneville. Je crois que plus on joue simple, plus on joue avec une approche directe, et plus ça peut jouer en notre faveur. J’ai cru qu’on avait été trop immobiles [après la première période du match no 2] parce qu’on n’attaquait pas assez. »

    Donc les Blackhawks veulent garder les choses simples et attaquer, ce qui veut essentiellement dire qu’ils veulent jouer leur style.

    Ça semble si facile – mais ça ne l’est pas, parce que les Bruins sont si bons pour gâcher tout ce que leurs adversaires veulent faire. Vous n’avez qu’à demander aux Penguins de Pittsburgh, qui voulaient eux aussi jouer avec rapidité et miser sur leur jeu de transition contre les Bruins, mais qui n’ont finalement marqué que deux buts et enregistré zéro victoire en quatre matchs.

    Les Blackhawks se sont peut-être un peu sentis comme les Penguins lors des 53:48 dernières minutes de la rencontre de samedi.

    « J’imagine que c’est quelque chose qu’on apprend au fur et à mesure, a dit Kane. Surtout dans une série comme celle-là, contre une équipe que tu n’as pas vue de l’année et que tu ne connaissais pas vraiment avant de disputer ces matchs. »

    Mais 186 minutes plus tard, les Blackhawks sentent qu’ils savent tout des Bruins, incluant comment les battre – ce que les Penguins n’ont pas réussi à faire.

    Ce sera maintenant aux Blackhawks de trouver un moyen de maintenir un niveau de jeu élevé pendant 60 minutes lundi soir. Cette série ne semblera plus aussi serrée s’ils y parviennent. Ils pourraient même ne pas avoir besoin de prolongations non plus.

    « On doit seulement se concentrer sur notre vitesse, a mentionné Bryan Bickell des Hawks. Quand on utilise notre vitesse, qu’on garde nos pieds en mouvement et qu’on se supporte, on est une bonne équipe. Quand on reste immobile et qu’on attend que les jeux surviennent, on s’éloigne de notre plan de match. On doit avoir cette mentalité et utiliser notre vitesse.

    « Je suis certain qu’on puisse y arriver. On ne peut pas lever le pied. On sait que ces changements de côté du momentum affectent les victoires et les défaites. »

    Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

     

    La LNH sur Facebook