Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

CHI vs BOS

    Les Blackhawks ont raté des opportunités de se sauver avec le deuxième match

    Par Brian Hedger - Correspondant LNH.com

    CHICAGO – Ils n'étaient pas d'humeur à utiliser des excuses après coup, même si une en particulier semblait de mise pour les Blackhawks de Chicago suite au match numéro 2 de la finale de la Coupe Stanley 2013 disputé samedi.

    Après avoir dominé la première période et continué à bien jouer dans les 10 premières minutes de la deuxième, Chicago s’est par la suite essoufflé dans un revers de 2-1 encaissé en prolongation aux mains des Bruins de Boston, au United Center, défaite qui crée l’égalité dans la série quatre de sept, un match partout.

    On aurait dit que les jambes des joueurs des Blackhawks étaient lourdes après avoir vu leurs deux dernières rencontres se terminer suite à de multiples périodes de prolongation, mais Chicago a refusé d’utiliser cette défaite.

    « Il n’y a aucune excuse, a dit le capitaine Jonathan Toews. Vous devez garder vos présences courtes. Nous jouons à quatre trios. Ça ne devrait pas poser de problème. Nous les avons laissés jouer leur match et nous ne les avons pas forcés à le mériter. C’est un peu décevant si l’on considère cela. »

    Peu importe le problème, cela a débuté au milieu du deuxième tiers, alors que les Blackhawks menaient 1-0 et tentaient une poussée pour marquer le but suivant, un but d’une importance capitale. Après avoir dominé les Bruins 19-4 au niveau des tirs au filet en première période, Chicago a semblé perdre de plus en plus d’énergie.

    Les Bruins ont aussi commencé à fermer le jeu en zone neutre et à ralentir le rythme du match, une stratégie qui a tourné en leur avantage pour le reste de la rencontre. Chris Kelly a créé l’égalité avec 5:02 à jouer au deuxième engagement en expédiant un rebond dans le fond du filet, donnant ainsi une allure très différente au match.

    Le fait de ne pas avoir réussi à battre Rask une deuxième fois lors de cette poussée irrésistible en début de match est revenu hanter les Blackhawks à la fin. Un revirement a mené au but gagnant de Daniel Paillé en prolongation et voilà que Chicago devra disputer ses deux prochains matchs au TD Garden de Boston.

    « Nous sommes sortis en force avec une multitude de tirs au filet en première période et nous avons marqué un but, ce qui est bien, mais vous devez trouver une manière de construire sur ces choses, car le but suivant s’est avéré d’une importance capitale, a dit Toews. Ils se sont mis à croire qu’ils pouvaient revenir dans le match après ce premier but. Lorsque vous détenez l’initiative de la rencontre, il faut la conserver et faire de votre mieux pour la garder le plus longtemps possible. »

    Ce n’est pas la première fois que les Blackhawks vivent ce genre d’expérience.

    Même s’ils ont matraqué les autres formations pratiquement toute la saison, il y a eu des moments plus calmes pour les Blackhawks. En fait, ces accalmies sont survenues dans la majorité des rencontres disputées par Chicago lors des présentes séries, mais l’équipe a tant de profondeur et de talent que ces moments n’ont pas causé de défaites.

    Cette fois, le relâchement en situation de pression s’est mis à croître et ils n’ont repris l’initiative du match qu’à quelques occasions, durant de brefs moments. Lors de ces occasions, le gardien Tuukka Rask a repoussé les rondelles sans trop de problèmes.

    « Nous avons connu un début de match parfait et avons arrêté de faire ce qui nous avait donné tant de succès », a dit l’entraîneur des Blackhawks, Joel Quenneville. « Nous tournions autour. Ils sont revenus à la charge. Je pense que nous avons arrêté de jouer. Je ne pense pas que nous avons mis la rondelle derrière eux. Je crois que nous étions trop souvent face à eux. Ils ont pris les choses en mains. »

    Rask a effectué quelques bons arrêts pour empêcher Chicago de se sauver avec le match en première période et cela a joué un grand rôle. Il a même bien fait sur le but des Hawks, but marqué par Patrick Sharp sur un tir des poignets dirigé depuis le cercle droit, après un attroupement.

    Rask a fait le premier arrêt sur un revers de Patrick Kane et a à nouveau repoussé la deuxième tentative de Kane sur le retour de tir. Par la suite, il a stoppé un tir frappé de Michal Rozsival; après coup, Sharp s’est emparé du disque, est remonté à mi-chemin du cercle droit et a effectué son tir.

    Un peu plus d’une minute après le filet de Sharp à 1:10, les Blackhawks ont également expédié une autre rondelle au fond du filet grâce à Toews, qui avait contourné le but depuis l’arrière, mais la reprise vidéo a confirmé l’appel initial de l’arbitre Wes McCauley, qui a stipulé qu’il avait arrêté le jeu après avoir perdu la rondelle de vue.

    Peu importe le but refusé, on aurait pu croire à ce moment que les Blackhawks allaient continuer à poivrer Rask avec des tirs à profusion jusqu’à ce qu’il flanche, un peu comme cela s’est produit contre le gardien des Kings de Los Angeles, Jonathan Quick, lors de la finale de l’Association de l’Ouest.

    À l’inverse, les Bruins ont utilisé le premier entracte pour se regrouper et le match s’est mis à changer d’allure à mi-chemin du deuxième tiers. Rask n’a fait face qu’à neuf lancers au cours des 40 dernières minutes de jeu en temps réglementaire, en plus d’en arrêter six autres en prolongation, jusqu’à ce que Daniel Paillé ferme les livres en prolongation.

    « Je pense que nous avons peut-être laissé filer ce match », a dit le joueur de centre Dave Bolland, des Blackhawks. « Nous avons obtenu nos chances. Nous avions les choses en mains, nous devions simplement continuer de maintenir l’accélérateur à fond et à continuer à lancer au filet. »

    Ce sera passablement plus difficile maintenant, avec les deux prochains matchs qui seront disputés à Boston. Les Bruins n’ont pas perdu à domicile depuis la ronde quart de finale d’association contre les Maple Leafs de Toronto et ils devraient se sentir énergisés en ayant volé l’avantage de la patinoire, même s’ils ont échappé le match marathon qui s’est soldé par une défaite en triple prolongation mercredi, en ouverture de série.

    Si les Blackhawks espèrent reprendre l’avantage de la patinoire, ils devront se remémorer ce qui est arrivé lors du deuxième match, spécialement si on veut exclure le facteur fatigue comme une excuse possible.

    « Nous nous sommes présentés, nous avions des jambes fraiches, nous avions de l’énergie et pour une raison quelconque, ils ont repris l’initiative à mi-chemin du match, a expliqué Sharp. Lors des derniers jours, nous avons discuté du fait qu’il fallait attaquer et diriger des rondelles vers le filet et utiliser notre vitesse à notre avantage, ce que nous avons clairement fait en première période. Pour une raison que je ne saurais expliquer, nous n’avons pas continué de faire ces choses durant le reste de la rencontre. C’est un aspect que nous devrons évaluer au cours des deux prochains jours et trouver une façon d’y remédier. »

    Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
    vs.
    Detroit mène la série 1-0
    vs.
    Montréal mène la série 2-0
    vs.
    Pittsburgh mène la série 1-0
    vs.
    New York mène la série 1-0
    vs.
    Le Colorado mène la série 1-0
    vs.
    St. Louis mène la série 1-0
    vs.
    Anaheim mène la série 1-0
    vs.
    San Jose mène la série 1-0
     

    La LNH sur Facebook