Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Repêchage de rêve, 15e rang: Mike Bossy, Islanders

    dimanche 2013-06-16 / 12:00 / LNH.com - Repêchage de la LNH 2013

    Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Repêchage de rêve, 15e rang: Mike Bossy, Islanders

    Pour souligner le 50e anniversaire du premier repêchage de la LNH, LNH.com a réuni un groupe de 13 experts pour choisir les meilleurs joueurs réclamés à chacun des rangs du premier tour du repêchage. LNH.com présentera un joueur par jour en commençant par le meilleur 30e choix de tous les temps le 1er juin. Le meilleur premier choix de l’histoire sera dévoilé le 30 juin, la journée même du repêchage de 2013.

    Aujourd’hui : Le meilleur 15e choix: Mike Bossy, Islanders de New York, 1977

    Lorsqu’appelé à parler de Mike Bossy, l’analyste pour le réseau NHL Network Craig Button s’est rappelé d’une histoire que son père, le recruteur légendaire Jack Button, lui avait raconté par rapport à une discussion concernant le repêchage de 1977 entre le directeur général des Islanders de New York Bill Torrey et l’entraîneur Al Arbour.

    « Bill Torrey est allé voir Al Arbour et lui a dit: ‘Voici nos choix’, a déclaré Craig Button. ‘On peut prendre ce joueur, qui est bon dans les deux sens de la patinoire, davantage un joueur défensif, et qui excelle en repli. Ou on prend ce joueur, qui pourrait devenir un marqueur prolifique dans la LNH, mais qui n’est pas très bon défensivement.’ Alors Al Arbour a dit à Bill Torrey: ‘Prenons le marqueur, je peux lui enseigner à se replier. Mais je ne peux pas montrer au joueur défensif comment marquer.’ »

    Mike Bossy
    Mike Bossy
    STATISTIQUES EN CARRIÈRE
    Buts: 573 | Aides: 553 | Pts: 1,126
    Tirs au but: 2,705 | Différentiel: 381

    Le choix d’Arbour s’est avéré être le bon. Mike Bossy est devenu un des meilleurs marqueurs de l’histoire de la LNH et a été élu meilleur 15e choix par les experts du repêchage de rêve de LNH.com.

    Avec le National de Laval dans la LHJMQ, Bossy a inscrit au moins 70 buts pendant quatre saisons de suite.

    Il a été inséré au sein de la formation des Islanders après avoir été repêché, et en 1977-78 il a démontré que ses habiletés de marqueur allaient se transposer sans problème dans la LNH. Évoluant sur un trio avec d’autres jeunes joueurs en Bryan Trottier et Clark Gillies, Bossy a établi un record pour une recrue avec 53 buts, également bon pour le deuxième plus haut total de la ligue. Il a terminé au sixième rang des pointeurs avec 91 et a remporté le trophée Calder.

    Bossy a été encore meilleur la saison suivante, menant la LNH avec 69 buts – incluant 27 sur le jeu de puissance, un sommet dans la ligue – et affichant un différentiel de plus-63 qui l’a hissé au troisième échelon, derrière ses coéquipiers Trottier et Denis Potvin.

    En 1979-80, Bossy a touché la cible 51 fois en saison régulière et 10 fois en 16 matchs des séries éliminatoires, alors que les Islanders ont remporté la première de quatre Coupes Stanley consécutives. Ses 23 points en séries l’ont placé au deuxième échelon derrière les 29 de Trottier.

    La saison 1980-81 a vu Bossy accomplir quelque chose qui n’avait été fait qu’une seule fois dans l’histoire de la ligue: marquer 50 buts en 50 matchs. Bossy en avait 48 avant de prendre part à sa 50e rencontre et a fait bouger les cordages à deux reprises au cours des cinq dernières minutes de la rencontre – face aux Nordiques de Québec – pour répéter l’exploit de Maurice Richard en 1945. Bossy a terminé avec 68 filets cette saison-là. En séries, il a été le meneur de la LNH aux chapitres des buts (17), des aides (18) et des points (35), et ses neuf buts sur le jeu de puissance lui ont permis d’établir un record de la ligue, qui n’a été répété qu’une seule fois depuis (Cam Neely, Bruins de Boston, 1991).

     

    En 1981-82, Bossy a écrit une page d’histoire pour les ailiers droits en amassant 147 points, un record qui a tenu jusqu’en 1995-96 (Jaromir Jagr, Penguins de Pittsburgh, 149). Il a ensuite pris le premier rang de la LNH avec 17 buts en 19 matchs des séries, et a remporté le trophée Conn Smythe alors que les Islanders soulevaient leur troisième Coupe Stanley de suite.

    Des blessures chroniques au dos ont finalement eu le meilleur sur Bossy en 1986-87, quand il a inscrit 38 filets en 63 matchs – la première fois qu’il n’en marquait pas au moins 50. Il n’a pas joué en 1987-88 avec l’espoir que son dos aille mieux, mais a plutôt annoncé sa retraire à l’été 1988 à l’âge de 31 ans.

    Les statistiques offensives de Bossy sont exceptionnelles. Avec 573 buts en 752 rencontres, sa moyenne de 0,762 but par match est la meilleure de l’histoire de la ligue. Ses neuf saisons de suite de 50 buts constituent un record dans la LNH, et ces cinq campagnes de 60 buts le placent à égalité avec Wayne Gretzky pour le plus grand nombre de l’histoire de la LNH. Il a participé à sept matchs des étoiles, a été nommé à cinq reprises sur la première équipe d’étoiles de la LNH et a gagné une Coupe Canada. Il a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1991.

    C’est ce genre d’accomplissements qui lui ont permis de récolter neuf des 13 votes des experts du repêchage de rêve de LNH.com, et de devancer le double champion de la Coupe Stanley et lui aussi membre du Temple de la renommée Joe Sakic.

    « Joe Sakic est un joueur exceptionnel, qui mérite sans l’ombre d’un doute d’être membre du Temple de la renommée », a mentionné le chroniqueur pour NHL.com John Kreiser. « Mais Mike Bossy est peut-être le meilleur franc-tireur de l’histoire. Aucun joueur de notre époque ne va marquer en moyenne 57 buts par saison pendant 10 ans. Ajoutez à cela son rôle au sein d’une équipe qui a gagné la Coupe Stanley quatre fois d’affilée et sa conquête du trophée Conn Smythe, et vous obtenez un immortel – un joueur qui était encore mieux qu’extraordinaire. »

    Suivez Adam Kimelman sur Twitter: @NHLAdamK