Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

La LNH remet le reste de ses trophées aux plus méritants

samedi 2013-06-15 / 23:26 / LNH.com - Nouvelles

LNH.com

Partagez avec vos amis


La LNH remet le reste de ses trophées aux plus méritants

CHICAGO – Alexander Ovechkin des Capitals de Washington et Sidney Crosby des Penguins de Pittsburgh ont été deux des meilleurs joueurs de la LNH cette saison, et ils ont été récompensés pour leurs efforts samedi soir.

Ovechkin a devancé Crosby et John Tavares des Islanders de New York pour remporter le troisième trophée Hart de sa carrière à titre de joueur ayant été jugé le plus utile à son équipe. Le Russe est ainsi devenu seulement un des 10 joueurs de l’histoire à avoir gagné ce trophée plus de deux fois.

Crosby a par contre eu le dessus sur Ovechkin et Martin St-Louis du Lightning de Tampa Bay pour repartir avec le trophée Ted Lindsay, remis au meilleur joueur de la LNH cette saison tel que voté par ses pairs.

Le Hart et le Ted Lindsay sont deux des cinq trophées à avoir été distribués samedi soir au United Center, tout juste avant le début du match no 2 de la finale de la Coupe Stanley entre les Bruins de Boston et les Blackhawks de Chicago.

Le défenseur du Canadien de Montréal P.K. Subban a gagné le trophée Norris, lui qui était en nomination avec Ryan Suter du Wild du Minnesota et Kristopher Letang des Penguins. La recrue des Panthers de la Floride Jonathan Huberdeau est reparti avec le trophée Calder aux dépens de Brendan Gallagher du Canadien et Brandon Saad des Blackhawks. Le gardien des Blue Jackets de Columbus Sergei Bobrovsky a quant à lui décroché le trophée Vézina.

Ovechkin a connu une incroyable fin de saison, inscrivant 24 buts à ses 23 dernières rencontres pour remporter le trophée Maurice Richard à titre de meilleur marqueur de la ligue grâce à ses 32 buts. Sa prolifique séquence a permis aux Capitals de sauver leur saison et de terminer au premier rang de la section sud-est et au troisième échelon dans l’Est. Washington a cependant été éliminé en sept matchs par les Rangers de New York en première ronde des séries.

Le Russe a pris le troisième rang des pointeurs de la ligue (56), a été le meilleur marqueur de la LNH sur le jeu de puissance (16) et a dirigé plus de tirs au but que quiconque (220).

« Je tiens à dire un gros merci à mes coéquipiers », a déclaré Ovechkin sur les ondes du réseau NBC Sports. « Tout le personnel d’entraîneurs, ils font tous de l’excellent travail. Ils m’ont mis à l’aile droite, alors c’était un peu difficile pour moi. Mais comme tout le monde le sait, j’adore les défis. C’était un gros défi pour moi et les entraîneurs, mais on a réussi. »

Ovechkin a reçu un total de 1090 points à la suite du vote, contre 1058 pour Crosby (les points ont été alloués comme suit: 10-7-5-3-1, d’un vote de première place à un vote de cinquième place). L’écart de 32 points est le plus faible de l’histoire de l’attribution du trophée Hart depuis que le gardien du Canadien José Théodore et l’attaquant des Flames de Calgary Jarome Iginla avaient terminé à égalité en 2002 (Théodore l’avait finalement emporté puisqu’il avait récolté plus de votes de première place).

Crosby, qui avait remporté son premier trophée Ted Lindsay en 2006, a retrouvé sa forme des beaux jours cette saison, menant la ligue au chapitre des points jusqu’à ce qu’une fracture à la mâchoire lui fasse rater les quelque 12 derniers matchs de la campagne et un match des séries.

En 36 rencontres, Crosby a amassé 56 points, incluant 41 aides, bon pour le deuxième meilleur total de la ligue cette année (St-Louis en a récoltées 43). Le capitaine des Penguins est devenu seulement un des trois joueurs à avoir gagné le Ted Lindsay plus d’une fois depuis 2000, rejoignant ainsi Jaromir Jagr et Ovechkin.

« C’est super d’avoir été choisi par les gars contre qui tu joues soir après soir, a indiqué Crosby. C’est un beau compliment de savoir que c’est comme ça qu’ils te perçoivent comme joueur, et qu’ils ont du respect pour ta saison et pour ce que tu as accompli. Ça compte beaucoup pour moi. Je crois que tous les joueurs vous diraient la même chose et je pense que c’est vraiment spécial qu’on ait droit à ce trophée. C’est un honneur pour quiconque qui réussit à le gagner. »

Bobrovsky a connu une première saison à Columbus qui ne sera pas oubliée de sitôt. Échangé par les Flyers de Philadelphie à l’été, Bobrovsky a présenté une fiche de 21-11-6 avec une moyenne de buts alloués de 2,00 et un pourcentage d’efficacité de ,935. Il a également signé quatre jeux blancs. Ces statistiques ont été suffisantes pour lui permettre de devancer Henrik Lundqvist des Rangers de New York et Antti Niemi des Sharks de San Jose, et de devenir le premier Russe à remporter le Vézina.

« Quand j’ai été échangé à Columbus, je ne me souciais pas de ce que les gens disaient ou de ce que les gens pensaient », a mentionné Bobrovsky par l’entremise d’un traducteur. « Le plus important pour moi était de me concentrer sur comment je pouvais aider l’équipe, qu’est-ce que je pouvais améliorer dans mon jeu et comment je pouvais me préparer pour rendre cette équipe encore meilleure. C’est vraiment sur ça que je mettais ma concentration.

« Sans aucun doute, il y a encore beaucoup de travail à faire. Je peux encore m’améliorer et je vais encore m’améliorer. »

Huberdeau a terminé à égalité avec Nail Yakupov des Oilers d’Edmonton au premier rang des pointeurs chez les recrues (31 points), et a écrit une page d’histoire en devenant le premier joueur des Panthers à gagner le Calder.

« C’est certain que c’était une surprise, a-t-il déclaré. Je ne me doutais pas que j’allais le gagner. Il y a eu beaucoup de bonnes recrues cette année. Brendan Gallagher a connu une bonne saison, Saad aussi, et ce n’est évidemment pas terminé pour lui. Je ne m’attendais à rien et je suis content de l’avoir gagné. »

Huberdeau s’est vu octroyer beaucoup de responsabilités par les Panthers cette année, une situation qui a tout fait sauf nuire, selon lui.

« Ça m’a beaucoup aidé, a-t-il indiqué. J’avais plus de temps de glace que ce à quoi je m’attendais, avec toutes les blessures qu’on a eues. Je pense que je jouais un rôle différent. Alors c’est certain, ça m’a beaucoup aidé dans l’obtention de ce trophée Calder. »

D’après le natif de Saint-Jérôme, qui est également le premier Québécois depuis Martin Brodeur à remporter le Calder, le calendrier condensé à cause de la saison écourtée par le lock-out l’a aussi aidé à ne se concentrer que sur son jeu et rien d’autre.

« On disputait beaucoup de matchs. Tu n’as pas besoin de réfléchir quand tu joues presqu’à tous les jours. Tu ne penses à rien, a-t-il dit. Je ne pensais certainement pas au Calder. Je ne faisais que jouer mon style de jeu. Et au final ça m’a valu le trophée, alors ça s’est bien passé. »

La LNH avait présenté ses huit autres trophées vendredi soir. Revoici les gagnants:

- Trophée Frank J. Selke: Jonathan Toews, Blackhawks de Chicago

- Trophée Jack Adams: Paul MacLean, Sénateurs d’Ottawa

- Directeur général de l’année: Ray Shero, Penguins de Pittsburgh

- Trophée Lady Byng: Martin St-Louis, Lightning de Tampa Bay

- Trophée de la Fondation de la LNH: Henrik Zetterberg, Red Wings de Detroit

- Trophée King Clancy: Patrice Bergeron, Bruins de Boston

- Trophée Bill Masterton: Josh Harding, Wild du Minnesota

- Trophée Mark Messier: Daniel Alfredsson, Sénateurs d’Ottawa

 

La LNH sur Facebook