Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Toews et MacLean gagnent lors de la première journée de remise des trophées de la LNH

vendredi 2013-06-14 / 18:02 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Toews et MacLean gagnent lors de la première journée de remise des trophées de la LNH

CHICAGO – Entre les matchs no 1 et 2 de la finale de la Coupe Stanley, le capitaine des Blackhawks de Chicago Jonathan Toews et le joueur de centre des Bruins de Boston Patrice Bergeron se sont affrontés dans une bataille individuelle beaucoup moins stressante, certes, mais tout de même importante pour l’obtention du trophée Frank J. Selke.

C’est finalement Toews qui a remporté vendredi, aux dépens de Bergeron et du joueur de centre des Red Wings de Detroit Pavel Datsyuk, le trophée remis annuellement au meilleur attaquant défensif de la LNH, tel que voté par les membres de l’Association des journalistes professionnels affectés à la couverture du hockey.

« D’être capable d’être nez à nez avec des gars comme ça en séries et savoir ce qu’ils ont accompli dans le passé, tu comprends à quel point ils sont importants pour leur équipe, à quel point ils contribuent offensivement et défensivement », a déclaré Toews, grandement responsable de la meilleure moyenne de buts alloués de la ligue pour Chicago à 2,02 par match en saison régulière. « Qu’on mentionne mon nom dans la même phrase que ceux de ces gars-là et qu’on me compare à eux, c’est exceptionnel, alors c’est vraiment particulier de recevoir ce trophée. »

Les gagnants de sept autres trophées ont été révélés par la LNH vendredi. Les trophées Hart, Vézina, Norris, Calder et Ted Lindsay seront quant à eux présentés samedi à 19 h 00 HE.

Les Sénateurs d’Ottawa ont été les grands gagnants vendredi, alors que l’entraîneur Paul MacLean a reçu le trophée Jack Adams et que le capitaine Daniel Alfredsson a remporté le trophée Mark Messier.

« C’est une très belle journée pour notre organisation », a mentionné Alfredsson.

MacLean est reparti avec le trophée Jack Adams pour la première fois de sa carrière, l’emportant aux dépens de Joel Quenneville (Chicago) et Bruce Boudreau (Ducks d’Anaheim).

Les Sénateurs ont présenté une fiche de 25-17-6 et ont participé aux séries éliminatoires malgré la perte de Jason Spezza, du champion en titre du trophée Erik Karlsson, du défenseur Jared Cowen, du gardien no 1 Craig Anderson et du marqueur prolifique Milan Michalek pendant une bonne partie de la saison. Ottawa a fait jouer 14 recrues – un sommet dans la LNH – et a tout de même affiché la meilleure moyenne de buts marqués par match (2,08) dans l’Est.

« C’était important pour moi de préserver les attentes de l’équipe élevées, mais aussi d’être réaliste par rapport à ces attentes, ne pas essayer de faire des choses qu’on ne peut pas faire, ne pas essayer de jouer d’une façon qu’on ne peut pas jouer, a dit MacLean. Erik Karlsson et Jason Spezza étaient blessés – on n’avait pas deux joueurs comme ça à Binghamton (dans la Ligue américaine). [...] On a essayé de donner à ces joueurs des attentes réalistes et de leur faire adopter un style de jeu réaliste pour avoir du succès. Je crois que le travail de nos gardiens nous a beaucoup aidés. Ça nous a donné beaucoup de confiance. »

L’élection de MacLean comme entraîneur de l’année dans la LNH survient lors du deuxième anniversaire de la journée de son embauche par le directeur général des Sénateurs, Bryan Murray.

MacLean a également indiqué que la ligue allait peut-être un jour devoir penser à renommer le trophée Mark Messier pour honorer Alfredsson, qui l’a gagné devant Toews et le capitaine des Kings de Los Angeles Dustin Brown cette année.

« J’ai beaucoup de respect pour son éthique de travail et pour le fait qu’il a réussi à ne jamais manquer d’idées pour se réinventer à tous les jours, de livrer un message constant et d’avoir une attitude constante, pas seulement comme joueur mais aussi comme personne », a déclaré Messier par rapport à Alfredsson. « Tu peux en parler à n’importe qui à travers la ligue – les joueurs, les directeurs généraux, les médias, les partisans – ils vous diraient tous la même chose; il a énormément de crédibilité. »

Alfredsson se voit également attribuer beaucoup de responsabilités, et cette saison il a dû s’assurer de se faire entendre quand les Sénateurs étaient décimés par les blessures.

« Je crois que c’est très mérité, surtout cette saison. Je pense qu’il a été de loin le meilleur capitaine de la Ligue nationale de hockey avec ce que notre équipe a vécu, et il n’a jamais abandonné, a ajouté MacLean. Ça ne fait qu’ajouter à son héritage et à sa carrière digne du Temple de la renommée. »

Le directeur général des Penguins de Pittsburgh Ray Shero a eu le dessus sur Bob Murray (Anaheim) et Marc Bergevin (Canadien de Montréal) pour devenir le quatrième gagnant du trophée remis au directeur général de l’année.

Le gardien du Wild du Minnesota Josh Harding a décroché le trophée Bill Masterton pour ses qualités de persévérance, d'esprit sportif et de dévouement au hockey. Harding avait annoncé en novembre qu’il souffrait de la sclérose en plaques, mais a tout de même continué à jouer pour le Wild.

Il a participé à cinq matchs de saison régulière et à cinq rencontres des séries. Il a été sur la touche pendant 33 matchs au total.

« J’ai eu le diagnostic et évidemment ça m’a frappé de plein fouet, a dit Harding. Mais tout de suite j’ai su qu’il fallait que je fasse quelque chose pour me remettre dans le bain et trouver ce qui allait fonctionner pour moi. Pendant l’année j’ai eu une période creuse. Mais jamais ça ne m’a traversé l’esprit d’abandonner. »

Harding a indiqué qu’il n’a aucune intention d’arrêter de jouer au hockey.

« C’est ça le truc avec la sclérose en plaques, tu ne sais pas comment tu vas te sentir demain. Tu vas peut-être bien te sentir pendant les 10 prochaines années. Tu ne peux pas vraiment prévoir ce qui va arriver demain, a-t-il expliqué. Mais moi j’ai décidé de contrôler ce que je pouvais contrôler en mangeant convenablement, en faisant de l’exercice, en m’assurant de rester en forme, et de simplement me concentrer sur mon objectif. »

L’attaquant du Lightning de Tampa Bay Martin St-Louis a été élu joueur le plus gentilhomme de la LNH, gagnant le trophée Lady Byng pour la troisième fois de sa carrière. Les autres finalistes étaient Matt Moulson des Islanders de New York et Patrick Kane des Blackhawks. St-Louis a également remporté le trophée Art Ross pour avoir terminé au sommet de la ligue avec 60 points.

L’attaquant des Red Wings de Detroit Henrik Zetterberg est reparti avec le trophée de la Fondation de la LNH, remis au joueur qui applique le mieux les valeurs fondamentales du hockey – dévouement, persévérence et esprit d’équipe – pour enrichir la vie des gens de sa communauté.

La LNH remettra 25 000 $ à la Fondation Zetterberg pour aider à subventionner la création de trois stations d’approvisionnement d’eau à Kemba, en Éthiopie, pour permettre de fournir à 19 000 personnes de l’eau potable pour la vie.

Même s’il n’a pas gagné le Selke, Bergeron n’est pas reparti les mains vides. Il a remporté le trophée King Clancy pour ses qualités de leader sur et à l’extérieur de la patinoire, ainsi que pour sa contribution au sein de la communauté.

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook