Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

CHI vs LAK

    Les Kings touchés mentalement et physiquement après leur élimination

    Par Brian Hedger - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les Kings touchés mentalement et physiquement après leur élimination

    CHICAGO – Ils retournent dans le sud de la Californie fatigués et sonnés, mais aucune douleur physique n’égale ce que les Kings de Los Angeles ressentent au plus profond d’eux-mêmes.

    Les Kings ont fait tout ce qu’ils pouvaient faire samedi soir pour entretenir leur rêve de défendre leur championnat de la Coupe Stanley, mais les Blackhawks de Chicago étaient tout simplement trop forts. Ces derniers l’ont emporté 4-3 en deuxième période de prolongation du cinquième match de la finale de l’Association de l’Ouest devant leurs partisans. Les Kings ont eu beau venir de l’arrière à deux reprises en troisième période, ils se sont retrouvés les mains complètement vides dans le vestiaire des visiteurs du United Center après la rencontre.

    « Je ne prends pas beaucoup de consolation à perdre », a déclaré l’attaquant des Kings Justin Williams d’une voix presque inaudible. « C’est un goût amer. Et oui, nous avons été l’une des quatre équipes finalistes… mais ce n’était pas notre but au début de la saison. Nous n’avons pas été capables de défendre notre titre et c’est frustrant. »

    Les Kings vont analyser ce match et la série et ils ressentiront une très grande frustration.

    Après avoir perdu deux matchs à Chicago, les Kings ont divisé les honneurs des deux rencontres disputées au Staples Center jusqu’à ce que leur saison prenne finalement fin après 91:40 de jeu dans le cinquième match quand Patrick Kane a complété son tour du chapeau à 11:40 de la deuxième période supplémentaire pour placer le dernier clou du cercueil.

    Les Kings ont perdu les services du joueur de centre Mike Richards pendant trois rencontres en raison d’une blessure au haut du corps après qu’il eut été mis en échec par Dave Bolland vers la fin du match no 1. Ils ont subi une première défaite à domicile dans les présentes séries quand les Blackhawks l’ont emporté 3-2 dans le quatrième match pour prendre une avance de 3-1 dans la série.

    Cette défaite les a placés dans une situation précaire car ils devaient retourner affronter les Blackhawks dans l’amphithéâtre que l’on surnomme « Madhouse on Madison Street » avec leur saison à l’enjeu. Trois des cinq matchs de la série ont été décidés par la marge d’un but alors que dans la victoire de 3-1 des Kings dans le match no 3, Dwight King avait inscrit le dernier but dans un filet désert.

    « Nous ne sommes pas dans une profession de scénarios hypothétiques », a déclaré Williams, qui a marqué deux buts dans la série, avant d’amasser une mention d’assistance sur le but en désavantage numérique dans le cinquième match. « Nous sommes dans une profession de résultats. Peu importe de la façon qu’ils ont marqué leurs buts, ils les ont marqués. Ils ont marqué des buts importants quand ils devaient en inscrire. Nous avons nous aussi marqué de gros buts, mais sans parvenir à l’emporter. »

    Ce cinquième match, à bien des points de vue, a bien représenté ce qu’a été cette difficile série. Les Blackhawks ont pris une rapide avance de 2-0 dans les six premières minutes de jeu avec les buts de Duncan Keith et de Patrick Kane, mais les Kings ont rebondi et ont créé l’égalité 2-2 avec le but en désavantage numérique de King en milieu de deuxième période, et celui en avantage numérique d’Anze Kopitar au début du troisième engagement.

    C’est devenu encore plus corsé dans les dernières minutes de la troisième. Kane a réussi son deuxième but avec 3:52 à jouer à la période pour procurer une avance de 3-2 aux Blackhawks, mais Richards a forcé la prolongation quand la rondelle a dévié sur sa culotte pour déjouer Corey Crawford avec 9,4 secondes à jouer au troisième vingt.

    Richards, qui en était à son premier match après avoir été frappé par Bolland, a marqué un but et récolté une aide. Kopitar a aussi fait sa part en amassant une mention d’assistance sur le but de Richards.

    Ce dernier ne s’est pas attardé longtemps à discuter avec les journalistes après le match, lui qui a joué 22:55.

    « J’étais évidemment excité d’avoir marqué le but égalisateur, a-t-il dit. En prolongation, nous étions confiants, car nous avions bien joué en deuxième et troisième périodes. Nous avons obtenu plusieurs chances. Il faut leur donner crédit, ils ont bien joué et leur gardien a effectué de gros arrêts… Ils ont réussi un gros jeu pour mettre fin à la rencontre. »

    Quand on lui a demandé quelle avait été la grande différence dans la série, Richards a simplement haussé les épaules.

    « Je ne sais pas, ce fut une série très serrée », a-t-il répondu.

    Elle fut également très épuisante, tant mentalement que physiquement, pour l’équipe qui a perdu.

    « On voulait continuer à jouer », a déclaré le joueur de centre Jarret Stoll, qui a raté six des sept matchs de la demi-finale contre les Sharks de San Jose en raison d’une blessure au haut du corps, que certains prétendent être une commotion. « On voulait continuer à jouer jusqu’à la fin de juin, c’est ce qu’on voulait. Ils forment une grande équipe et on leur souhaite la meilleure des chances. Ils ont plusieurs grands joueurs, ils utilisent bien leur système et ils sont bien dirigés. Nous n’avons pu trouver le moyen de remporter un match sur leur patinoire. »

    Être passé à trois victoires de participer à la finale de la Coupe Stanley ne représente pas une consolation pour une équipe qui se sentait capable de devenir la première formation depuis 1998 à remporter une deuxième Coupe d’affilée, alors que les Red Wings de Detroit avaient défendu leur titre avec succès.

    « C’est décevant, a dit Stoll. On ne peut être content dans la défaite. On ne l’est jamais, que ce soit en finale de l’Association de l’Ouest, en finale de la Coupe Stanley ou encore quand tu ne participes pas aux séries éliminatoires. C’est le même sentiment de vide. »

     

    La LNH sur Facebook