Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

PIT vs BOS

    L’attaque des Penguins en panne sèche au mauvais moment

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    L’attaque des Penguins en panne sèche au mauvais moment

    BOSTON – Les Penguins de Pittsburgh ont tenté le tout pour le tout, avec l’embarras du choix que représente leur arsenal offensif, dans le but d’étirer leur saison 2012-13 pour au moins un match de plus, jusqu’à leur dernier souffle.

    Le gardien Tomas Vokoun était rappelé au banc alors que les Penguins faisaient face à un déficit de 1-0 lors de la dernière minute du match numéro 4 de la finale de l’Association de l’Est face aux Bruins de Boston vendredi soir, n’ayant besoin que d’un but pour pousser le match en prolongation afin de mériter une autre chance de rédemption, après une série remplie de frustrations et d’occasions ratées.

    À bien des égards, cette dernière minute de jeu frénétique s’est avérée un microcosme de la série des Penguins, c’est-à-dire de nombreuses occasions de marquer en or pour l’attaque la plus douée du circuit, mais un résultat des plus décevants.

    « Si vous regardez en arrière, les chances étaient au rendez-vous », a résumé le capitaine des Penguins, Sidney Crosby, après avoir bouclé la série avec aucun point en quatre parties. « Je veux dire, si vous essayez de vous battre, que vous essayez de foncer au filet pour récupérer les rebonds, à l’occasion ils viennent vers vous et d’autres pas.

    « Évidemment, quand toute l’équipe marque deux buts en quatre matchs et d’un point de vue personnel, de terminer la série avec aucun point, ça ne va pas. »

    Lors de cette dernière séquence de jeu, la rondelle est entrée en zone des Bruins et a trouvé Sidney Crosby au sommet du cercle gauche. Ce dernier a passé à travers l’enclave vers Evgeni Malkin, forçant le gardien de Boston Tuukka Rask à se démener pour une des seules fois dans le déroulement des quatre matchs de cette série. Malkin a driblé vers le centre alors que Rask glissait dans la direction opposée, se voyant offrir une cage béante, or le défenseur Zdeno Chara des Bruins est revenu à temps pour bloquer le tir avec son bras, empêchant ainsi un but certain.

    Plus tard lors de la même présence, Crosby était en possession de la rondelle près du filet avec plusieurs coéquipiers en bonne position devant le but, tous prêts à tenter leur chance pour inscrire le but égalisateur, mais la passe n’a atteint personne et s’est retrouvée hors d’état de nuire.

    Enfin, alors que les dernières secondes de la saison des Penguins s’écoulaient, la rondelle s’est retrouvée au sommet de l’enclave, sur le bâton de Jarome Iginla, une acquisition prisée de la part du directeur général des Penguins Ray Shero tout juste avant la date limite pour effectuer des transactions dans la LNH.

    Iginla savait qu’il n’avait pas le temps pour s’élancer et a dirigé un tir vif dont il a le secret, visant le haut du filet. Cependant, il n’y avait personne entre lui et Rask et comme ce dernier l’a démontré tout au long des présentes séries, s’il peut voir le disque, il l’arrête.

    C’est précisément ce qui est arrivé.

    Le tir de Iginla a été capté de la mitaine par Rask et la sirène du TD Garden a annoncé la fin de la rencontre, tandis que les Penguins voyaient leur saison prendre fin de façon éclatante.

    « Même durant le dernier jeu, lors de la dernière tentative de Malkin, alors que le filet était grand ouvert, on aurait dit que quelque chose gardait la rondelle hors du but », a dit l’entraîneur des Penguins, Dan Bylsma. « Ce n’est certainement pas un manque d’opportunités ou de chances de marquer pour notre équipe, pour nos joueurs ou pour notre jeu de puissance. Nous avons obtenu des chances. À la fin, j’avais le sentiment que ce n’était pas que Tuukka Rask qui gardait le disque hors du filet, mais qu’il y avait une force extérieure également, car nous avons obtenu quelques excellentes chances de marquer, dans de bonnes situations pour notre équipe et nous ne sommes pas arrivés à trouver le fond du filet au cours de cette série. »

    La dernière poussée a mis en lumière toutes ces choses auxquelles faisait référence Bylsma, dont un avantage numérique avec le gardien retiré, qui ne compte pas pour un jeu de puissance, mais qui a connu le même insuccès que les Penguins lors de leurs 15 dernières chances en supériorité numérique, c’est-à-dire zéro.

    L'incroyable tir bloqué sur une formidable chance de marquer de Malkin était approprié puisque ce dernier est le joueur de Pittsburgh ayant créé le plus de chances de marquer contre Rask. Le fait que Chara ait bloqué tir est aussi le reflet du travail du capitaine des Bruins tout au long de cette série, lui qui a aidé à déranger les marqueurs des Penguins.

    Il y a eu cette opportunité de Crosby, près du filet, avec un bon moment pour repérer un coéquipier démarqué, mais ce dernier a tenté sa passe à travers le groupe, devant le filet. Il n’aurait pas été facile, pour Crosby, de passer directement sur le bâton d’un coéquipier dans cette situation, mais il a tenté sa chance quand même et ça n’a pas fonctionné. Un peu comme la majorité des décisions prises par Crosby au cours de cette série, les choses n’ont pas tourné positivement pour les Penguins.

    Puis, il y a eu Iginla, qui en a arraché tout au long de la série et qui avait la rondelle avec suffisamment de temps pour marquer le but qui aurait donné un autre souffle de vie aux Penguins.

    Mais Rask était là pour effectuer un 134e arrêt face aux Penguins sur 136 tirs, au cours de la série, enregistrant un pourcentage d’arrêts de .958, ou d’un autre point de vue, se transposant en un taux de réussite de 1,5% pour Pittsburgh.

    « Nous avons essayé de tirer à de multiples reprises vers lui pour trouver le fond du filet, a dit l’attaquant James Neal des Penguins. Nous avons obtenu de bonnes chances à nouveau aujourd’hui. Nous avons travaillé pour chaque chance, nous étions présents, nous n’avons tout simplement pu acheter un but. À nouveau, à chaque match, j’ai senti que nous étions solides en échec avant, obtenant des chances et lançant au filet.

    « Lors des deux derniers matchs, nous ne sommes pas parvenus à acheter un moindre but. »

    C’est ainsi que se résume la déroute de l’équipe ayant marqué le plus de buts dans la LNH en 2012-13 – les Penguins n’ont pu trouver le fond du filet…

     

    La LNH sur Facebook