Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

CHI vs BOS

    Les Blackhawks sont prêts pour la finale de la Coupe Stanley

    Par John Kreiser - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les Blackhawks sont prêts pour la finale de la Coupe Stanley

    La liste des choses à faire des Blackhawks de Chicago cette saison comprenait les items suivants : remporter le titre de la Division Centrale, terminer au premier rang de l’Association de l’Ouest, mettre la main sur le trophée des Présidents en terminant au premier rang du classement général et mériter une participation à la finale de la Coupe Stanley.

    Après avoir coché tous ces items, il ne reste qu’une tâche à compléter : rapporter la Coupe Stanley à Chicago pour une deuxième fois en quatre saisons.

    Les Blackhawks ont mérité une chance d’y parvenir samedi en défaisant les Kings de Los Angeles par la marque de 3-2 pour ainsi boucler la série finale de l’Association de l’Ouest en l’emportant en cinq rencontres. La seule équipe qui se dresse entre Chicago et la possibilité de remettre la main sur la Coupe Stanley, après l’avoir gagnée en 2010, est la formation qui a succédé aux Blackhawks en tant que récipiendaire du précieux trophée, les Bruins de Boston, qui ont balayé les Penguins de Pittsburgh en finale de l’Association de l’Est.

    Comme les Bruins, les Blackhawks ont eu la frousse à au moins une occasion lors des trois premières rondes, devant revenir de l’arrière après un déficit de 1-3 en demi-finale de l’Association de l’Ouest face aux Red Wings de Detroit, une ronde après que les Bruins eurent gaspillé une avance de 3-1 et effectué une remontée lors de la troisième période du septième match, alors qu’ils tiraient de l’arrière par la marque de 4-1 face aux Maple Leafs de Toronto.

    Les deux finalistes ont pu mieux respirer lors des deux séries suivantes. Chicago a défait le Wild du Minnesota et les Kings en cinq rencontres, tandis que les Bruins se sont débarrassés des Rangers de New York en cinq rencontres puis ont balayé les Penguins.

    Les Bruins et les Blackhawks ne se sont pas affrontés lors de la saison régulière. Ils ont croisé le fer à huit reprises depuis 2004, les Bruins l’emportant à six occasions, incluant les deux dernières parties.

    Les Blackhawks et les Bruins n’ont pas un riche historique lorsqu’ils s’affrontent en séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Même si les deux concessions sont entrées dans la LNH au milieu des années 1920, ils croiseront le fer pour une septième fois seulement, la dernière fois remontant à un balayage de Boston lors des quarts de finale, en 1978. Boston a remporté cinq des six séries précédentes contre Chicago, la victoire des Blackhawks étant survenue en ronde préliminaire, un gain en trois rencontres en 1975.

    C’est la première fois qu’ils s’affrontent en finale. C’est la première finale entre deux des six équipes originales depuis 1979, alors que le Canadien de Montréal avait eu raison des Rangers en cinq parties.

    Les Blackhawks bénéficieront de l’avantage de disputer les deux premières rencontres au United Center, là où ils affichent un rendement de 9-1 au cours des présentes séries et de 27 gains en 34 rencontres, saison et séries réunies, cette année.

    Si la série devait se rendre à la limite de sept rencontres, les Blackhawks disputeraient ce dernier match à domicile, là où ils affichent un dossier de 5-2 lors des septièmes matchs. Boston présente un rendement de 1-4 sur la route lors de septièmes matchs, mais leur seule victoire a été enregistrée par la marque de 4-0 aux dépens des Canucks de Vancouver pour mettre la main sur la Coupe Stanley en 2011. Boston montre un dossier de 5-2 loin du TD Garden au cours des présentes séries.

    Boston montre une fiche de 3-0-2 à ses cinq dernières visites à Chicago, la dernière fois où les Bruins ne sont pas parvenus à récolter un point dans le domicile des Blackhawks remonte au 9 mars 2003. Les Bruins ont remporté trois des quatre derniers affrontements entre les deux clubs au TD Garden, incluant un gain de 3-0 lors du plus récent match, le 29 mars 2011.

    Les gardiens des deux équipes ont brillé ce printemps, mais aucun des deux n’a un historique digne de mention face à l’adversaire qu’il croisera lors de la finale.

    C’est la première saison de Tuukka Rask en tant que gardien partant des Bruins, il a alloué un but et n’a pas été impliqué dans la décision à sa seule apparition contre les Blackhawks. Corey Crawford montre une fiche de 0-1-1 et une moyenne de buts alloués de 2,40 en deux présences contre Boston.

    Peu de joueurs des Bruins ont un passé notable contre les Blackhawks. Acquis lors de la date limite des transactions, Jaromir Jagr est, de loin, celui qui a obtenu le plus de succès contre Chicago, l’ailier ayant compilé un dossier de 27 points en 25 rencontres, mais il n’a pas marqué contre les Hawks en deux rencontres dans l’uniforme des Stars de Dallas, cette saison.

    Parmi les joueurs qui ont passé la saison avec Boston, seuls les défenseurs Andrew Ferrence (22 rencontres, dossier de 0-5-5) et Zdeno Chara (16 rencontres, dossier de 1-3-4), ont disputé plus de 10 parties contre Chicago.

    Le joueur de Chicago possédant le plus d’expérience face à Boston est l’avant Marian Hossa, qui a passé la majorité de sa carrière dans l’Association de l’Est. Hossa a inscrit 16 buts et amassé 38 points en 45 rencontres contre les Bruins. Les défenseurs Johnny Oduya (21 rencontres, dossier de 1-4-5) et Michal Rozsival (34 rencontres, dossier de 3-9-12) sont les deux autres joueurs réguliers à avoir disputé plus de 14 matchs face à Boston.

    Les Bruins étaient les négligés lors de la finale de l’Association de l’Est et devraient l’être à nouveau contre les Blackhawks, qui ont terminé la saison avec 15 points de plus en 48 rencontres en saison régulière (77-62).

    « J’imagine que c’est un peu plus facile d’être les négligés, d’un point de vue perception du public. Je pense que ce qui arrive, c’est que nos joueurs respectent l’adversaire. Parfois, cela se traduit par un scénario où une formation est vue comme étant négligée, ce sont vous, les médias, qui provoquez cela », a affirmé le directeur général des Bruins, Pater Chiarelli, samedi. « Peut-être est-ce le cas, peut-être pas. Le fait demeure que nous respectons l’adversaire et c’est important, car n’importe quel soir donné, vous pouvez vous faire battre par n’importe quelle équipe.

    « N’importe quel soir donné, donc nos gars doivent respecter l’adversaire. C’est ce qui arrive et cela se reflète dans leurs commentaires. À l’occasion, c’est ce qui en fait un scénario de négligés. Je pense que ce n’est rien d’autre. Je ne crois pas que nous tentons de créer cette situation. C’est simplement une question de respect de l’adversaire. »

     

    La LNH sur Facebook