Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

PIT vs BOS

    Les Bruins balaient les Penguins

    Par Shawn Roarke - Directeur de rédaction senior à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Les Bruins balaient les Penguins

    BOSTON – Dans cette série mettant aux prises certaines des plus grandes étoiles du hockey, c’est un arrière à caractère défensif qui a permis aux Bruins de Boston d’accéder à la finale de la Coupe Stanley pour la deuxième fois en trois ans.

    Le défenseur Adam McQuaid, qui compte sept buts à sa fiche en 190 matchs de saison régulière et seulement un en séries éliminatoires, a marqué l’unique filet de la quatrième rencontre vendredi soir pour ainsi permettre aux Bruins de l’emporter 1-0 et de balayer les redoutables Penguins de Pittsburgh en finale de l’Association de l’Est.

    C’est une fin cruelle pour Pittsburgh puisqu’aucun de ses gros canons (Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Kristopher Letang) n’est parvenu à marquer pendant cette série. L’attaque la plus puissante de la LNH n’a compté que deux buts en quatre parties. Les Penguins n’ont touché la cible qu’une fois dans les 155 dernières minutes de jeu de la série, eux qui avaient inscrit 4,27 buts par match au cours des deux premiers tours des séries éliminatoires.

    « On est restés fidèles à notre style pendant toute la série », a déclaré le centre Patrice Bergeron au NBC Sports Network. « On a exercé beaucoup de pression dans leur zone. On a foncé au filet et on en a profité pour compter des buts qui n’étaient pas toujours jolis, j’imagine. »

    Le gardien de but des Bruins Tuukka Rask, qui a réalisé un superbe arrêt de la mitaine juste avant le coup de sifflet final pour conserver son blanchissage, a effectué 26 arrêts et il a repoussé 134 des 136 lancers dirigés vers lui au cours de cette série. Il a conclu cette ronde avec une moyenne de buts alloués de 0,44.

    « C’est grâce à lui si on est là. Il a joué un rôle très important dans notre victoire », a affirmé Bergeron à propos de Rask.

    Les Bruins, qui ont remporté la Coupe Stanley en 2011, feront face aux Blackhawks de Chicago ou aux Kings de Los Angeles en grande finale. Les Blackhawks, les champions de 2010, mènent la finale de l’Association de l’Ouest 3-1 et ils pourraient accéder à la finale de la Coupe Stanley en défaisant les champions en titre, les Kings, samedi au United Center (20 h HE sur NBC, CBC, RDS).

    Avant le début de la troisième ronde, Pittsburgh et Boston possédaient les deux meilleures attaques des présentes séries. Or, à l’exception d’une explosion de cinq buts lors de la première période du deuxième match, remporté 6-1 par les Bruins, ce duel a été dominé par la défensive.

    Dans la troisième rencontre, il a fallu plus de 95 minutes pour que les trois buts soient marqués et le dernier a été le résultat d’une déviation de Patrice Bergeron dans les derniers instants de la deuxième période de prolongation dans la nuit de mercredi à jeudi.

    La même histoire s’est répétée vendredi alors que les deux formations ont mis la défense adverse à l’épreuve sans parvenir à trouver de faille. Du moins, jusqu’à ce que McQuaid compte. Il y a eu quelques belles chances de marquer avant, mais les gardiens de but se sont montrés à la hauteur.

    Dans les dernières secondes du deuxième tiers, le défenseur des Penguins Paul Martin a décoché un lancer dans la circulation lourde, mais Rask a sorti la jambière pour rediriger le disque dans le coin de la patinoire. Crosby a eu quatre occasions de marquer dans les 40 premières minutes de jeu, mais il a été incapable de déjouer Rask. Le cerbère des Bruins a aussi frustré James Neal tôt en troisième période.

    C’est après cet arrêt que les Bruins ont orchestré une contre-attaque rapide pendant un changement de trio au banc des Penguins. La rondelle s’est retrouvée sur le bâton de McQuaid à la pointe droite et son lancer s’est logé sous la barre horizontale dans le coin gauche du filet de Tomas Vokoun après avoir dévié sur le bâton de l’attaquant de Pittsburgh Jarome Iginla dans le haut de l’enclave.

    Plus tard au troisième vingt, Rask y est allé d’un arrêt spectaculaire du bout du patin aux dépens du défenseur Brooks Orpik.

    Vokoun, qui ne pouvait rien faire contre le lancer frappé de McQuaid, n’a pas à rougir de ses performances dans les deux dernières rencontres de la série, mais il a été à court d’un arrêt pour une deuxième fois de suite.

    Il a, entre autres, réalisé un bel arrêt devant Tyler Seguin lors d’une montée à deux contre un ainsi qu’un superbe arrêt aux dépens de Brad Marchand en début de deuxième période.

    Malheureusement pour Vokoun, sa marge d’erreur était inexistante dans cette série. Les Penguins n’ont jamais eu les devants et les 45 minutes pendant lesquelles ils ont été à égalité dans le match no 4 constituent leur plus longue séquence sans tirer de l’arrière au cours de cette ronde.

    Les conséquences des deux périodes de prolongation du troisième match de mercredi étaient visibles vendredi soir alors que l’intensité et la précision des deux équipes étaient nettement inférieures à celles présentées 48 heures plus tôt.

    Les deux formations comptaient aussi sur des alignements légèrement différents pour cette quatrième partie.

    Pittsburgh a réinséré Tyler Kennedy dans son alignement pour remplacer Joe Vitale, qui avait disputé les deux rencontres précédentes. Boston, de son côté, a confié à Kaspars Daugavins la tâche de remplacer l’attaquant Gregory Campbell sur le quatrième trio. Campbell s’est fracturé la jambe en bloquant un lancer d’Evgeni Malkin dans le troisième match.

    Campbell s’est présenté en béquilles au TD Garden vendredi et il a reçu une ovation debout lorsqu’il est apparu au tableau d’affichage.

     

    La LNH sur Facebook