Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

PIT vs BOS

    Les Penguins se concentrent sur le présent et sur la victoire

    Par Shawn Roarke - Directeur de rédaction senior à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Les Penguins se concentrent sur le présent et sur la victoire

    BOSTON – Le cauchemar des joueurs des Penguins de Pittsburgh ne s’est pas terminé quand ils se sont réveillés jeudi matin après une trop courte nuit à l’hôtel, quelques heures seulement après leur revers face aux Bruins de Boston lors du troisième match de la finale de l’Association de l’Est.

    Dès qu’ils ont ouvert les yeux et que leurs corps meurtris par les affres d’une partie de quatre heures des séries éliminatoires de la Coupe Stanley se sont activés, ils ont été confrontés à l’image du but marqué par Patrice Bergeron en deuxième période de prolongation.

    C’était impossible pour les Penguins d’échapper à leur triste réalité. Ils ont perdu le match no 3 au TD Garden par la marque de 2-1 après 15:19 de jeu en deuxième période de prolongation et ils accusent maintenant un déficit de 3-0 dans la série quatre de sept qui déterminera qui représentera l’Association de l’Est dans la finale de la Coupe Stanley 2013.

    Pendant que les joueurs reprenaient leurs forces jeudi matin, ces images revenaient constamment les hanter. Les Penguins n'ont pas sauté sur la glace jeudi. Ils sont demeurés à l’hôtel pour se reposer et pour se préparer mentalement à affronter leur prochain défi, soit la quatrième partie de la série qui aura lieu vendredi (20 h HE sur NBCSN, CBC, RDS).

    Dans l’histoire des séries éliminatoires, trois formations sont parvenues à combler un déficit de 3-0 pour remporter une série quatre de sept. Les joueurs des Penguins ont jonglé avec ces chiffres et ils sont conscients de l’ampleur de la tâche qui les attend.

    « La chance nous a souri pendant les deux premiers tours, mais ce n’est pas le cas depuis le début de cette série », a déclaré le centre des Penguins Brandon Sutter. « Il n’est pas question qu’on s’effondre et qu’on abandonne. Personne n’aurait été prêt à parier que Pittsburgh tirerait de l’arrière 3-0.

    « Mais on n’abandonnera pas. Les probabilités sont contre nous, mais on a une bonne équipe et on prend les choses un jour à la fois en ce moment. Actuellement, on veut seulement remporter la prochaine partie. »

    Pour ce faire, les Penguins doivent oublier le passé et se concentrer sur l’avenir rapproché. Ils savent qu’ils ont bien joué lors de la troisième rencontre et ils sont convaincus qu’ils remporteront le prochain match s’ils jouent encore mieux.

    « Évidemment, ce n’est pas la situation idéale, mais on est toujours vivants », a ajouté le gardien de but Tomas Vokoun, le meilleur joueur de Pittsburgh lors du troisième match.

    Les Penguins ne doivent pas penser à enlever la série en dominant la prochaine partie, car ce n’est pas réaliste et ce serait contre-productif à cette étape-ci. Ils doivent oublier leurs objectifs à long terme et se concentrer sur l’instant présent. S’ils gagnent cette bataille, ils auront la chance de disputer une autre partie. S’ils perdent, leur saison sera terminée.

    « Quand on regarde notre situation, en déficit de 3-0, l’histoire et les probabilités ne sont pas très encourageantes, a admis Bylsma. On n’a pas besoin de gagner quatre parties de suite contre les Bruins de Boston. Il faut gagner un match [vendredi soir] pour revenir jouer à Pittsburgh. C’est comme ça qu’il faut envisager les choses. »

    Bylsma a mentionné que son équipe devait remporter quatre parties décisives pour passer au prochain tour. En ce sens, c’est un peu comme un tournoi olympique, selon lui.

    En 2010, le Canada a dû arracher la victoire dans quatre matchs sans retour consécutifs lors de sa conquête de la médaille d’or. Si les Canadiens avaient perdu contre l’Allemagne dans la ronde éliminatoire préliminaire, leur tournoi aurait été fini. Si la Russie avait eu le dessus dans les quarts de finale, le rêve du Canada aurait été brisé. En demi-finale, le Canada a dû résister à une équipe slovaque déterminée pour accéder à la grande finale. Puis, les Canadiens ont pu arracher l’or grâce à un but en prolongation de nul autre que Sidney Crosby, l’actuel capitaine des Penguins.

    Pendant tout ce trajet, les obstacles ont été nombreux et ils auraient pu être fatals pour le Canada. Les joueurs ont dû se concentrer sur le moment présent pour les vaincre un à un. Bylsma demande maintenant à sa troupe de faire la même chose.

    « L’enjeu en ce moment, c’est l’occasion de participer à la cinquième rencontre, a révélé Bylsma. Pour nous, la partie de [vendredi] est sans lendemain. Nous n’avons qu’un match à jouer. Soixante minutes. Il faut gagner pour ensuite passer à autre chose. »

    L’attaquant Matt Cooke a bien compris le message. Jeudi, il a refusé de discuter de ce que l’avenir, aussi incertain soit-il, réserverait à son équipe si elle devait perdre vendredi.

    « On ne pense toujours qu’au prochain match, a déclaré Cooke. Il y a beaucoup d’optimisme dans notre vestiaire. On croit en notre groupe et en nos réalisations. En ce moment, on ne pense qu’au match no 4.

    « Il faut qu’on soit comme l’équipe que nous croyons être. »

    Si les Penguins peuvent croire en eux, peut-être pourront-ils survivre au cauchemar qui les hante depuis le début de la finale de l’Association de l’Est.

     

    La LNH sur Facebook