Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

PIT vs BOS

    Ce ne sera pas une tâche facile de remplacer Campbell

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Ce ne sera pas une tâche facile de remplacer Campbell

    BOSTON – Le monde du hockey a regardé, un peu abasourdi, Gregory Campbell tenter de terminer sa présence en désavantage numérique alors qu’il avait de difficulté à se tenir debout.

    Le choc a été encore plus grand après la victoire de 2-1 des Bruins de Boston à la deuxième période de prolongation lors du troisième match de la finale de l’Association de l’Est quand les premières informations ont commencé à filtrer laissant entendre que Campbell souffrait d’une fracture à une jambe. La nouvelle a été confirmée par les Bruins, jeudi matin, précisant que Campbell s’était fracturé le péroné droit.

    Mais les personnes qui connaissent bien Campbell n’ont pas été étonnées le moins du monde.

    « Il est ce genre de joueur, a déclaré l’entraîneur en chef des Bruins, Claude Julien. Il est un individu dédié à son travail et au hockey, tant à l’extérieur de la patinoire que sur la glace. Il prend soin de lui-même. Il a surpris bien du monde (mercredi), mais pas nous, car il est comme cela. »

    La victoire des Bruins dans le troisième match leur a permis de prendre une avance de 3-0 dans la série. La quatrième rencontre sera présentée vendredi au TD Garden (20h HE; RDS, CBC, NBCSN).

    Campbell s’est blessé quand il s’est étendu devant le tir frappé de Evgeni Malkin à la 13e minute de jeu de la deuxième période lors d’une pénalité aux Bruins pour avoir eu trop de joueurs sur la glace. Campbell a eu toutes les difficultés du monde à se relever, mais il est néanmoins resté sur la glace, perturbant juste assez l’avantage numérique des Penguins pour les empêcher de marquer. Il a finalement rejoint le banc des joueurs en boitant près d’une minute après avoir été atteint par la rondelle.

    Ce fut un moment inspirant pour la foule du TD Garden et son geste a procuré de l’énergie à ses coéquipiers au moment où ils disputaient leur meilleur hockey.

    Maintenant, ils veulent démontrer que les efforts de Campbell n’ont pas été vains.

    « Nous en avons parlé et nous ne voulons pas qu’il ait fait cela pour rien, a déclaré son compagnon de trio, Shawn Thornton. Ça prend beaucoup de cran pour se tirer devant un puissant tir frappé, et vous l’avez vu jouer pendant 45 secondes avec une jambe fracturée. Il est certain que l’on veut bien jouer pour lui après ce qu’il a fait. »

    La blessure de Campbell ne peut pas simplement être décrite comme la perte d’un joueur de centre du quatrième trio, parce qu’il représente beaucoup dans l’identité des Bruins, une identité qui en font des opposants si difficiles à affronter.

    Campbell joue au centre de Thornton et de Daniel Paillé et le trio est appelé ‘Merlot Line’ en raison de la couleur de leurs chandails durant les entraînements de l’équipe. L’efficacité de ce trio fait en sorte que Julien peut utiliser toutes ses lignes durant un match, ce qui force les opposants à conserver un haut niveau d’énergie pendant 60 minutes. Cette utilisation permet à chaque attaquant des Bruins de pratiquer efficacement l’échec avant prôné par Julien, système qui peut être agressif quand les Bruins tirent de l’arrière ou un peu plus passif quand c’est le temps de préserver une avance.

    En raison de l’absence de Campbell pour le reste des séries éliminatoires, Julien devra trouver une combinaison qui lui permettra de continuer à utiliser quatre trios.

    « Nous devons nous assurer que nos quatre trios contribuent à la tâche, a dit Julien. C’est la chose la plus importante et les décisions devront être prises afin que nous puissions continuer à utiliser quatre trios. »

    Julien remplacera Campbell dans l'alignement avec Kaspars Daugavins, qui a joué le premier match des séries éliminatoires cette saison.

    Daugavins n’est pas un joueur de centre, mais Julien a le luxe de compter sur Rich Peverley, un centre naturel qui est bon sur les mises en jeu, mais qui joue à l’aile gauche sur le troisième trio. Peverley jouera au centre de la troisième ligne avec Daugavins et Tyler Seguin, et Chris Kelly jouera au centre de Thornton et Paillé.

    Selon Thornton, peu importe qui sera choisi, le nouveau venu sera capable de bien s’acquitter de ses responsabilités.

    « Je joue avec Paillé et Campbell depuis un bon bout de temps, on se connaît bien et chacun sait ce que l’autre va faire sans beaucoup de communication, a déclaré Thornton. Si je joue encore avec Paille, peu importe qui sera notre joueur de centre, il n’y aura pas beaucoup d’ajustement à faire. Nous jouons en ligne droite, c’est donc facile de s’ajuster à nous. »

    Campbell est aussi un membre important de l’excellente unité en désavantage numérique qui n’a accordé aucun but à la puissante attaque des Penguins en 12 avantages numériques dans la série. Campbell est celui qui est le plus utilisé en infériorité numérique parmi les six attaquants des Bruins, présentant une moyenne de 2:08 par match à court d’un joueur. Il est normalement accompagné de Paille, tandis que Patrice Bergeron et Brad Marchand forment une deuxième paire, et que Peverley et Kelly composent la troisième unité.

    Daugavins a de l’expérience en désavantage numérique, et il pourrait jouer une partie des minutes normalement confiées à Campbell.

    Il ne pourra cependant pas combler l’offensive de Campbell qui a marqué trois buts et amassé quatre assistances en 14 matchs, ce qui le place à égalité avec le futur membre du Temple de la renommée, Jaromir Jagr, qui occupe le septième rang de l’équipe.

    L’absence de Campbell se fera sûrement sentir sur la patinoire et sa déception de ne pas être capable de poursuive est grande. Mais les Bruins pourront compter sur son inspiration et son leadership quand ils tenteront de compléter un surprenant balayage dans le quatrième match, vendredi soir.

    « Je pense que je n’ai jamais joué avec quelqu’un qui passe autant de temps à la patinoire, a déclaré Thornton. Il aime cela. Il a grandi dans cet environnement. Il est déprimé un peu, mais il sera positif quand il sera autour de l’équipe et il fera tout en son possible à l’extérieur de la patinoire pour nous aider. Ça, j’en suis certain.

    « Il est toujours un élément important de notre équipe, qu’il soit en patins ou non. »

     

    La LNH sur Facebook