Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

CHI vs LAK

    Une meilleure performance en zone neutre relance les Kings

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Une meilleure performance en zone neutre relance les Kings

    LOS ANGELES – Aucun but n’est inscrit en zone neutre, mais on peut toutefois y gagner ou y perdre des rencontres. La finale de l’Association de l’Ouest est le dernier exemple en lice qui démontre l’importance de ce territoire de 50 pieds de long par 85 pieds de large au centre de la glace.

    Les Blackhawks de Chicago ont dominé le jeu en territoire central au cours des deux premiers matchs de la série. Par conséquent, ils se sont présentés à Los Angeles avec une avance de 2 0 dans cet affrontement quatre de sept.

    Les Kings de Los Angeles ont été sans l’ombre d’un doute la meilleure équipe en zone neutre lors du troisième affrontement disputé mardi au Staples Center, ce qui leur a permis de revenir dans la série grâce à une victoire de 3-1.

    Voici quatre raisons qui expliquent comment les Kings ont réussi à s’imposer face aux Blackhawks dans le match no 3:

    1. Patinage

    En termes simples, les Kings ont dominé les Blackhawks en ce qui a trait au patinage. Ils ont été plus rapides pour se rendre aux rondelles libres, ce qui leur a permis de s’installer en territoire offensif en possession du disque, ce qu’ils n’ont vraiment pas été en mesure de faire au United Center.

    « Pour une raison ou une autre, ils ont semblé être plus rapides que nous », a avoué l’ailier gauche des Blackhawks Patrick Sharp au LNH.com. « Au United Center, je crois que nos jambes bougeaient bien, et lorsque l’on patine de la sorte, on est en mesure de rejoindre les rondelles libres et de remporter nos batailles. [Dans le troisième match], on peut affirmer sans aucun doute qu’ils ont gagné plus de batailles que nous. »

    Les Blackhawks ont obtenu 20 tirs au but, mais 10 d’entre eux ont été réussis au troisième vingt, lorsqu’ils ont tenté (en vain) d’effectuer une remontée. L’aptitude de Los Angeles à se rendre au disque en premier a forcé les Blackhawks à jouer sur les talons. Chicago n’est pas une équipe aussi efficace lorsqu’elle doit jouer de cette façon.

    « Ils s’emparaient des rondelles libres, ce qui leur permettait de contrôler le jeu et nous empêchait de sortir de notre territoire, a ajouté Sharp. Cela ne nous arrive pas souvent, mais ils ont fait de l’excellent travail dans cette partie. »

    2. De bonnes décisions avec la rondelle

    Les Kings ont été capables de s’aventurer en territoire ennemi, car lorsqu’ils se sont mis à remporter les batailles pour les disques libres, ils ont ensuite sagement repoussé les Blackhawks profondément dans leur zone. En forçant les joueurs de Chicago à jouer sur les talons et à patiner vers l’arrière, les attaquants des Kings ont pu pourchasser la rondelle efficacement et la faire circuler en territoire ennemi.

    La contre-attaque habituellement dangereuse de Chicago n’est pas un facteur lorsque Los Angeles garde le disque profondément dans sa zone.

    « Nos attaquants ont été excellents avec la rondelle, et ils ont pris de très bonnes décisions, a déclaré le défenseur des Kings Rob Scuderi. Les Blackhawks possèdent probablement le groupe de défenseurs qui patine le mieux dans toute la ligue. Ils sont agressifs et exercent beaucoup de pression sur nos attaquants, et il faut parfois placer la rondelle derrière eux. Je sais que nous comptons sur plusieurs joueurs de talent très créatifs qui veulent créer des pièces de jeux, mais avec le peu d’espace qu’ils nous laissent et la pression qu’ils exercent, on se doit d’envoyer la rondelle dans le fond du territoire et les forcer à se défendre. Je crois que nos attaquants sont parvenus à le faire à merveille. »

    Scuderi a expliqué que les Kings s’étaient rendus coupables d’avoir tenté trop de jeux de finesse en zone neutre au cours des deux premières rencontres, alors qu’ils auraient dû appliquer la stratégie qui a fait leur succès dans la troisième partie.

    « J’espère que nous avons appris notre leçon avec les deux parties disputées à Chicago, a-t-il ajouté. Nous devrons parfois nous contenter d’un jeu qui n’est pas parfait. On se doit d’y aller avec le jeu sûr, et envoyer le disque dans des endroits où ce n’est pas dangereux pour nous. Si nous devons perdre la rondelle, autant le faire à un endroit où l’autre équipe ne pourra pas profiter d’une excellente chance de marquer. Il sera difficile pour eux de relancer l’attaque si le disque se trouve le long des rampes toute la soirée. »

    Le défenseur des Kings Robyn Regehr a également souligné que les attaquants de son équipe ont pris soin de ne pas diriger la rondelle vers des emplacements où le gardien des Blackhawks Corey Crawford aurait pu s’en emparer.

    « Crawford a pu mettre la main sur plusieurs rondelles au cours des deux premiers matchs, et il est meilleur avec la rondelle que les gardiens que nous avons affrontés dans les deux premières rondes, a fait remarquer Regehr. Lorsqu’il s’empare du disque, nous ne pouvons pas appliquer un échec avant comme nous le souhaitons. »

    3. Contrer le jeu de transition des Blackhawks

    Si les Kings s’appuient sur leur échec avant pour récupérer la rondelle en territoire offensif, les Blackhawks préfèrent relancer leur attaque à l’aide de leur jeu de transition. D’un côté comme de l’autre, la stratégie s’amorce en zone neutre.

    Le jeu de transition de Chicago a très bien fonctionné dans les deux premiers duels, car les Kings commettaient des revirements en territoire central. À l’inverse, il a été inexistant dans le match no 3 parce que les Kings ont exercé un meilleur contrôle sur la rondelle et ont forcé les joueurs de Chicago à perdre la rondelle en zone neutre.

    Par conséquent, les Blackhawks n’ont pu générer de bonnes chances en contre-attaque, et leurs longues passes en sortie de zone n’ont pas été un facteur. Les Kings ont tout simplement fait en sorte que les hommes de Joel Quenneville n’aient pas la rondelle en leur possession assez longtemps pour être dangereux.

    « Nous sommes plutôt une équipe qui impose un échec avant soutenu, et si l’on regarde les deux premiers matchs, nous n’avons pas été en mesure d’appliquer un bon échec avant, car nous ne pouvions pas traverser la zone neutre, a analysé le capitaine des Kings Dustin Brown. [Mardi soir], nous avons pu éviter les revirements, ce qui a neutralisé leur jeu de transition. Ils doivent alors parcourir 200 pieds pour marquer un but.

    « Leur jeu de transition est leur pain et leur beurre. Ils ont une défensive très mobile, alors si nous perdons la rondelle en territoire central, cela crée un surnombre [contre nous]. Selon moi, nous avons effectué du bon travail pour envoyer la rondelle profondément, à 200 pieds de notre but. »

    4. S’imposer physiquement

    Le jeu physique fait partie du style des Kings. Lorsqu’ils appliquent des mises en échec, particulièrement en zone neutre, cela signifie que leur échec avant fonctionne et qu’ils fatiguent l’adversaire, ce qui leur permet habituellement de gagner davantage de batailles pour les rondelles libres.

    Les Kings ont été impliqués physiquement tout au long de la troisième partie, et les Blackhawks ont eu du mal à réagir.

    Regehr a frappé solidement Bryan Bickell, ce qui a forcé l’imposant attaquant des Blackhawks à rater les neuf dernières minutes de jeu du premier engagement. Le joueur de centre des Kings Anze Kopitar a envoyé le défenseur des Blackhawks Brent Seabrook sur la glace tard en première période. Brown a envoyé Sharp au vestiaire alors qu’il restait deux minutes à faire au deuxième vingt lorsqu’il lui a appliqué une solide mise en échec à la poitrine en territoire central.

    « Ils ont été robustes partout sur la patinoire, a reconnu le capitaine des Blackhawks Jonathan Toews. Nous devons seulement garder nos pieds en mouvement. Nous avons arrêté de bouger, nous nous regardions un peu trop les uns les autres. Lorsque l’on ne bouge pas, on devient une cible facile lorsqu’un joueur adverse vient nous frapper. »

     

    La LNH sur Facebook