Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

PIT vs BOS

    David Krejci confirme de plus en plus sa place parmi l'élite de la ligue

    Par Shawn Roarke - Directeur de rédaction senior à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    David Krejci confirme de plus en plus sa place parmi l'élite de la ligue

    PITTSBURGH – David Krejci est un homme de peu de mots.

    Le joueur de centre tchèque préfère laisser parler son jeu sur la glace. Et depuis le début des séries éliminatoires 2013, disons que son jeu a été assez bavard.

    Krejci mène les Bruins de Boston – et tout le reste de la LNH – au chapitre des points avec 19. Il a marqué sept buts, ce qui le place à égalité au deuxième rang de la ligue, à un but de Patrick Sharp des Blackhawks de Chicago. Ses deux filets inscrits lors du match no 1 de la finale de l’Est face aux Penguins de Pittsburgh lui font cinq matchs de plus d’un but à ces trois derniers printemps éliminatoires, un exploit accompli seulement par deux autres joueurs – Joe Pavelski des Sharks de San Jose et Jeff Carter des Kings de Los Angeles – au cours du même laps de temps.

    Il a disputé 45 rencontres éliminatoires depuis le début des séries 2011 et a amassé 45 points. Et plus d’un quart de ses buts en séries (sept sur 27) ont été des buts gagnants.

    Alors, le jeu de Krejci a-t-il prouvé qu’il avait sa place parmi les meilleurs attaquants du moment, incluant le duo de joueurs de centre des Penguins Sidney Crosby et Evgeni Malkin? Il a plus de points que chacun d’entre eux en séries 2013 et les a dominés 2-0 lors du match no 1 de samedi.

    Mais l’athlète de 27 ans refuse de le reconnaître. Samedi soir, tout ce qu’il a dit c’est que Malkin et Crosby étaient les meilleurs joueurs au monde et que personne d’autre n’étaient vraiment du même calibre.

    Ses coéquipiers et entraîneurs ne sont pas complètement d’accord avec toute cette modestie.

    « C’est un bon joueur. Pourquoi serait-il différent de Crosby ou Malkin, qui sont aussi des bons joueurs? », a mentionné l’entraîneur des Bruins Claude Julien.

    Son compagnon de trio Nathan Horton abondait dans le même sens.

    « C’est un excellent joueur. Il est aussi talenteux que quiconque et il mérite tout le crédit qui lui revient. Ce n’est définitivement pas une surprise pour moi qu’il soit au sommet de la ligue dans presque toutes les catégories. »

    Entre temps, le joueur de quatrième trio des Bruins Shawn Thornton a dit de Krejci qu’il était encore plus dur envers lui-même qu’on pourrait l’imaginer.

    « C’est un gars très silencieux, tu ne le vois pas être très émotif alors il est vraiment discret, a indiqué Thornton. Je le connais depuis six ans et il est un gars vraiment très passionné, mais tu ne le saurais que si tu allais t’asseoir à côté de lui. »

    Mais qu’est-ce qui fait de Krejci un aussi bon joueur quand la température se réchauffe et que l’enjeu devient mille fois plus important?

    En séries, Krejci récolte en moyenne près d’un point par match. En saison régulière, cette statistique chute à 0,75 par match.

    Julien a déclaré dimanche que Krejci était tout simplement un de ces joueurs spéciaux qui élèvent leur jeu d’un cran en séries.

    « Je crois que c’est l’ensemble de son style, a-t-il dit. Il crée des jeux. Il tire davantage. Je crois que c’est simplement la situation. Je pense qu’il est un de ces joueurs qui adorent les séries et qui aiment beaucoup l’intensité et l’excitation qui les entourent. »

    Mais il fait tout ça sans vraiment y mettre plus d’efforts ni en suant quelques gouttes de plus, selon le défenseur des Bruins Andrew Ference.

    « Je pense qu’une des choses qui aide vraiment David est son sang-froid et son calme, a évoqué Ference. À ce temps-ci de l’année, c’est évident qu’on devient plus émotif et qu’on sort de notre zone de confort. Mais certains des meilleurs joueurs sont aussi ceux qui sont capables de rester calmes et de ne pas perdre le contrôle de leurs émotions. »

     

    La LNH sur Facebook