Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

PIT vs BOS

    Les Penguins ne sont pas découragés par le jeu blanc

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    PITTSBURGH – Il y avait longtemps que les Penguins de Pittsburgh avaient disputé un match sans voir la lumière rouge s’allumer derrière le filet de l’adversaire.

    Le match de samedi soir marquait le 16e mois et les Penguins ont célébré la chose en voyant leur séquence de 96 matchs sans encaisser un jeu blanc prendre fin abruptement.

    Le moment n’aurait pu être moins bien choisi.

    Cependant, la défaite de 3-0 de Pittsburgh aux mains des Bruins de Boston – qui forment maintenant la seule équipe du circuit à ne pas avoir été blanchie cette saison – lors du premier match de la finale de l’Association de l’Est, samedi soir, n’a pas laissé les joueurs des Penguins avec la tête basse.

    Au contraire, les Penguins ont le sentiment que le nombre de chances de marquer qu’ils ont générées, particulièrement durant la première moitié du match, est un aspect sur lequel ils peuvent construire en vue du match no 2 qui sera disputé lundi (20 h 00, HE; RDS, CBC, NBCSN).

    « Nous devons faire beaucoup de choses semblables », a dit le capitaine des Penguins, Sidney Crosby, qui a connu un match frustrant. « En quelque sorte, il faut juste limiter quelques erreurs et s’assurer que notre focus est dirigé au bon endroit. Mais je pense que nous avons fait un tas de bonnes choses et il faut continuer à bâtir là-dessus. »

    La dernière fois que les Penguins ont été blanchis remonte au 1er février 2012, un revers de 1-0 à Toronto, alors que Crosby n’était pas de la formation. En fait, la dernière défaite par blanchissage des Penguins avec Crosby remonte à un revers de 1-0 en prolongation, à St. Louis, le 23 octobre 2010.

    Mais les Penguins ont tout fait sauf marquer aux dépens du gardien de Boston Tuukka Rask en première période, dictant l’allure du match rapidement et bombardant les Bruins avec des occasions de marquer de qualité en succession.

    Ce sont cependant les Bruins qui ont quitté vers le vestiaire pour le premier entracte avec une avance de 1-0.

    « Au cours de la première moitié, nous avons eu un tas d’excellentes chances, vraiment lors des deux premières périodes, a dit l’attaquant des Penguins Jarome Iginla. Je ne sais pas si nous avons frappé trois poteaux, notre jeu de puissance avait fière allure. Rask a bien joué, les gardiens ont bien fait des deux côtés, mais nous avons eu des chances qui selon nous auraient pu se concrétiser un autre soir, spécialement après deux périodes. »

    L’effet secondaire néfaste à voir les Penguins passer beaucoup de temps dans la zone des Bruins est que la rondelle était bien loin de Tomas Vokoun et du filet des Penguins pendant de longs moments. Dès que les Bruins ont obtenu une opportunité, ils en ont profité.

    Ce que les Penguins n’ont pas fait.

    « Je ne sais pas combien de chances de marquer nous leur avons données, mais je dirais moins de 10, a dit Crosby. Peut-être 10, je ne sais pas. Mais nous avons fait un bon travail pour les limiter. Nous avons définitivement commis des erreurs, mais rien qui nous préoccupe trop et que nous ne pourrions arriver à corriger. Ce sont des choses que nous pouvons effectivement ajuster. »

    Les Penguins sont sortis forts, surfant sur une émotion bâtie sur huit jours d’inactivité et alimentée par une foule bruyante au Consol Energy Center, mais il était évidemment impossible de conserver ce niveau d’énergie pendant 60 minutes.

    Cependant, lorsque les Penguins sont retombés sur terre après coup, la chute a été difficile et les Bruins ont contrôlé la troisième période en marquant deux buts et ont volé l’avantage de la glace dans la série.

    « Nous avons eu des chances, mais c’est un style plus dur, plus serré, a dit l’entraineur des Penguins, Dan Bylsma. Ils ont bien joué. Ce sera ainsi. Nous devons certainement voir à d’autres manières de générer ces opportunités, puisque je pense qu’à mesure que le match progressait, nous nous sommes éloignés et n’en avons plus obtenues. »

    En général, une équipe confiante, celle des Penguins, ne voyait pas le match de samedi soir comme étant celui qui avait mis fin à une série de rencontres sans blanchissage plus qu’autre chose. C’est plutôt un mélange de malchance, de manque de finition et d’exécution ratée, des aspects qui se corrigeront certainement d’eux-mêmes pour le match no 2.

    « Les Bruins ont une avance de 1-0 et c’est une série quatre de sept, a déclaré Iginla. Personne n’est abattu ici. Nous avons hâte de revenir, de jouer le prochain match et d’égaliser les chances. »

    Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
    vs.
    La série débute le 18 avril
    vs.
    La série débute le 16 avril
    vs.
    La série débute le 16 avril
    vs.
    La série débute le 17 avril
    vs.
    La série débute le 17 avril
    vs.
    La série débute le 17 avril
    vs.
    La série débute le 16 avril
    vs.
    La série débute le 17 avril
     

    La LNH sur Facebook