Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

CHI vs LAK

    Les Kings savent ce qui les attend en affrontant les Blackhawks

    Par Curtis Zupke - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les Kings savent ce qui les attend en affrontant les Blackhawks

    EL SEGUNDO, Calif. – En temps normal, l’entraîneur des Kings de Los Angeles Darryl Sutter doit être de très bonne humeur pour accepter de discuter du passé. Il accueille habituellement ces questions avec le même enthousiasme qu’un revirement en territoire central.

    Toutefois, Sutter s’est ouvert brièvement alors qu’il s’attendait inévitablement à être interrogé au sujet des années qu’il a passées avec les Blackhawks de Chicago Blackhawks, soit huit saisons comme joueur et cinq en tant qu’assistant-entraîneur ou comme entraîneur-chef.

    « J’ai été là-bas alors que j’étais jeune et vieux, célibataire et marié, sans enfants et avec enfants. C’est une ville de sports, avec ses deux équipes de baseball, ses équipes de football et une excellente équipe de basketball, a commenté Sutter. Et on y trouve aussi une très bonne équipe de hockey. »

    « C’est un environnement incroyable pour le hockey, parce qu’on y retrouve une bonne équipe. Si l’équipe n’est pas bonne, alors ce n’est pas un bon environnement. »

    Les souvenirs qui remontent aux années 1980 et 1990 vont s’évaporer une fois au United Center lorsque l’équipe de Sutter, championne en titre de la Coupe Stanley, amorcera sa série finale de l’Association de l’Ouest contre Chicago samedi (17 h HE; RDS, TSN, NBCSN).

    Les Blackhawks ont ruiné la soirée où les Kings ont hissé leur bannière soulignant leur conquête de la Coupe Stanley en dominant complètement Los Angeles sur sa patinoire à l’occasion du match d’ouverture le 19 janvier. Los Angeles est l’une des équipes les plus imposantes de la ligue, et Chicago affectionne les rencontres où les joueurs peuvent patiner à fond de train.

    « Ce n’est pas un secret pour personne, nous sommes une équipe imposante, forte et physique, mais nous aimons bien pratiquer ce style tout en déployant beaucoup de vitesse », a indiqué le joueur de centre des Kings Colin Fraser. « De toute évidence, les Blackhawks forment une équipe rapide. J’ai joué là-bas sous les ordres de [l’entraîneur Joel] Quenneville [de 2008 à 2010], et il demande toujours à ses joueurs de transporter la rondelle en territoire offensif le plus rapidement possible, en attaquant avec beaucoup de vitesse et de rythme. Tout le monde connaît le style de nos deux équipes. Il s’agit de savoir laquelle des deux pourra le mieux l’imposer. »

    Ce mode de pensée était très répandu à l’entraînement des Kings jeudi, avant leur départ pour Chicago.

    « Nous savons à quoi nous attendre », a déclaré le centre Anze Kopitar. « Il n’y a aucun mystère. Ils comptent sur des joueurs de classe mondiale. Nous devons limiter leurs chances de marquer et tenter d’imposer notre jeu robuste le plus possible. Notre plan de match ne changera pas beaucoup. »

    « Ils n’ont pas beaucoup d’attaquants imposants, mais plusieurs de leurs attaquants sont rapides. C’est évidemment l’une de leurs forces, et ils voudront l’exploiter. De la même manière, nous aussi nous voulons jouer en fonction de nos forces, et nous allons voir comment le tout se déroulera. »

    Le dernier match entre Los Angeles et Chicago a eu lieu le 25 mars. Les Kings sont repartis du United Center avec un gain de 5-4, mais cette rencontre a marqué le début d’une disette offensive persistante pour plusieurs joueurs. Kopitar a touché la cible lors de ce match, avant de connaître une séquence de 19 parties sans marquer. Dwight King a aussi fait vibrer les cordages pendant cette partie, mais il n’a pas trouvé le fond du filet depuis. Jarret Stoll a aussi marqué dans ce duel, mais n’a pu faire scintiller la lumière rouge au cours des 23 matchs qui ont suivi.

    Stoll demeure à l’écart du jeu en raison d’une commotion cérébrale, et son état est évalué quotidiennement. Le joueur de centre n’a pas encore participé à des entraînements avec contact, et Sutter n’avait évidemment pas grand-chose à dire sur sa situation.

    « Je n’ai pas de mise à jour sur l’état de santé de Jarret Stoll, et je ne vais pas vous donner de mise à jour à moins que l’un d’entre vous ne nous donne des nouvelles sur l’état de santé d’un des joueurs de Chicago », a blagué Sutter.

    La difficulté qu’a Los Angeles à trouver le fond du filet est particulièrement mise en évidence sur la route. Les Kings n’ont marqué que huit buts (dont trois en avantage numérique) en six parties sur les patinoires adverses depuis le début des présentes séries éliminatoires. Leur meilleur marqueur en séries, Jeff Carter, a marqué deux fois en demi-finale d’association, dont un but dans un filet désert. Il est difficile de croire que les Kings avaient inscrit quatre buts ou plus à six reprises au cours de leur parcours de l’an dernier, qui les avait menés à la conquête de la Coupe.

    Les joueurs ont récemment avoué qu’ils devaient absolument offrir un meilleur soutien à leur gardien Jonathan Quick, qui répète ses performances de 2012, mais sans pouvoir compter sur un apport offensif similaire.

    « Nous devons marquer davantage de buts sur la route », a déclaré le capitaine Dustin Brown « Nous avons fait de l’excellent travail à la maison, et nous devons continuer dans ce sens, mais il faut trouver une façon de donner quelques buts d’avance à Johnny à l’étranger… d’effectuer le travail en territoire adverse sans pour autant sacrifier notre défensive. »

    Une part importante du blâme peut être dirigée vers les ailiers gauches de l’équipe. Dustin Penner n’a que deux buts en 13 rencontres, et King n’a toujours pas marqué, n'obtenant que trois mentions d’aide.

    Mike Richards a indiqué que les ailiers gauches touchent généralement moins souvent à la rondelle lorsqu’ils évoluent avec un centre gaucher, puisqu’il est plus facile pour ce dernier d’effectuer des passes sur son côté fort. Mais de son côté, King est d’avis qu’il s’agit : « d’un facteur de peu d’importance ».

    « J’obtiens des chances de marquer, a expliqué King. J’ai profité d’échappées. J’ai frappé des poteaux. Je suis passé très près. De toute évidence, la rondelle ne rentre pas aussi souvent dans le but que l’an dernier, mais j’obtiens des chances, alors je dois en profiter. »

    Ce qui rend cette situation moins désespérée, c’est que Los Angeles connaît beaucoup de succès dans les parties où le pointage reste bas, et le fait de commencer la série à l'étranger n’est pas catastrophique, si l’on considère que les Kings ont tiré de l’arrière 2-0 dans leur série quart de finale d’association contre les Blues de Saint-Louis, qu’ils avaient entamée sur la route, mais qu’ils ont tout de même réussi à l’emporter.

    La seule différence est que les deux premières parties de cette série seront présentées lors de deux soirées consécutives. En effet, le match numéro deux est prévu pour dimanche au United Center (20 h HE; RDS, TSN, NBCSN).

    La dernière fois que les Kings ont joué deux matchs en deux soirs en séries éliminatoires remonte aux 22 et 23 avril contre l’Avalanche du Colorado.

    « J’imagine que c’est différent, mais d’un autre côté, il sera aussi intéressant de jouer deux parties coup sur coup, et de savoir quelle équipe aura le dessus dans ces deux rencontres », a analysé Fraser.

     

    La LNH sur Facebook