Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

PIT vs BOS

    Marc-André Fleury demeure optimiste même s’il est cloué au banc

    Par Chris Adamski - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Marc-André Fleury demeure optimiste même s’il est cloué au banc

    PITTSBURGH – Si être cloué au banc en séries éliminatoires est la chose la plus difficile que Marc-André Fleury ait eu à vivre depuis le début de sa carrière professionnelle, il ne la laisse certainement pas affecter son humeur.

    Le gardien des Penguins de Pittsburgh, connu pour son éternel sourire et sa facilité d’approche, a livré quelques bonnes – et courtes – déclarations aux journalistes lors de sa première vraie rencontre avec les médias depuis qu’il a perdu son titre de partant après le match no 4 des quarts de finale dans l’Est.

    Lorsqu’on lui a demandé sur quoi il avait travaillé à l’entraînement, il a souri et répondu: « Stopper des rondelles. »

    Qu’est-ce qu’il y a de différent quand tu ne joues pas, en comparaison à quand tu joues?

    « Tu es beaucoup moins fatigué quand tu ne joues pas », a-t-il dit à la blague.

    Fleury s’est ensuite mis à rigoler quand on lui a demandé s’il avait déjà passé autant de temps à l’écart du jeu – sans compter la saison morte ou les blessures.

    Bien sûr que non, ça ne lui est jamais arrivé auparavant. Sauf qu’à l’entendre parler, il peut effectivement être difficile de réaliser que pour la première fois depuis sa saison recrue en 2003-04, Fleury n’est pas considéré comme le gardien no 1 de cette équipe.

    L’entraîneur des Penguins Dan Bylsma s’est tourné vers le vétéran Tomas Vokoun après que Fleury eut alloué six buts dans une défaite face aux Islanders de New York lors du match no 4 de leur série de premier tour. Cette performance avait bouclé une séquence de trois rencontres au cours de laquelle il avait été déjoué 14 fois. Vokoun a accordé un total de 14 buts tout en conservant une fiche de 6-1 au cours des sept matchs suivants.

    Mais si Fleury est contrarié de devoir regarder les matchs à partir du banc des siens, il continue à ne pas le montrer et à dire les bonnes choses.

    « Comme n’importe qui qui ne joue pas en ce moment au sein de l’équipe, on aime tous le sport et on veut tous jouer, a déclaré Fleury. Mais ce n’est pas une question d’individus – c’est l’équipe qui est importante. »

    Fleury a amorcé chaque match du tournoi printanier des Penguins depuis ses débuts en séries en 2007. Ça faisait 12 ans qu’il n’y avait pas eu un autre gardien que « Flower » devant le filet des Penguins pour débuter une rencontre en séries quand Vokoun a amorcé le match no 5 contre les Islanders.

    Fleury a mené Pittsburgh en finale de la Coupe Stanley à deux reprises, soulevant finalement le précieux trophée en 2009. Mais Vokoun joue vraiment bien en ce moment, et rien ne garantit que le Québécois aura une autre occasion de prendre part à une finale de la Coupe Stanley si les Penguins battent les Bruins de Boston en finale de l’Est cette année.

    « Ce n’est pas à propos de moi – c’est à propos de l’équipe, a dit Fleury. C’est à propos des victoires, et c’est qu’on a fait jusqu’à maintenant, alors je suis content pour les gars avec qui je joue ici depuis un bout de temps. Je veux les voir avoir du succès – et ils gagnent, alors je suis content. »

    Fleury a indiqué qu’il ne voulait pas penser plus loin que les présentes séries ni commencer à songer à ce que la perte de son poste de no 1 pourrait signifier pour le futur. Il a aussi mentionné qu’il entrevoit chaque séance d’entraînement comme s’il était toujours le partant – Vokoun et lui semblent d’ailleurs agir de la même façon à l’entraînement qu’ils le faisaient auparavant.

    « Les succès de l’équipe importent beaucoup à Marc, et c’est ce qui l’intéresse lorsqu’il n’est pas devant le filet... et je crois que ne pas avoir gagné en première ronde a été difficile pour lui, a déclaré Bylsma. C’était difficile de ne pas terminer cette série, mais je sais qu’il est tout aussi excité par les succès de l’équipe que s’il était devant le filet.

    « Il est aussi excité par ce que Tomas a fait depuis qu’il s’est amené. Il [Fleury] a fait du très bon travail pour demeurer concentré à l’entraînement afin d’être prêt à sauter sur la patinoire pour stopper des rondelles si l’occasion se présente. »

    Vokoun et Fleury ont clairement une très bonne relation. Vokoun a également soutenu que, même s’il voudrait toujours jouer comme n’importe qui, l’objectif principal est de gagner la Coupe Stanley.

    Fleury voit le tout comme une obligation qu’il a auprès de ses coéquipers de faire de son mieux pendant les séances d’entraînement pour qu’ils puissent pratiquer leurs lancers de la manière la plus efficace possible. Fleury croit que tant qu’il continuera à faire ça, il demeurera au sommet de sa forme.

    « On a un bon groupe de gars avec qui s’entraîner ici, alors c’est facile de suer à grosses gouttes et de travailler fort, a-t-il dit. Les gars restent sur la glace [après l’entraînement] et prennent des lancers, alors c’est de là que ça vient. Travaille fort, et tu vas rester à l’affût. »

     

    La LNH sur Facebook