Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Sept candidats possibles pour le rôle d’entraîneur des Rangers

mercredi 2013-05-29 / 21:04 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Sept candidats possibles pour le rôle d’entraîneur des Rangers

La décision du directeur général des Rangers de New York Glen Sather de congédier John Tortorella mercredi a modifié le paysage du marché des entraîneurs de la LNH. Non seulement le nombre de postes vacants est passé de deux à trois, mais l’un d’eux est maintenant pour une des six équipes originales, située dans un des plus gros marchés de hockey aux États-Unis.

Sather a placé les Rangers dans la même situation que les Stars de Dallas et les Canucks de Vancouver, et chaque équipe a maintenant de nombreux candidats à considérer. Sather a indiqué qu’il espérait trouver un nouvel entraîneur à temps pour le 30 juin, jour du repêchage de la LNH à Newark, au New Jersey.

Voici sept candidats que Sather pourrait considérer, et pourquoi chacun d’entre eux pourrait trouver sa niche à New York:

Lindy Ruff

La question avec Ruff est de savoir à quel point Sather veut s’éloigner d’un entraîneur comme Tortorella. Ruff, l’ancien troupier des Sabres de Buffalo, n’est pas le plus doux. Il peut être très dur avec ses joueurs. Il peut être très dur avec les journalistes. Il est en ce sens très similaire à Tortorella.

Cependant, Ruff est également un entraîneur vétéran qui a participé à la finale de la Coupe Stanley et qui compte 571 victoires en saison régulière après avoir été à la barre des Sabres pendant plus de 14 ans. Son équipe a atteint les séries éliminatoires à huit reprises pendant son règne, incluant quatre finales de l’Est.

Mais il était aussi assez proche de ses joueurs, ce qui explique pourquoi les joueurs des Sabres étaient anéantis lorsqu’il a été congédié le 20 février dernier.

Ruff a également un petit lien avec les Rangers. Il a conclu sa carrière de joueur dans la LNH en participant à 83 matchs avec eux.

Mais l’autre question est de savoir si Ruff est disponible, puisque les Canucks ou les Stars pourraient tenter de lui mettre la main dessus avant que les Rangers le fassent.

Alain Vigneault

Vigneault est très différent de Tortorella, autant au niveau de l’attitude que du système.

Il est surtout connu comme étant un entraîneur proche de ses joueurs. Ses équipes à Vancouver ont été construites autour de l’attaque et d’un solide gardien de but. C’est peut-être le genre d’approche dont les Rangers auraient besoin, surtout s’ils veulent arrêter de gaspiller les belles années d’Henrik Lundqvist.

Les Canucks ont connu des difficultés en offensive cette saison (2,54 buts par match, 19e dans la LNH) et sur le jeu de puissance (15,8 pour cent, 22e dans la LNH), mais ils avaient figuré au sommet de la ligue au chapitre des buts à chacune de leurs trois saisons précédentes. Vancouver menait la LNH au niveau des buts (3,15) et de l’avantage numérique (24,3 pour cent) en 2010-11. Les Canucks avaient aussi terminé au deuxième rang de la ligue avec une moyenne de 3,27 buts par match en 2009-10.

Tout comme Ruff (et Tortorella), Vigneault a déjà mené son équipe jusqu’en finale de la Coupe Stanley – le Québécois l’a fait en 2011, quand les Canucks se sont finalement inclinés en sept matchs contre les Bruins de Boston. Vigneault a signé 422 gains en 806 rencontres depuis le début de sa carrière d’entraîneur, incluant une fiche de 313-170-57 à Vancouver.

Dave Tippett

Tippett pourrait ne pas être disponible si les Coyotes de Phoenix réussissent à lui faire accepter un autre contrat. C’est d’ailleurs l’objectif principal du directeur général Don Maloney.

L’autre problème est que le contrat actuel de Tippett avec Phoenix expire seulement le 30 juin, le jour du repêchage dans la LNH. Sather a déclaré qu’il voulait avoir fait son choix avant cette date, mais ce n’est définitivement pas coulé dans le béton – surtout si Tippett manifestait son intérêt pour les Rangers et décidait de ne pas renouveller son contrat avec les Coyotes.

Il serait surprenant que Maloney, un ancien adjoint de Sather à New York, ne reçoive pas d’appel de son ancien patron à propos de la disponibilité de Tippett, du moins pour un entretien. Maloney n’a pas donné l’occasion à d’autres équipes de parler à Tippett pour l’instant parce qu’il veut le garder.

Alors même si cette option semble peu probable, elle est tout de même à considérer pour Sather et les Rangers. Tippett a été à la barre des Coyotes au budget serré au cours des quatre dernières saisons et les a aidés à participer aux séries lors de ses trois premières années dans le désert. Ils se sont rendus jusqu’en finale de l’Ouest l’an dernier, et n’ont jamais figuré sous la barre de ,531 depuis l’arrivée de Tippett.

Tippett avait également mené les Stars en finale de l’Ouest en 2008.

Marc Crawford

Crawford pourrait s’avérer une option seulement si Ruff, Vigneault et Tippett ne sont plus disponibles ou qu’ils refusent l’offre des Rangers. Cependant, le curriculum vitae de Crawford mérite que Sather y jette un coup d’oeil.

Il a été entraîneur pendant 1151 matchs de saison régulière dans la LNH, enregistrant 549 victoires. Ses équipes ont fait les séries huit fois, et il a remporté la Coupe Stanley avec l’Avalanche du Colorado en 1996.

Le dernier séjour de Crawford derrière un banc de la LNH était en 2010-11, à sa deuxième et dernière saison avec les Stars. Il n’a pas participé aux séries depuis 2003-04, alors qu’il dirigeait les Canucks. Il a passé la dernière saison en Suisse, où il était l’entraîneur des Lions de Zurich.

Si Sather se soucie vraiment de la bonne entente entre son nouvel entraîneur et les journalistes, il ne devrait pas avoir de problème avec Crawford, qui a déjà travaillé pour les réseaux TSN et CBC.

Dallas Eakins

Sather pourrait prendre un risque avec Eakins, qui semble être le meilleur entraîneur de la Ligue américaine en ce moment. Mais un risque est peut-être exactement ce dont les Rangers ont besoin pour repartir à neuf.

Eakins n’a jamais dirigé dans la LNH, mais il est âgé de 46 ans et il a passé les quatre dernières campagnes à la barre des Marlies de Toronto. Il a mené les Marlies à la finale de la Coupe Calder la saison passée et a démontré un dossier de 87-47-8 au cours des deux dernières années.

Même s’il n’a dirigé que dans les mineures, Eakins et les Marlies ont été suffisamment sous les projecteurs à Toronto pour qu’il soit en mesure de gérer la pression qui va avec un gros marché comme celui de New York.

Eakins pourrait également être la personne idéale pour développer certains des jeunes joueurs des Rangers, incluant Chris Kreider et J.T. Miller. Il pourrait également aider à rendre Carl Hagelin et les défenseurs Ryan McDonagh, John Moore et Michael Del Zotto plus efficaces en attaque.

Paul Maurice

Maurice a passé la dernière saison à la barre d’une équipe en Russie, mais depuis il a retrouvé sa maison en Ohio et est prêt à effectuer un retour dans la LNH l’an prochain. Il est l’opposé de Tortorella quant à son attitude, lui qui est plutôt calme et qui accorde du temps aux médias avec plaisir.

Il s’est déjà entretenu avec Sather pour un poste à New York dans le passé et connaît bien l’ancienne étoile des Rangers Adam Graves, qui est aujourd’hui un membre respecté du département des opérations hockey de l’équipe.

Maurice a dirigé 1084 matchs dans la LNH, incluant 920 avec l’organisation des Whalers de Hartford/Hurricanes de la Caroline. Maurice a également été à la barre des Maple Leafs pendant deux saisons complètes, mais n’a pas fait les séries éliminatoires. Ses équipes en Caroline ont atteint les séries à quatre reprises, incluant la finale de la Coupe Stanley en 2002 et la finale de l’Est en 2009.

Guy Boucher

Ancien entraîneur du Lightning de Tampa Bay (comme Tortorella), Boucher est jeune, encore rempli d’énergie et probablement curieux de savoir ce qu’il peut faire avec un gardien de la trempe de Lundqvist derrières ses systèmes de jeu uniques, incluant son échec avant de type 1-3-1.

Boucher n’a pas réussi à faire fonctionner le Lightning après l’avoir mené jusqu’en finale de l’Est en 2011. L’équipe n’a pas fait du bon travail devant le filet, et sa défensive décevante n’a pas été en mesure de compenser pour toute l’attaque que généraient Steven Stamkos et Martin St-Louis. Boucher a été remercié alors qu’il restait environ un mois à faire au calendrier régulier cette année.

Lundqvist devrait pouvoir faire bien paraître ses systèmes de jeu à nouveau. Quand le Lightning a obtenu de bonnes performances de Dwayne Roloson devant le filet en 2010-11, l’équipe a inscrit 2,94 buts par match en moyenne et son jeu de puissance était efficace à plus de 20 pour cent. Les Rangers n’ont jamais eu ce genre de statistiques sous les ordres de Tortorella.

Le joueur de centre Rangers Derick Brassard a aussi joué pour Boucher dans la LHJMQ.

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook