Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette : La crème de l’Est est en finale d’association

mercredi 2013-05-29 / 17:11 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : La crème de l’Est est en finale d’association

L'Association de l’Est nous fait un bien beau cadeau: une finale entre les Penguins de Pittsburgh et les Bruins de Boston.

Dur à battre, en effet.

En séries éliminatoires, la logique, c'est bien connu, est rarement respectée. Cette fois, la logique

a repris ses droits. Tant mieux.

À mon avis, nous avons là la crème de l'Est, rien de moins, deux machines réglées au quart de tour. Les Penguins, avec ou sans Sidney Crosby, n'ont jamais dérougi depuis le début de la saison alors que les Bruins, après avoir mis le gros orteil sur le terrain de golf lors du dernier match de leur série contre les Maple Leafs au premier tour, sont redevenus les ... Bruins. L'ourson s'est soudainement transformé en grizzly.

Parlez-en aux Rangers pour voir.

Si les Penguins forment l'équipe la plus spectaculaire du circuit, les Bruins représentent probablement l'équipe la mieux structurée pour les séries. Ils sont gros, ils sont bons et ils cognent fort. Et ils sont bien dirigés par un homme, Claude Julien, dont les mérites ne sont pas suffisamment reconnus.

Les Penguins ? Ils vont se faire brasser à souhait, j'en conviens, mais ils ont tellement de talent. Ils ont même un président (Mario Lemieux), qui serait probablement encore capable de marquer des buts !

Mon choix ? Les Penguins en sept. Et cela n'a rien à voir avec les trois victoires en trois matches des Penguins contre les Bruins en saison régulière.

On ne parle plus des mêmes Bruins.

Oui, une grande série nous attend. Il y aura des pleurs et des grincements de dents, de la bisbille et sûrement des gros mots mais, surtout, nous aurons droit à du hockey comme on l'aime.

Crosby, Malkin, Iginla, Dupuis, Neal, Letang et autres auront le dessus sur Krejci, Bergeron, Lucic, Horton, Chara, Jagr, Marchand et compagnie.

Encore là, vous n'êtes pas obligés de me croire.

Vokoun vs Rask

Cette série, entre autres choses, mettra en présence deux gardiens de but, qui chaussent de grosses pointures.

Tomas Vokoun a délogé Marc André-Fleury, qui a mené les Penguins à la conquête de la Coupe Stanley en 2009 alors que

Tuukka Rask a succédé à Tim Thomas, double gagnant de la Coupe et du Conn Smythe en 2011.

J'ai encore frais à la mémoire les coups d'éclat du Wild du Minnesota et des Rangers de New York, l'été dernier.

Le Wild, on se souviendra, a acquis Zach Parise et Ryan Suter à prix d'or alors que les Rangers s'offraient nul autre que Rick Nash via une méga-transaction avec Columbus. Il n'y en avait que pour le Wild et les Rangers, qui de l'avis de plusieurs, avaient déjà pris une option sur la Coupe Stanley.

Pendant ce temps, les Penguins, sur la pointe des pieds ou presque, obtenaient un gardien de 36 ans, Vokoun, des Capitals de Washington. Rien pour écrire à sa mère, comme on dit.

Quelques mois plus tard, le Wild et les Rangers sont déjà en vacances alors que Vokoun s'apprête à participer à la finale de l'Est non pas comme adjoint à Fleury, mais bien comme gardien numéro un. Impressionnant. Comme quoi, les manchettes de juillet, bien souvent, font sourire en mai. Pas étonnant que Ray Shero soit en lice pour le titre de directeur général par excellence.

Sans Vokoun, ils seraient probablement déjà éliminés, les Penguins. Et je n'exagère même pas.

Rask ? Il fait des merveilles depuis les premiers jours de la saison. Tim qui ?

Une question ... 

L'autre jour, Don Cherry, comme lui seul peut le faire, a trouvé le moyen d'allumer un autre feu lorsqu'il a critiqué sévèrement les dirigeants du hockey amateur canadien, qui ont choisi d'abolir les mises en échec jusqu'au terme du stage, catégorie pee wee.

Une décision fort sage, qui mérite des applaudissements. Et encore des applaudissements, Cherry, lui, s'est prononcé contre cette décision. Le contraire aurait été étonnant de la part d'un homme, qui a toujours affectionné la rudesse.

Une question comme ça: existe-t-il un règlement qui nous empêche de donner une bonne

mise en échec à un analyste de la CBC ?

Juste pour savoir.

Qui sera le premier choix ? 

Qui sera le premier choix lors du prochain repêchage de la LNH ?

Pour tout vous dire, je serais bien embêté si j'étais dans les souliers de l'Avalanche du Colorado, qui aura le premier choix.

Le dernier tournoi de la Coupe Memorial, la vitrine par excellence du hockey junior, n'a fait que reconfirmer le talent de trois joueurs d'exception, Seth Jones, Nathan MacKinnon et Jonathan Drouin.

Jones est appelé à devenir un défenseur dominant, MacKinnon est un attaquant combien explosif et Drouin, en plus d'être rapide, est un passeur exceptionnel. Comme s'il avait des yeux derrière la tête.

En visionnant la finale, dimanche dernier, entre Halifax et Portland, j'essayais d'imaginer Drouin avec ... Steven Stamkos. Un bien beau flash, je l'avoue.

Bref, voilà trois jeunes coqs, qui feront des étincelles dans la LNH.

Mais si j'avais le premier choix, j'opterais pour MacKinnon. Il n'est pas seulement doué; il dégage une énergie, qui a pour effet de soulever littéralement une équipe.

Dans l'ordre, mes trois premiers choix sont donc: MacKinnon, Drouin et Jones.

Des objections ?

 

La LNH sur Facebook