Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

PIT vs BOS

    L’amélioration de Lucic, un élément clé dans le succès des Bruins en séries

    Par Matt Kalman - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    L’amélioration de Lucic, un élément clé dans le succès des Bruins en séries

    WILMINGTON, Mass. – Les Penguins de Pittsburgh connaissaient une séquence de cinq gains consécutifs, eux qui allaient remporter 23 de leurs 27 dernières parties en saison régulière, lorsqu’ils sont débarqués à Boston pour la rencontre prévue le 19 avril.

    Cette rencontre a été retardée d’une journée en raison de la chasse à l’homme du suspect des attentats au marathon de Boston. L’une des semaines les plus éprouvantes de l’histoire de la capitale du Massachusetts tirait à sa fin, et le hockey n’était pas la priorité dans l’esprit des gens.

    Cependant, cette fin de semaine a constitué un tournant pour les Bruins de Boston et pour l’une de leurs vedettes. Après avoir offert des performances décevantes au cours des premiers mois de la saison régulière, l’attaquant Milan Lucic a été laissé de côté pour ce duel contre les Penguins, qui l’ont emporté 3-2. C’était la première fois depuis son année recrue en 2007-08 que Lucic était laissé de côté alors qu’il est en santé.

    C’est à ce moment que Lucic a réalisé ce qu’il devait faire pour retrouver ses moyens. Quelques semaines plus tard, à l’approche de la série finale de l’Association de l’Est contre les Penguins, Lucic joue son meilleur hockey de la saison.

    « Je crois que ce moment a absolument été un tournant pour moi, au point de vue mental. Cet épisode m’a forcé à me demander “Que dois-je faire pour aider cette équipe déjà?” », a expliqué Lucic après l’entraînement des siens mardi au Ristuccia Arena. « Je me suis simplement rappelé comment je jouais lorsque j’étais recrue, avec beaucoup d’énergie et d’émotion. Je pense que c’est ce qui m’a aidé à jouer à nouveau comme j’en suis capable afin de rendre cette équipe meilleure. »

    Il aurait pu bouder après avoir écarté du jeu. Mais il était important, autant pour Lucic que pour les Bruins, que l’ailier gauche de 6 pieds 3 pouces et 228 livres garde la tête haute.

    « C’est à ces parties que l’on veut participer, les plus importantes. C’est toujours désappointant d’être laissé de côté, mais de rater une rencontre comme celle-là rend les choses encore pires, a déclaré Lucic. Je me suis dit que j’allais approcher cette situation en tentant d’en retirer le positif et non le négatif. J’ai senti que j’avais la chance de renverser la vapeur et de connaître une bonne fin de saison afin de retrouver mes repères et de jouer au niveau dont je suis capable à temps pour les séries éliminatoires. »

    Lucic, qui a marqué 30 buts lors de la saison 2010-11 au cours de laquelle Boston a mis la main sur la Coupe Stanley, a terminé la campagne écourtée avec une récolte de sept buts. Depuis le début du tournoi printanier, il est toutefois un joueur transformé. Après douze parties contre les Maple Leafs de Toronto et les Rangers de New York, il a amassé trois buts, dix points et un différentiel de plus-9. Il domine ses coéquipiers avec 55 mises en échec, dont six dans la cinquième et dernière rencontre de la série contre les Rangers.

    Il est difficile de comprendre pourquoi Lucic, qui aura 25 ans le mois prochain, n’a pas été en mesure d’offrir en saison régulière un rendement semblable à celui qu’il offre en séries éliminatoires. Plusieurs facteurs pourraient l’expliquer. Tout d’abord, il n’a pas joué au cours du dernier lockout. De plus, la naissance de son premier enfant est arrivée tout juste après la fin du camp d’entraînement écourté. Ensuite, il existait une pression supplémentaire liée à son nouveau contrat de 18 millions $ signé au cours de l’été. L’horaire condensé pourrait aussi avoir nui davantage à Lucic qu’à d’autres joueurs, et le directeur général des Bruins Peter Chiarelli garde ces faits en tête lorsqu’il évalue le rendement de ses joueurs.

    « Au début de la campagne, j’ai dit que tout serait différent. Je dois contrôler mes émotions et évaluer cette équipe de manière différente. Je ne peux pas agir de façon trop rapide, puisque cette saison était atypique en raison des éléments dont nous avons discutés : les entraînements courts, l’absence d’entraînements, un match à tous les deux jours, a révélé Chirelli. En ce qui concerne Milan, j’essaie de garder ces faits en mémoire. Il a connu des difficultés du début de la saison jusqu’à la dernière ligne droite. Mais maintenant, on dirait parfois qu’il est un homme au milieu d’un groupe d’enfants en raison de sa façon de jouer. Il est dominant. »

    Et lorsque Lucic domine, il fait sentir sa présence sur la feuille de pointage et dans d’autres aspects du jeu. Son gabarit peut intimider le plus intrépide des joueurs qui s’amène avec la rondelle. Qu’il le mette en échec ou non, il peut faire une différence en faisant hésiter ce joueur ou en le forçant à agir trop rapidement.

    De toute évidence, le jeu physique de Lucic peut être éprouvant pour ses adversaires, que ce soit lorsqu’il distribue une mise en échec ou lorsqu’il en encaisse une. Lucic a appliqué une dure mise en échec légale au défenseur de New York Anton Stralman au cours du troisième match de la série, forçant ainsi ce dernier à rater le reste de la série. Les Rangers ont éprouvé des difficultés en l’absence de leur vétéran défenseur, tout comme les Canadiens de Montréal ont connu des problèmes après la perte du défenseur Alexei Emelin, qui s’est blessé au genou en tentant d’asséner une dure mise en échec à Lucic au mois d’avril.

    Si on remonte à la finale de la Coupe Stanley de 2011, les Canucks de Vancouver ont dû se passer du défenseur Dan Hamhuis après que celui-ci ait tenté de mettre Lucic en échec en zone neutre. Lucic admet qu’il est malheureux que ces blessures surviennent, mais que tous les coups sont permis, en amour comme au hockey.

    « Le jeu physique fait partie de notre sport, particulièrement en séries éliminatoires, et l’échec avant est un aspect important de mon jeu. Si je joue de manière intense et physique, cela va tourner à mon avantage, et c’est ainsi que je dois jouer pour connaître du succès, a-t-il analysé. Malheureusement, quelques joueurs ont été blessés, mais si les rôles avaient été inversés, comment se seraient-ils sentis? Tout finit par s’équilibrer. »

    Il faudra maintenant que Lucic maintienne son excellent niveau de jeu au cours de la finale d’association contre Pittsburgh, une équipe qu’il sait capable de trouver un équilibre entre la finesse et le jeu robuste.

    « Ils forment une équipe capable de jouer avec robustesse, malgré tout le talent présent dans leur alignement, a-t-il fait remarquer. Ils sont agressifs et aiment appliquer un échec avant intense. Nous nous attendons donc tous à une série très physique qui sera chaudement disputée. Je crois que les deux équipes s’attendent à cela. »

    Lors du dernier rendez-vous entre les deux formations, Lucic n’a pas eu la chance d’infliger une défaite à Pittsburgh. Il ne compte maintenant pas rater sa chance.

     

    La LNH sur Facebook