Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

CHI vs DET

    Les Blackhawks espèrent s’imposer dans le septième match

    Par Brian Hedger - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les Blackhawks espèrent s’imposer dans le septième match

    CHICAGO – Avant de conclure la conférence de presse dans le vestiaire mardi après-midi, un journaliste a demandé à l’entraîneur des Blackhawks de Chicago Joel Quenneville de nommer sa chanson préférée des Rolling Stones.

    Après avoir répondu pendant près de 10 minutes à des questions sur la rencontre décisive de mercredi de la demi-finale de l’Association de l’Ouest contre les Red Wings de Detroit, Quenneville a pris une pause. Il a réfléchi quelques secondes, puis il a répondu : « You Can't Always Get What You Want ».

    Quelques journalistes ont pouffé de rire et c’était une excellente façon de résumer cette journée folle au United Center.

    Par exemple, les joueurs des Blackhawks ont dû faire leur routine d’étirements dans le corridor à l’extérieur de leur vestiaire parce que des ouvriers préparaient l’amphithéâtre à accueillir les Rolling Stones pour trois concerts à compter de mardi soir. Et ils ont bien saisi le message de la chanson favorite des Stones de Quenneville.

    Les Blackhawks auraient bien aimé conclure cette série quatre de sept plus rapidement, mais ils se sont plutôt retrouvés en déficit de 3-1. Ils sont parvenus à égaliser la série, mais ils n’obtiendront ce qu’ils voulaient que s’ils vainquent les Red Wings pour une troisième fois de suite lors du septième match disputé mercredi (20 h HE sur RDS, CBC, NBCSN).

    « Si on compare notre attitude des derniers jours à celle des journées précédentes, il faut souligner le courage des gars qui ont su garder la tête haute, qui sont restés détendus et optimistes dans le vestiaire », a déclaré le capitaine des Blackhawks Jonathan Toews. « On sait qu’on a travaillé fort, mais rien ne semblait fonctionner pour nous dans les trois ou quatre premiers matchs. C’est facile de s’apitoyer sur son sort et de perdre confiance, mais ce n’est pas du tout ce qui s’est produit. »

    Ils se sont plutôt regroupés après une défaite crève-cœur de 2-0 au Joe Louis Arena lors de la quatrième partie. Même Toews avait perdu le contrôle de ses émotions et il avait écopé de trois punitions consécutives en deuxième période. Les joueurs ont tenu une réunion d’équipe et les encouragements ont été nombreux. Et ces échanges de bons mots ont porté leurs fruits samedi lors du match no 5 au United Center.

    Chicago a gagné cette partie 4-1, le même pointage que lors de la première rencontre, également remportée par les Blackhawks. Puis, ils ont poursuivi sur cette lancée lundi à Detroit à l’occasion du sixième match. Ils ont alors offert une performance mémorable en revenant de l’arrière pour l’emporter 4-3 et ainsi forcer la tenue d’une ultime rencontre.

    Maintenant que la fin approche, les Blackhawks tiennent à mettre la main sur ce qu’ils voulaient pour prolonger leur saison.

    « On est toujours restés optimistes. On savait que si on continuait à gagner des parties, on finirait par remporter cette série, a ajouté Toews. On est satisfaits de notre position en ce moment. On a le momentum et on veut le conserver pendant encore une partie. »

    Mardi, quand les journalistes leur ont demandé s’ils croyaient que ce revirement de situation pouvait leur inculquer un faux sentiment de sécurité, tous les joueurs des Blackhawks ont rejeté cette affirmation du revers de la main. Ils sont conscients qu’ils sont sur une lancée et que l’ambiance à « la maison de fous de la rue Madison » pourrait être encore plus « démente » que jamais. La foule pourrait être encore plus endiablée que lors de la victoire de Chicago dans le cadre du cinquième match de la finale de la Coupe Stanley de 2010 contre les Flyers de Philadelphie.

    « On est contents d’avoir cette opportunité, a expliqué Quenneville. On occupe une position enviable et on a aimé la façon dont on a joué dans les deux dernières parties. On s’est améliorés tout au long de la série et on veut jouer notre meilleur match [mercredi soir]. »

    Ils comptent aussi sur le fait qu’il s’agit de la troisième fois de suite qu’ils font face à l’élimination. Les Red Wings ne se sont pas retrouvés dans une telle situation depuis qu’ils ont gagné les sixième et septième rencontres de leur série des quarts de finale de l’Association de l’Ouest contre les Ducks d’Anaheim.

    « J’ai l’impression qu’on a joué deux matchs no 7, alors on a hâte au vrai match no 7 », a répondu Quenneville quand on lui a demandé s’il serait plus fébrile qu’à l’habitude derrière le banc. « On est bien placés et j’ai hâte. »

    Ils ne doivent cependant pas s’asseoir sur leurs lauriers et perdre cette énergie qui leur a permis de revenir dans la série.

    Les observateurs qui ont éliminé trop rapidement les Red Wings depuis le début des séries éliminatoires de 2013 l’ont amèrement regretté. La plupart croyaient que Detroit n’avait aucune chance contre Anaheim lors du septième match au Honda Center. Les joueurs des Wings avaient dû traverser le pays en avion la veille.

    Pourtant, les Red Wings ont remporté cette partie. Ils se préparent maintenant à disputer une autre septième rencontre, mais leur vol sera beaucoup plus court cette fois-ci. Plusieurs ne donnaient pas cher de leur peau après leur défaite par un écart de trois buts dans le premier match de cette série. Or, Detroit a menotté Chicago et a arraché trois victoires pour prendre une avance de 3-1 qui semblait insurmontable.

    Les Red Wings possèdent aussi beaucoup d’expérience dans les septièmes rencontres. Ils comptent sur 13 joueurs qui ont participé à au moins trois matchs décisifs. Chez les Blackhawks, seuls Marian Hossa (6) et Michal Handzus (4) en ont disputé autant dans leurs carrières.

    Est-ce que Quenneville craint que ses joueurs manquent d’énergie au moment critique?

    « Non et il faut féliciter les gars qui sont restés concentrés et qui ont continué de bien se préparer lors des derniers matchs, a-t-il mentionné. On sent qu’ils ont hâte de sauter sur la patinoire. Ils se sentent bien sur la glace. Ils en veulent plus et on a plusieurs options devant nous. Je suis convaincu qu’on sera prêts. »

    Le gardien de but des Blackhawks Corey Crawford est d’accord avec son entraîneur. Sa seule autre expérience dans un septième match dans la LNH s’est soldée par un revers en prolongation contre les Canucks à Vancouver en 2011. Or, cette fois-ci, cette rencontre aura lieu dans un amphithéâtre rempli de partisans des Blackhawks déchaînés.

    « On joue pour gagner, a déclaré Crawford. On joue avec confiance. Ce sera amusant et ce sera excitant. On a hâte à cette partie. C’est ce qui est amusant à cette période de l’année. On veut jouer ce genre de match et avoir la chance d’aller plus loin. »

     

    La LNH sur Facebook