Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

PIT vs BOS

    Les Bruins devraient être faciles à motiver selon leur dg Peter Chiarelli

    Par Matt Kalman - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les Bruins devraient être faciles à motiver selon leur dg Peter Chiarelli

    BOSTON – Fin mars. Le directeur général des Bruins de Boston Peter Chiarelli expliquait comment et pourquoi il avait perdu la lutte pour mettre la main sur Jarome Iginla.

    Alors qu’une transaction avait été apparemment conclue entre les Bruins et les Flames de Calgary, Iginla a invoqué sa clause de non-échange et est plutôt passé aux Penguins de Pittsburgh. Invité à commenter la capacité des Penguins à ajouter cet autre grand nom à une formation remplie de joueurs vedettes, Chiarelli avait répondu, mi-blagueur, mi-sérieux, qu’ils allaient sûrement gagner, n’est-ce-pas…

    Il reste encore deux rondes aux éliminatoires de la Coupe Stanley mais jusqu’ici les Penguins ont fait passer Chiarelli pour un prophète. Après avoir terminé au premier rang de l’Association de l’Est, ils viennent d’éliminer les Islanders de New York et les Sénateurs d’Ottawa en ne subissant que trois défaites.

    Ce sera maintenant à ses propres Bruins de faire mentir leur patron en mettant fin aux ambitions des Penguins. Cela fait un certain temps d’ailleurs que bien des gens pensent que ces deux équipes allaient devoir finir par régler leur compte sur la patinoire.

    « J’ai toujours cru qu’il faudrait passer par les Penguins pour aboutir où nous voulons aller », a reconnu Chiarelli en conférence de presse dimanche.

    Pour compenser la perte d’Iginla, les Bruins sont allés chercher Jaromir Jagr à Dallas. Jagr a un style différent et il n’a que quatre points et aucun but en 12 matchs des séries. Mais Chiarelli demeure satisfait de la façon dont les choses ont tourné.

    « Cette affaire Iginla-Jagr a été bien documentée et nous sommes heureux de ce que nous avons eu. Je sais que ce fut difficile par moments, mais il a obtenu beaucoup d’occasions de marquer et il en a créé plusieurs, a-t-il dit de Jagr. Mais plus important, en plus de l’allure qu’il donne à notre jeu de puissance, il fatigue les défenseurs, et il y toujours deux joueurs sur lui. Je pense qu’on aurait été bien avec l’un ou l’autre, mais nous sommes heureux de l’avoir [Jagr]. »

    Les Bruins ont pu atteindre la finale de l’Est pour la deuxième fois en trois ans sans une grande contribution de Jagr, parce qu’ils en ont eu de tellement d’autres joueurs, dans certains cas absolument inattendus. On pense évidemment au défenseur recrue Torey Krug, auteur de quatre buts en cinq matchs dans la dernière série contre les Rangers de New York. Et au quatrième trio de Gregory Campbell, Daniel Paillé et Shawn Thornton, qui ont totalisé 13 points. Pas moins de 15 joueurs ont marqué au moins un but depuis le début des séries.

    Cette belle profondeur sera mise au défi davantage par l’imposante formation des Penguins, même si les vétérans défenseurs Andrew Ference et Wade Redden sont en voie de guérison. Les Penguins sont forts au point de faire jouer Iginla dans un deuxième trio et Brendan Morrow, une autre acquisition convoitée par les Bruins, dans un quatrième. Et eux aussi ont vu 15 de leurs joueurs marquer au moins un but en séries.

    « Quand on construit une équipe, on veut de la profondeur, et aussi de la qualité, a confié Chiarelli. Quand vous avez quatre trios et six défenseurs qui jouent tous bien et contribuent, c’est un boni. Et quand vous avez encore de la profondeur au-delà de tout ça, comme on l’a démontré avec nos jeunes défenseurs, c’est encore du boni ajouté.

    « Les Penguins ont aussi de la profondeur et des vétérans comme nous qui sont passés par là. Ils ont des joueurs d’élite d’impact, de la profondeur partout. Ce sera une bagarre entre deux formations avec une belle profondeur. »

    Peu importe le brio des Penguins, les Bruins ont peut-être atteint leur meilleur niveau de jeu juste au bon moment. Après quelques contre-performances qui ont retardé leur difficile élimination des Maple Leafs de Toronto en première ronde, ils ont réalisé un fort beau parcours depuis qu’ils ont dû effectuer une remontée de trois buts dans les 10 dernières minutes du septième match de la première ronde.

    La série contre les Rangers a fourni une meilleure indication du talent des Bruins et de la façon dont Chiarelli et les entraîneurs veulent les voir jouer.

    « J’ai aimé qu’on pousse constamment dans cette série, j’ai vraiment aimé ces poussées soutenues, a indiqué Chiarelli. J’ai déjà dit que c’était impossible pendant 60 minutes, mais quand nous en avons eu besoin, nous avons vraiment eu un bon effort collectif de nos quatre trios. J’en ai parlé plus tôt de ces élans offensifs, et j’aime bien ce que j’ai vu. »

    Mais ce ne sera peut-être pas assez contre les Penguins et les Bruins devront probablement faire encore mieux s’ils veulent accéder à la grande finale et remporter une deuxième Coupe Stanley en trois ans. Chiarelli mise sur le fait que ses joueurs vont hausser leur niveau de jeu parce qu’il sait qu’ils en sont capables et parce que ce n’est pas la motivation qui va manquer.

    « Je m’attends à ce que cette motivation s’impose d’elle-même, juste du fait que nous en sommes rendus à ce stade des séries et compte tenu de l’équipe que nous allons affronter, a-t-il dit. Je me rappelle la dernière fois. Ce ne fut pas un problème de les préparer pour Tampa Bay [en finale d’Association 2011]. On va affronter une équipe difficile à vaincre. Ce sera toute une bataille et il va y avoir des rebondissements dans cette série. Je pense qu’on va être prêt. »

     

    La LNH sur Facebook