Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

BOS vs TOR

    Les Bruins l’emportent 3-1 et éliminent les Rangers en cinq matchs

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Les Bruins l’emportent 3-1 et éliminent les Rangers en cinq matchs

    BOSTON – Les Bruins de Boston pourront voir l’équipe de l’heure de près – et tenteront de mettre fin à son parcours, eux qui ont atteint la finale de l’Est où ils affronteront les puissants Penguins de Pittsburgh.

    Les Bruins ont éliminé les Rangers de New York samedi au TD Garden grâce à une victoire de 3-1 lors du match no 5 de leur série demi-finale.

    Gregory Campbell a touché la cible deux fois – incluant dans un filet désert avec moins d’une minute à faire. Torey Krug a inscrit son quatrième but des séries éliminatoires et Tuukka Rask a effectué 28 arrêts pour assurer que les Bruins aient rendez-vous avec les Penguins au prochain tour, eux qui ont également eu besoin de cinq rencontres pour se défaire des Sénateurs d’Ottawa.

    Pittsburgh a marqué 13 buts au cours de ses deux derniers matchs contre Ottawa et 21 au total lors de ses quatre victoires en demi-finale de l’Est.

    « Dans mon esprit, ils sont presque le Heat de Miami de la LNH avec tous les joueurs vedettes qu’ils ont », a déclaré Milan Lucic des Bruins en parlant des Penguins. « Il y a probablement deux des meilleurs joueurs au monde, un marqueur de 40 buts, un ancien marqueur de 50 buts, un futur membre du Temple de la renommée et un candidat au trophée Norris dans leur équipe. Ils ont définitivement beaucoup d’atouts.

    « Mais ayant dit tout cela, je crois que ce qui a fait qu’ils ont eu du succès est qu’ils ont toujours très bien joué en équipe et c’est que ce que vous allez voir lors de la prochaine série – deux équipes complètes qui s’affrontent. »

    Henrik Lundqvist a repoussé 30 rondelles dans l’espoir d’aider les Rangers à demeurer en vie, mais ils n’ont déjoué Rask qu’une seule fois samedi – avec un but sur le jeu de puissance gracieuseté de Dan Girardi en première période.

    « Je ne crois pas que nous étions au niveau que nous aurions dû être, a mentionné l’entraîneur des Rangers John Tortorella. Je crois qu’ils [les Bruins] ont plus de profondeur que nous, alors il fallait qu’on élève notre jeu d’un cran. Il y a plusieurs choses que plusieurs différents joueurs devaient nous donner de façon plus constante.

    « Ils méritaient de gagner. Ils avaient une meilleure équipe. Ils méritaient la victoire. »

    Le dernier affrontement entre les Bruins et les Penguins en séries remonte à il y a 21 ans. À l’époque, l’attaquant des Bruins Jaromir Jagr portait la coupe Longueuil et était une machine à marquer des buts pour les Penguins, qui avaient balayé les Bruins en finale de l’Association Prince de Galles en route vers leur deuxième conquête consécutive de la Coupe Stanley.

    Boston s’était également incliné en six matchs contre Pittsburgh en finale d’association en 1991.

    Pittsburgh a eu le dessus sur les Bruins en saison régulière, remportant les trois duels par un seul but. Mais Krug ne faisait pas encore partie de la formation des Bruins à ce moment-là. Le défenseur recrue de 22 ans et cinq pieds neuf pouces a été dominant contre les Rangers avec quatre buts, dont trois en avantage numérique.

    « On a tous vu comment Pittsburgh joue, on les a affrontés assez souvent et on éprouve beaucoup de respect pour cette équipe, a dit Campbell. Ils ont quatre très bons trios, des gars qui contribuent à l’attaque sur chaque trio. Ça ne fait pas trop longtemps qu’ils ont gagné leur Coupe Stanley et ils savent quoi faire pour gagner. »

    Selon les statistique de l’Elias Sports Bureau, Krug est la première recrue de l’histoire de l’ère post-expansion à inscrire quatre filets à ses cinq premiers matchs en carrière en séries.

    Krug a marqué le premier but des siens grâce à un tir sur réception à 3:48 du deuxième vingt. Mats Zuccarello se trouvait au cachot pour avoir accroché Tyler Seguin, qui a rejoint Krug avec une passe transversale pour lui permettre de créer l’égalité 1-1.

    Il s’agissait d’un quatrième filet par les Bruins sur le jeu de puissance – et d’un troisième pour Krug, qui évoluait encore dans la Ligue américaine deux jours avant que la série ne débute.

    « Tu espères toujours que des gars puissent s’amener et aider ton équipe, et il n’y a pas de doute qu’il ait été un véritable magicien pour nous », a indiqué l’entraîneur des Bruins Claude Julien par rapport à Krug. « De marquer autant de buts et de montrer autant que confiance que celle qu’il a affichée dans cette série, c’est assez exceptionnel. On a toujours su qu’il allait bien faire dans notre organisation et il a montré de quoi il était capable. »

    Boston a pris les devants un peu moins de 10 minutes plus tard, quand son quatrième trio a eu le dessus sur celui des Rangers et sur leur troisième paire de défenseurs, menant au deuxième filet de Campbell dans cette série. Le défenseur des Rangers Roman Hamrlik, en particulier, a connu une présence à oublier.

    Harmlik a obtenu deux chances de dégager son territoire, mais il a fendu l’air sur la première et remis la rondelle directement à Daniel Paille des Bruins sur la deuxième. Paille a gagné du terrain et envoyé le disque vers le but, vers où Shawn Thornton se dirigeait à toute vitesse.

    La rondelle a bondi dans l’enclave et Campbell, le troisième attaquant, l’a récupérée et l’a placée dans le haut du filet derrière Lundqvist à 6:19 de la fin du deuxième vingt.

    Hamrlik a été confiné au banc pour le reste de la rencontre.

    Les Rangers ont mis Rask à l’épreuve à plusieurs reprises en troisième période, mais il n’a pas flanché, même pas avec 11:22 à faire quand il a frustré un Ryan Callahan en échappée sur ce qui aurait pu être le but égalisateur.

    Juste quand les Rangers avaient le plus besoin d’une poussée offensive – avec moins de quatre minutes à écouler à la rencontre – c’est plutôt Boston qui a appliqué de la pression. Les Rangers ont réussi à envoyer la rondelle dans le territoire adverse pour que Lundqvist puisse retraiter au banc à 1:15 de la fin, mais les Bruins ont réussi à la sortir de la zone et Campbell y est allé d’un bel effort individuel pour sceller l’issue de la rencontre dans un filet désert avec 50,4 secondes à faire.

    Boston a dominé les Rangers 15-9 au chapitre des tirs au but en deuxième période. Le filet de Campbell est survenu cinq minutes après que les Bruins eurent mis le momentum de leur côté avec un bon désavantage numérique – une chose que Boston n’avait pas au premier tiers.

    Girardi a marqué le deuxième filet des Rangers en deux matchs sur le jeu de puissance pour donner les devants aux siens 1-0 au premier entracte. Il s’agissait pour New York d’un premier filet en pareilles circonstances sur la route depuis le début des séries.

    Girardi, qui a également entraîné une pénalité – David Krejci a été puni pour double-échec – a crié à

    Zuccarello de lui remettre le disque, avant de tirer sur réception pour déjouer Rask du côté de la mitaine à 10:39. Brian Boyle voilait la vue du gardien sur la séquence.

    Les deux buts de Girardi en séries ont été inscrits en supériorité numérique.

    Lundqvist a préservé l’avance de 1-0 grâce à un arrêt spectaculaire aux dépens de Lucic avec 6:33 à faire au premier vingt. Michael Del Zotto a causé un revirement et donné la rondelle à Krejci à la pointe droite. Krejci a repéré Lucic seul dans l’enclave, mais Lundqvist a fermé la porte.

    La première période a donné lieu à du jeu robuste et à quelques échauffourées après le sifflet.

    Derek Dorsett et Thornton ont jeté les gants à 6:49 de la période et ont continué à se crier des insultes des bancs des pénalités.

    Deux mises en échec percutantes ont aussi marqué la fin de l’engagement. Micheal Haley a durement frappé Matt Bartkowski et Lucic a envoyé Dorsett dans le coin de la rampe en repli défensif.

    Boston a terminé la période avec 21 mises en échec, contre 11 pour New York.

    Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

     

    La LNH sur Facebook